SILC - Passeport pour le monde

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 14 février 2018

Système scolaire américain 2/3 : le programme scolaire

Scolarité aux USA | SILC

<<< Voir l’article précédent 1/3 : Les rythmes scolaires 

Programme personnalisé en fonction du niveau des élèves, choix de matières optionnelles, dress code,... le système scolaire américain diffère du français par bien des aspects. 

Un programme individualisé

High School USAEn Middle et High School (équivalents de collège et lycée), on ne fonctionne pas par classe mais par année et par niveau. Si un jeune est en 7th (5ème) et qu’il a un niveau en mathématiques évalué à celui d’un 8th grade (4ème), il suivra les cours de maths en 8th grade. L’élève américain suit ainsi un parcours plus individualisé qu’un jeune français. Pas de classes fixes donc : à chaque heure de cours les élèves peuvent changer de camarades. Par ailleurs, l’année scolaire étant divisée en 2 semestres, l’emploi du temps des élèves évolue entre les deux périodes.

 

Matières enseignées 

Cours aux USALe système scolaire américain étant décentralisé, les programmes varient d’un état à l’autre. Certaines matières sont obligatoires, telles que : 

  • Mathematics : algèbre, géométrie, arithmétique, trigonométrie, résolution de problèmes
  • English : l’équivalent de notre cours de Français
  • History : étude de l’Histoire américaine et de l’Histoire à l’échelle mondiale
  • Science : biologie, chimie et physique
  • Computers (informatique) : évolue au fur et à mesure de la scolarité, permet d’apprendre à se servir des logiciels de traitement de texte, tableur, édition d’image, langages informatiques et création d’un site web, etc
  • Civics (éducation civique) : bases fondamentales de la citoyenneté, organisation du pays et de son gouvernement
  • Speech (discours) : entrainement à la prise de parole en public
  • Psychology : fondamentaux de la psychologie humaine et étude des comportements et leur signification
  • Physical Education : 2 fois par semaine
  • Health (santé) : sexualité, nutrition, effets de la drogue ou de l’alcool, gestes de premiers secours, etc.
  • Langues : espagnol, français, allemand et italien majoritairement

Mais les collégiens et lycéens ont aussi des « electives » : une série de matières optionnelles proposées et choisies selon leurs goûts, capacités et objectifs, avec l’aide du « Counselor » (conseiller pédagogique). 

L’éventail  des matières est particulièrement large et variable, par exemple : intégrer une chorale, un orchestre, apprendre les langues étrangères, l’art, l’informatique, la couture, la photographie, le journalisme, le théâtre, la mécanique, etc.

Les examens 

Diplômés de fin de High SchoolLes jeunes américains doivent passer un test standardisé permettant d’évaluer leurs connaissances générales à la fin du 3rd Grade (équivalent du CE2), et des 4th et 5th Grade.

Il est impératif de réussir ces tests afin de passer dans la classe supérieure. Toutefois, le redoublement est rare aux Etats-Unis, et il existe une session de rattrapage en août pour ceux qui n’ont pas été reçus à la première session de février/mars.

Contrairement au système français, en fin de 12th grade (Terminale), les élèves ne passent pas d’examen équivalent à notre Baccalauréat puisque leurs connaissances sont évaluées en contrôle continu.

En revanche, ils reçoivent un « High School Diploma », qui valide la réussite et le suivi des 4 années de High School.

Le système de notation 

Les établissements américains utilisent le système des «grade points» : les notes vont de A à F, A étant le meilleur résultat possible, F étant éliminatoire. Chaque note a une valeur numérique :

  • A = 4,0 = Excellent ; A- = 3,7 = Extrêmement bien
  • B+ =3,3 = Très bien ; B =3,0 = Bien ; B- =2,7 = Assez bien
  • C+ =2,3= Au-dessus de la moyenne ; C =2,0= Moyen mais satisfaisant ; C- =1,7= Presque satisfaisant
  • D+ =1,3= Insuffisant ; D =1,0= A peine passable
  • F =0 = note éliminatoire

Ainsi, une note est attribuée pour chaque cours suivi, qui a sa propre valeur en crédit (un coefficient en fait).

La moyenne finale de l’année (“Grade Point Average”) tient compte des notes obtenues à chaque cours et de leur coefficient.

 

A l’école : tenue correcte exigée

Aux États-Unis, on parle plus de « dress code » que d’uniforme scolaire pour la majorité des établissements. Ce code vestimentaire favorise le respect et la lutte contre les inégalités sociales pour la majorité de ces écoles.

Le code vestimentaire réglemente différents éléments comme le type de vêtements à porter, la longueur minimale de certains vêtements comme les bermudas ou les jupes. Il peut interdire notamment les vêtements troués ou abîmés, laissant voir les sous-vêtements, et plus généralement les tenues obscènes, liées aux gangs ou dangereuses. Certains codes vestimentaires spécifient le type de vêtements de haut (par exemple avec des cols) et de bas autorisés, et les couleurs autorisées (généralement les couleurs de l'école).

L’uniforme scolaire imposé est davantage présent dans les écoles privées.

>>> Plus d’infos ici sur le programme Scolarité aux USA de SILC

© Wikipédia, turningpointschool.org

mercredi 31 janvier 2018

Des séjours pour ceux qui sont en vacances plus tôt

partir-en-juin.jpg

Chaque année, les élèves des classes de 6ème, 5ème, 4ème et de 2nde sont libérés plusieurs semaines avant la date officielle des grandes vacances d’été. Les conseils de classe sont passés, et les salles doivent être libérées pour les établissements qui sont centres d’examens. Aussi, pour ceux qui souhaitent occuper leurs enfants sur cette dernière quinzaine de juin, renseignez-vous sur les séjours linguistiques de juin.

Cette année, SILC propose plusieurs types de séjours en juin :


- Le British Duo, un séjour de 12 jours en bord de mer à Margate (départs le 11 ou le 25 juin) : entre cours d’anglais avec un professeur natif, découverte culturelle de l'Angleterre et accueil en famille, ce séjour est l'un des best-sellers auprès des collégiens, qui peuvent partir avec un copain ou un cousin.

- le Club 4 en Grande Bretagne, de 12 jours également (départs le 11 ou le 25 juin) pour les 13-17 ans. Ce séjour intensif en petit groupe réunit 4 jeunes de même niveau d’anglais, afin qu'ils suivent des cours et des activités pédagogiques avec leur professeur attitré. Parfait pour une révision intensive et pratique.

- les séjours en immersion complète : pour les plus autonomes qui ont un niveau d’anglais suffisant pour communiquer, ces séjours permettent des progrès rapides. Départs les 11 ou 25 juin pour le Bain linguistique ou le One to One (variante avec des cours individuels), ouverts aux 13-17 ans.

- Le séjour Intégration scolaire en Grande-Bretagne (1 semaine, départ les 10 ou 17 juin) : les collégiens de 12 à 14 ans rejoignent des classes d'élèves britanniques, afin de partager leur quotidien et de suivre leurs cours. Le programme prévoit également des activités et visites autour d'Eastbourne, la région d'accueil.

Sachez également que des programmes Premium, à la carte, peuvent être proposés pour ceux qui souhaitent partir en juin.

Renseignez-vous sans plus attendre ! 

Contacter SILC

 

mercredi 24 janvier 2018

Enquête : efficacité des séjours linguistiques SILC

Enquête SILC sur l'efficacité des séjours linguistiques

Soucieux de connaître les bénéfices de ses aventures linguistiques pour ses voyageurs, chaque année SILC sonde ses inscrits de l’été début décembre. Voici les résultats de l’enquête menée en décembre 2017.

Plus de 85% des parents des inscrits notent que le séjour a été bénéfique d’un point de vue scolaire pour leur enfant à l’issue du premier trimestre, et près de 81% jugent que leur enfant est plus à l’aise à l’oral en cours de langue et que sa confiance pour l’apprentissage de cette langue s’est accrue (84%). 

Les aventures SILC, qui ont pour but de favoriser la prise de confiance à l’oral et de permettre à tous de s’approprier une langue, semblent donc bien répondre aux attentes des parents et des inscrits.

Ces séjours permettent de s’enrichir et de grandir, et à en croire le nombre de personnes (87 %) qui  jugent que le séjour a été bénéfique d’un point de vue social, l’Aventure Linguistique SILC est aussi (avant tout ?) une expérience humaine. Ils sont près de 90% à recommander SILC à leur entourage.


Rejoignez la tribu SILC sans plus attendre !

>>> Inscrivez-vous à l'un des prochains webinars "Bien choisir son séjour linguistique" : une conseillère SILC vous guidera pour faire votre choix. RDV le 24/01 à 18h ou le 03/02/2018 à 11h.

vendredi 19 janvier 2018

Système scolaire américain 1/3 : les rythmes scolaires

Jeunes américains

Partir étudier aux Etats-Unis est le rêve de nombreux adolescents, dont certains, comme Nina, ont franchi le pas. 

Mais comment se déroule la scolarité aux USA ? Voici un 1er volet pour comprendre, sur les rythmes scolaires.

Scolarité type d’un élève américain :

Système scolaire américain et équivalent françaisLa durée de la scolarité aux Etats-Unis est similaire au système français : l’école y est obligatoire à partir de 6 ans et dure en principe jusqu’à 18 ans (16 ou 17 ans selon les états). 80% des élèves sont scolarisés dans des établissements publics.

Le découpage des années entre middle school et high school (collège et lycée) est légèrement différent puisque les élèves passent 4 ans en high school au lieu de 3 en France.

Les diplômés de l’enseignement secondaire - les high school graduates - peuvent poursuivre leurs études dans trois grands types d’institutions : l’université, le collège ou un institut (formation plus technique et professionnalisante).

 

Journée type d’un élève américain :

Les journées de cours des jeunes américains sont plus courtes qu’en France, et peuvent commencer tôt le matin – parfois 7h30 ! Mais en règle générale, les cours débutent vers 8h/8h30, et finissent vers 15h/15h30.

De l’Elementary School à la Middle School, une dizaine de minutes est consacrée à une réunion générale pour porter allégeance au drapeau américain- le Pledge of Allegiance -, et que l’équipe éducative puisse faire passer des annonces générales.

Une journée est découpée en « periods » (heures de cours) qui durent entre 45 et 55 minutes. Un collégien américain dira donc « I have History, 3th period » pour dire qu’il a cours d’Histoire en troisième heure.

A chaque fin de cours, la sonnerie retentit et les élèves disposent de quelques minutes pour passer par leur locker (casier). Ils y déposent les livres et cahiers de leur cours précédent, et récupèrent ceux du suivant avant de se rendre dans une nouvelle salle de classe. Il s’agit des « changeovers ».

La pause déjeuner des élèves américains est beaucoup plus courte que celle des élèves français puisqu’elle dure entre 30 minutes et 1h. Mais leur déjeuner est moins conséquent que celui des Français, et les jeunes Américains mangent un sandwich ou une salade, qu’ils prennent à la cantine en self-service ou amènent dans leur « lunch box », c’est-à-dire leur propre déjeuner préparé le matin à la maison.

A la fin de la journée, les collégiens et lycéens rentrent chez eux, ou choisissent de rester sur le campus pour participer à des activités extra-scolaires : aller à la bibliothèque, s’entrainer avec l’équipe sportive de l’école ou se rendre dans l’un des nombreux clubs dont ils peuvent devenir membres (comédie musicale, informatique, orchestre, etc).

 

Vacances scolaires : un peu moins qu’en France :

Le calendrier scolaire aux Etats-Unis varie en fonction des Etats. Souvent, l’année commence fin août ou début septembre et se termine début juin. Il y a, en général, deux semaines de vacances entre Noël et le jour de l’An, une semaine au printemps, et quelques jours en février et novembre.

>>> Envie de partir étudier aux Etats-Unis comme un élève américain ? 

Découvrez le programme Scolarité aux USA de SILC.

mercredi 27 décembre 2017

9 raisons de réserver un Summer Camp l’été prochain !

Summer camp en GB | SILC

Apprécié des jeunes américains depuis longtemps, le summer camp est une formule de séjour linguistique tendance qui séduit de plus en plus les ados, et leurs parents. 9 points pour comprendre les raisons de ce succès...


Cours d'anglais en summer camp

1. Pratiquer l’anglais (ou d’autres langues) en profitant 

Les cours d’anglais ludiques, ou pour certaines formules la simple présence de jeunes étrangers sur le camp, ainsi que les exercices d’équipe, les veillées et tous les moments de la journée permettent de combiner plaisir et apports éducatifs : les jeunes pratiquent l’anglais sans s’en rendre compte, cela devient naturel pour communiquer.

 

2. Développer des compétences personnelles

Les jeunes développent des compétences variées, qui sont essentielles à leur construction :

• L’autonomie et la responsabilité, avec la capacité à s’auto-gérer.
• La confiance en soi, lorsqu’il s’agit de rencontrer de nouvelles personnes et de s’intégrer. Le Summer Camp aide les enfants à développer leur confiance et leur estime de soi, en supprimant le cadre compétitif et académique qui définit leur vie à l’école.
• Les compétences en communication pour parler, écouter, présenter ses arguments en fonction du contexte et défendre son point de vue.

 

Summer camp sport SILC

3. Avoir une activité physique tout au long de la journée

Les jeunes passent aujourd’hui beaucoup de temps à l’intérieur, principalement assis ; le camp donne une superbe opportunité de bouger à travers différentes activités. C’est l’occasion de découvrir des sports tels que l’escalade, ou de pratiquer la natation, le football ou l’athlétisme.

  

4. Faire un break avec la technologie

Se couper des smartphones et des tablettes permet aux enfants de redécouvrir leur pouvoir de création, de faire appel à leur imaginaire et d’interagir avec le monde qui les entoure pour qu’ils reprennent pied dans le réel : une parenthèse salutaire !

 

Summer camp SILC

5. Développer des compétences pour la vie

Les Summer Camps fournissent les instructions, l’équipement et les infrastructures adéquats pour développer leurs capacités sportives, leur talent artistique et leur esprit d’aventure. La variété d’activités dans un Summer Camp permet aux enfants et ados de se découvrir et de s’exprimer dans ce qu’ils aiment faire.


6. Sensibiliser aux cultures étrangères

Les Summer Camps éveillent les jeunes à la culture d’autres pays. En effet, les groupes mêlent des jeunes étrangers venus du monde entier : cette ambiance internationale les ouvre au monde en leur offrant la possibilité d’échanger sur leurs cultures respectives (même si cela commence souvent par l’apprentissage de gros mots en langue étrangère, incontournable !).

 

7. Grandir et être plus indépendant

Le Summer Camp est l’endroit idéal pour que les jeunes apprennent à prendre des décisions par eux-mêmes, sans l’aide de leurs parents ou des enseignants. Organiser leurs choix quotidiens dans le cadre sûr et bienveillant du camp est le meilleur moyen d’encourager l’indépendance.

 

8. Développer des compétences sociales

Être dans un camp au sein d’une communauté très unie signifie que tout le monde doit coopérer et respecter les autres. Quand les enfants vivent ensemble, ils doivent régler les désaccords et se rendre compte de l’importance de la communication.

 

Summer camp au Canada | SILC

9. Se faire des amis venus du monde entier

En Summer Camp, les enfants sont délivrés des attentes sociales et des codes qui les oppressent à l’école ; le camp les encourage à se relaxer et à communiquer, un contexte idéal pour rencontrer des amis de tous horizons.


Ce type de séjour vous intéresse ? 

>>> Consultez les programmes Summer camp de SILC !

jeudi 21 décembre 2017

Système scolaire anglais : 7 différences avec le système français

College anglais

Le système scolaire Britannique est assez similaire au système français dans sa structure : l’école est obligatoire à partir de 5 ans (Year 1), jusqu’à 16 ans (Year 13 qui correspond à l’année de Terminale chez nous), mais il diffère dans son fonctionnement.

Voici les 7 points sur lesquels le système scolaire anglais diffère du système scolaire français :

1. Des rythmes scolaires différents :

Les élèves ont généralement cours du lundi au vendredi, de 9h jusqu’à 15 ou 16h.

Quotidiennement ou presque, la journée commence par une « assembly » : ce temps d'1/2h environ réunit tous les élèves, souvent dans le gymnase, et permet d’aborder des thématiques concernant la scolarité ou la société en général : prières, chants religieux, discussion autour de problèmes survenus dans l'école ou dans le monde, préparation des spectacles d'école… Le reste de la matinée est consacré aux cours.

Assembly dans un établissement anglais

Pour la pause méridienne, la plupart des enfants apporte son « packed-lunch », tandis que les autres mangent à la cantine. La journée scolaire se termine tôt, entre 15h et 16h. 

Le reste de la journée est réservé aux devoirs ou aux activités extra-scolaires : des clubs sont mis en place au sein de l'école, permettant aux jeunes britanniques de pratiquer un sport, de la musique, de l’informatique, de la danse, du théâtre, ou de s’investir dans une chorale ou la rédaction du journal de l'école.

 

2. Les vacances scolaires : un casse-tête

La particularité du système de vacances scolaires anglais provient du fait que le choix des dates et la durée des vacances ne sont pas imposés de manière centralisée par le Departement of Education. En fonction du lieu d’habitation et du système scolaire choisi (public ou privé), les dates et la durée des vacances peuvent varier.

Par exemple, dans le système public, les élèves bénéficient de 13 semaines de vacances par an (soit 3 semaines de moins que pour les petits français, dû au fait que la journée d’école est un peu plus courte qu’en France), généralement réparties de la manière suivante :

  • Une semaine à la Toussaint (Autumn Term half term)
  • Deux semaines à Noël (Christmas Holidays)
  • Une semaine en février (Spring Term half term)
  • Deux semaines à Pâques (Easter Holiday)
  • Une semaine fin mai (Summer Term half term)
  • Les vacances d’été commencent la dernière quinzaine du mois de juillet et finissent fin août

Les écoliers du système privé ont en général plus de vacances que leurs camarades du public.

3. Un programme individualisé :

Le programme scolaire national (National curriculum) s’applique aux écoles publiques et couvre une base étendue de connaissances. En revanche, les établissements privés, les Academies et les Free Schools n’ont pas l’obligation de respecter ce programme.

Élèves anglais

A partir de la 9ème année, tous les élèves suivent 8 matières obligatoires : mathématiques, anglais, Sciences de la vie et de la terre (SVT), littérature anglaise, éducation civique, histoire, géographie et sciences. Et ils peuvent choisir d’autres matières parmi 15 à 40 proposées, telles que le dessin, la musique, l’éducation physique, ou encore l’enseignement commercial, l’art dramatique, ou des cours axés sur la formation professionnelle.

4. Une approche pédagogique et éducative différente :

En Angleterre, la priorité est donnée à la différenciation et à l’individualisation : la pédagogie est centrée sur l’enfant, sur son développement personnel, adaptée à son niveau.

À l’école primaire par exemple, on considère que l’apprentissage doit être attrayant, le contenu d’enseignement varié, et adapté au contexte émotionnel de l’enfant. L’enseignement est ainsi différencié selon chaque élève, et les matières sont souvent associées, pour un “apprentissage actif “.

Face à l’évaluation, les Anglais valorisent la créativité, et mettent l’accent sur le processus plus que sur le produit final. Les professeurs privilégient les encouragements et le progrès à la sanction et aux critiques.

Plus tard, l’accent est mis sur la responsabilité personnelle : les jeunes Britanniques ne sont pas considérés comme de simples élèves mais comme des individus responsables, en leur laissant par exemple la possibilité de choisir les cours qu’ils souhaitent suivre.

Les jeunes britanniques restent tout de même très encadrés, et les absences injustifiées des élèves sont prises très au sérieux : les parents peuvent se voir infliger une amende pouvant varier entre £ 60 et £ 2.500, selon l’importance des infractions.

 

5. Les examens :

A l’issue de Year 11 (c’est-à-dire à la fin de la scolarité obligatoire), les élèves anglais passent le General Certificate of Secondary Education (GCSE), qui est l’équivalent du Brevet des Collèges français, à l’exception du nombre de matières évaluées : entre 10 et 14 !

Après 16 ans, ils peuvent choisir de poursuivre leur scolarité dans le secondaire et de passer le A Level. Cet examen se fait en deux étapes : le Advanced Subsidiary Level en fin de Year 12, puis le A2 à l’issue de la Year 13.

Pour ces examens, les élèves choisissent le nombre de matières qu’ils étudient, généralement 3 ou 4.

Le A Level est nécessaire pour l’entrée à l’université, mais pas toujours suffisant, car certains établissements font passer des examens complémentaires.

 

6. L’uniforme : un incontournable

En Angleterre, la quasi-totalité des écoles – qu’elles soient publiques et privées - exige le port de l’uniforme. Cette tradition permet de faciliter l’intégration des jeunes en gommant les inégalités sociales et de diminuer les problèmes de discrimination.

7. Le système des Houses  («house system») 

Utilisé par J.K. Rowling dans les aventures de son célèbre sorcier Harry Potter, ce système est très répandu dans les pays du Commonwealth.

Journée sports college anglais

La plupart des écoles britanniques ont en effet mis en place ce système qui permet de développer l’esprit d’équipe. Les élèves essaient d’avoir de bons résultats non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leur maison (maisons dont les noms varient en fonction des écoles).

Les houses sont en compétition : tout au long de l'année, les «house points» sanctionnant les comportements exemplaires ou les réussites scolaires sont additionnés au profit de chaque équipe. La traditionnelle journée des sports oppose les différentes houses. L'organisation d'actions caritatives est aussi un moyen de collecter des points par exemple.

Scolarité en GB

Envie de vivre la scolarité en Angleterre comme un élève anglais ?
>>> Renseignez-vous sur le programme Scolarité de SILC.

mercredi 22 novembre 2017

Scolarité à l’étranger : partez en 2018 et revenez bilingue !

Scolarité à l'étranger

Avis aux 14/17 ans qui projettent de partir étudier à l’étranger : les inscriptions sont ouvertes pour partir un trimestre en mars/avril 2018, ou pour 3, 6 ou 10 mois à partir de septembre 2018. 

Depuis quelques années, SILC propose aux lycéens de partir étudier à l’étranger pendant :

  • un trimestre (2 à 3 mois selon les dates de vacances), qui débute selon les pays mi-août /début septembre, janvier ou avril - hormis en Australie ou la rentrée scolaire est en février
  • un semestre (en septembre ou en février)
  • une année entière de septembre à juin (ou de février à décembre en Australie)

Les inscriptions pour partir d’avril à juin 2018 sont ouvertes jusqu’au 15 février 2018. En accord avec l’établissement scolaire de votre enfant, c’est le moyen pour lui de découvrir une autre culture, un autre système scolaire, et de parfaire son niveau de langue.

Pour la rentrée de septembre, vous avez jusqu’à fin mars 2018 pour finaliser votre inscription.

>> Renseignez-vous dès maintenant au 0806 600 021 sur les possibilités, les destinations et les programmes ; les dossiers pour ce type de séjour nécessitent en effet plusieurs étapes.

>> Retrouvez ici le témoignage de Nina, 15 ans, qui a passé une année scolaire aux USA

>> Cliquez sur ces liens pour accéder aux programmes étudier à l’étranger de nos destinations : Allemagne, Espagne, Angleterre, Irlande, USA, Canada, Australie ou Suède

mardi 21 novembre 2017

Vocabulaire québécois : utile pour voyager au Québec !

Parc Mont Royal à Montréal

En voyage au Québec, vous vous habituerez vite à l'accent et à l'intonation de voix de nos voisins canadiens. Ne soyez pas surpris si les "t" se transforment en "ts" (une "voitsure"), ou encore si les "d" deviennent des "dz" (une brosse à "dzents"), et encore moins par les contractions de mots, voire de plusieurs mots, dont ils usent beaucoup !

Et pour vous familiariser avec le vocabulaire québécois, voici une liste non exhaustive de mots et expressions qui pourront vous êtes utiles si vous partez visiter Québec, Montréal, ou d'autres villes de la province du Québec.


Expressions québécoises


  • Murale à Montréal"Avoir de l’eau dans la cave" : porter des pantalons trop courts, « feu de plancher » en France
  • "Avoir la journée dans le corps" : être fatigué après une journée éprouvante
  • "Avoir le goût de… ": avoir envie de … « T’as le goût d’aller boire une broue ? »
  • "Avoir le piton collé" : avoir un gros fou rire, être incapable de s’arrêter
  • "Avoir les yeux dans l’eau/brailler" : pleurer (« Seul sur le sable, les yeux dans l’eau… » ;-)
  • "Avoir une crotte sur le cœur" : avoir un souci « Il ne lui parle plus depuis leur dispute, elle a encore une crotte sur le cœur.»
  • "Ayoye !" : aïe !
  • "En avoir plein son cas’" : en avoir  vraiment marre
  • "Etre colon / être épais" : être bête
  • "Etre sur le piton" : être en forme
  • "Faire un line-up" : patienter dans la file d’attente
  • "Il n’y a pas de quoi se pitcher sur les murs ": se dit d’une chose qui n’a rien d’exceptionnel « ce film était sympa mais pas de quoi se pitcher sur les murs »
  • "Lâche pas la patate" : expression signifiant « ne te décourage pas »
  • "Manger ses bas (ou ses chemises)" : paniquer, s’inquiéter. « Il n’a toujours pas commencé ses révisions, il mange ses bas ! »
  • "Niaise pas avec la puck !" : ne tourne pas autour du pot !
  • "On se calme le pompon" : se calmer, garder son sang-froid
  • "Péter de la broue" : crâner, frimer « Il n’arrête pas de péter de la broue depuis que sa photo est parue dans le journal du lycée ! »
  • "Péter une coche" : s’énerver très fort !
  • "Se faire carter" : devoir montrer sa pièce d’identité (par ex. pour un mineur qui veut entrer dans un bar)
  • "Se péter les bretelles" : être fier de soi « elle se pète les bretelles depuis que la prof l’a félicitée »
  • "Tirer une bûche" : prendre une chaise pour s’asseoir

Vocabulaire du quotidien 


  • Gallon de jus d'orange"Allo" : n’a pas la même signification qu’en France, signifie plutôt « Bonjour » ou « réveille toi ! »
  • "Achaler/écœurer" : embêter, ennuyer « il m’a achalé avec ses histoires ! »
  • "Au bout/au boutte" : génial, top, excellent !
  • "Babillard" : tableau d’affichage
  • "Barrer" : fermer « je vais barrer la fenêtre pour éviter les courants d’air »
  • "Bécosse" : familièrement, les toilettes
  • "Bobettes" : désigne les sous-vêtements (slip, culotte)
  • "Camisole" : T-shirt
  • "Catcher" : comprendre, piger. « J’ai enfin catché le cours de maths ! »
  • "Cellulaire" : téléphone portable (le portable -  ou laptop -  désignent l’ordinateur portable)
  • "Centre d’achat" : centre commercial
  • "Char" : une voiture
  • "Chui" : contraction de « je suis »
  • "Chum" : petit-copain. Au pluriel, désigne les amis
  • "Condo" : un appartement
  • "Crisse/crissement" : juron, équivalent de « vachement » : « elle est crissement bonne ta pizza ! »
  • "Dépanneur" : commerce de proximité
  • "Espadrilles" : chaussures de sport
  • "Finissant(e)" : étudiant(e) de dernière année
  • "Foufounes" : les fesses
  • "Foxer" : « sécher » les cours
  • "Frette" : froid intense « Tabarouette, y fait frette ! »
  • "Gallon" : unité de mesure des liquides (1 gallon = 3.78 litres)
  • "Hot" : désigne quelque chose de très bien
  • "Icite/icitte" : signifie « ici »
  • "Jaser" : discuter, papoter
  • "Job" : même sens qu’en France…sauf qu’il s’utilise au féminin : « j’ai trouvé une job ! »
  • "Livres" : unité de mesure de la masse (1 livre = 0,453kg)
  • "Lumière" : feu de circulation « Pour aller au cinéma, il faut tourner à la première lumière à gauche »
  • "Moé" : autre façon de dire « moi », toé = toi
  • "Niaiser" : se moquer « arrête de niaiser ! »
  • "Pantoute" : contraction signifiant « pas du tout » 
  • "Pouce" et "pied" : unité de mesure des longueurs (1 pouce = 2,54cm, 1 pied = 30,48cm)
  • "Scab" : taxi
  • "Sou" : unité monétaire équivalente à 1 ct
  • "Tabarouette/tabarnouche" : juron adouci, comme on dirait « mer..credi ! » en France
  • "Tuque" (une) : un bonnet
  • "Y" : contraction de il, ils, elles. Par exemple  « Y pleut à boire debout ! » (il pleut très fort)

Vocabulaire sports & loisirs


  • "Party" : s’emploie au masculin pour désigner la fête « il organise un party chez lui c’te fin de semaine »
  • "Bâton" : ce que l’on appelle en France une « crosse »  au hockey  (une crosse signifiant alors une arnaque)
  • "La balloune" : le ballon
  • "Soccer" : désigner le football européen
  • "Magasiner" : faire les boutiques

Vocabulaire lié aux repas 


  • La poutine, spécialité canadienne"Déjeuner" : repas du matin (petit-déjeuner en France)
  • "Bine" : fèves, haricots
  • "Blé d’Inde" : du maïs
  • "Breuvage" : désigne toutes les boissons
  • "Broue" : bière. « Je vais prendre une petite broue »
  • "Cabaret" : plateau pour manger
  • "Diner" : repas de milieu de journée (le déjeuner en France)
  • "Drink" : boisson
  • "Gomme" : un chewing-gum (une gomme pour effacer se dit alors « une efface »)
  • "Grand-père" : pâtisserie québécoise
  • "Hambourgeois" : hamburger
  • "Limonade" : jus de citron
  • "Liqueur" : un soda pétillant (non alcoolisé)
  • "Nanane" : bonbon
  • "Poutine" : spécialité culinaire québécoise très populaire à base de frites, de fromage et de sauce
  • "Souper" : repas du soir (le dîner en France)
  • "Sous-marin" : sandwich long

Vous projetez de partir en voyage au Canada ? Consultez notre guide pratique ici.



©9000kmplustard

mardi 14 novembre 2017

Différences entre le vocabulaire britannique et américain

Soccer ou Football ? Cell phone ou Mobile phone ? French Fries ou Chips ? 

Voici en vidéo quelques mots de vocabulaire qui diffèrent selon que vous vous adressez à un New Yorkais ou à un Londonien...

Différences de vocabulaire entre anglais britannique et américain

lundi 16 octobre 2017

Etudier en Australie : 5 différences avec le système français

Etudier en Australie : séjour linguistique longue durée

Votre enfant envisage de partir étudier en Australie pendant ses années lycée ? Outre l’accueil chaleureux des australiens, il découvrira un système scolaire très différent. Découvrez-le en 5 points clés...

 

1. L’approche pédagogique est individualisée

Réputée pour sa qualité et pour sa flexibilité, la scolarité en Australie est un mix entre la High School nord-américaine et l’école traditionnelle  anglo-saxonne. Ce système éducatif offre un bon équilibre entre pratique et théorie, et il laisse l’élève libre de créer son programme de cours à la carte, selon ses domaines de prédilection et ses envies.

Classe en Australie : utilisation des tablettes et ordinateursLes Australiens ont également une vision plus globale de l’éducation qu’en France. On apprend par exemple aux élèves à s’exprimer en public et à développer leur confiance en eux. Avec moins d’élèves par classe, la relation professeur-élève permet davantage d’interactions et une attention particulière à chaque étudiant. Par ailleurs, à partir de la Year 10, aux notes vient s’ajouter une appréciation du professeur sur l’attitude, le comportement et les efforts de l’élève dans chaque matière, dans le but d’aider l’élève et ses parents à choisir son orientation future.

Enfin, les Australiens utilisent davantage les tablettes et ordinateurs ; d’ailleurs dans certains établissements tous les élèves en possèdent un.

 

2. Les cours finissent à 15h30

Voici le planning type d’un lycéen australien :

8.20 : Arrivée au lycée. Réunion d’information sur l’intendance et  les évènements du jour
8.30 - 10.45 : Cours d’anglais ou de technologie
10.45 : Pause
11.00 - 12.45 : Cours de géographie ou mathématiques
12.45 : déjeuner sous forme de panier pique nique ; possibilité de participer aux clubs d’activités ou de pratiquer un sport.
13.30 - 15.30 : Cours de biologie ou d’économie
15.30 : Fin des cours

La majorité des élèves participent ensuite à leurs activités extra-scolaires optionnelles (sportives, artistiques,...).

 

3. Les élèves choisissent des matières

En primary school (Year 1 à 6 qui correspond à notre école élémentaire et l’année de 6ème), 8 matières sont obligatoires : anglais, mathématiques, sciences, environnement et société (qui inclut l’histoire, la géographie et l’économie), technologie et formation technique, langues, éducation artistique et éducation physique. En complément, d’autres matières sont à choisir, par exemple : musique, théâtre, sport,...

Comparatif scolarité en Australie et en France

Australie : les élèves choisissent des cours optionnelsEnsuite ils intègrent une “Secondary school” : elle accueille de la Year 7 à la Year 12 et se décompose en middle school puis high school (= lycée en France) de 3 ans chacune. 

A partir de la Year 10, seules 6 matières fondamentales sont conservées dont une seule est obligatoire : l’anglais. L’élève choisit donc les matières qu’il souhaite poursuivre et ses matières optionnelles, par ex. : l’aviron, le golf, le tennis, la natation, le surf, le rugby, différents styles de danses, la photographie, l’architecture, le théâtre, ou encore pratiquer un instrument de musique,...

Les jeunes qui partent étudier dans un lycée en Australie avec SILC intègrent donc une High School ; ils sont mélangés avec les lycéens australiens et peuvent choisir leurs matières optionnelles.

 

4. Le port de l’uniforme est obligatoire

Port de l'uniforme dans les écoles en AustralieEn Australie et en Nouvelle-Zélande, absolument tous les élèves portent un uniforme aux couleurs de leur établissement, quel que soit le type d’école, privée ou publique. Chaque établissement impose son propre uniforme, généralement payant ; la tenue est généralement composée, que l’on soit fille ou garçon, d’une chemise, d’un blazer, d’une cravate, parfois d’un chapeau et d’une jupe plissée pour les filles. Certains établissements prévoient également une tenue commune pour les cours de sport. 

Héritage britannique, cette tradition est assez déroutante pour les élèves français au départ ; mais tous s’y conforment et finissent par comprendre cette coutume, qui est aussi un signe d’appartenance et l’expression d’une volonté d’égalité sociale.

 

5. L’année scolaire débute en février

En Australie, l’été s’étale de décembre à février. Aussi l’année scolaire australienne commence après les grandes vacances, c’est à dire début février, et s’achève mi-décembre. Elle est découpée en 4 trimestres de 10 semaines de cours suivies de 2 semaines de congés. Pour l’année à venir, voici les dates clés à retenir* :

  • Rentrée des classes le 2 février 2018
  • Vacances d’automne du 14 au 29 avril inclus
  • Vacances d’hiver du 7 au 22 juillet inclus
  • Vacances de Printemps du 29 septembre au 14 octobre inclus
  • Grandes vacances d’été du 22 décembre 2018 au 31 janvier 2019
  • Rentrée des classes le 1er février 2019

 

*A noter : les dates de vacances et de rentrée sont parfois différentes entre les 8 états ou territoires australiens. Chaque état a toute latitude pour organiser le découpage de l’année scolaire.

 

POUR ALLER PLUS LOIN >>> 

SILC propose aux lycéens de partir étudier en Australie pour un trimestre, un semestre ou une année scolaire. Découvrez le programme ici ainsi que le tarif pour partir en scolarité en Australie, et contactez une conseillère SILC pour discuter de votre projet.

Tableau comparatif @Anitaussie 

vendredi 13 octobre 2017

Séjours longue durée à l’étranger : aussi pour les 18+

Séjour linguistique longue durée à l'étranger pour les étudiants et adultes

Cours de langue générale, d’anglais des affaires, cours particuliers,... pour les étudiants et adultes aussi, il existe des séjours linguistiques longue durée pour progresser en langue. Découvrez-les !

La plupart des écoles de langue proposent des formules de cours à partir d’une semaine, mais ont aussi des programmes “longue durée” pour ceux qui souhaitent devenir bilingue, maîtriser l’anglais des affaires, obtenir le meilleur score à un diplôme de langue, ou simplement faire une pause utile dans leur parcours.


Les formules possibles 


Vous pouvez opter pour :

  • des cours d’anglais / d’espagnol / d’allemand,... général (durée au choix) : ils consistent à progresser de façon globale dans la langue, et abordent des thématiques variées.
  • des cours de langue business (durée au choix) : anglais des affaires par exemple, pendant lesquels on aborde la langue dans le contexte professionnel : vocabulaire commercial et marketing, rédaction d’emails  professionnels, dialogue commercial et conversation téléphonique, prise de contact,...
  • des cours combinés (durée au choix) : cette formule prévoit des cours en petits groupes, ainsi que des cours particuliers qui permettent de progresser plus rapidement.
  • des cours particuliers ou One to One (durée au choix) : aussi nommés “cours particuliers chez le professeur”, cette formule est considérée comme la meilleure formule de séjour linguistique car elle combine immersion complète, sans autre français, et cours totalement personnalisés.
  • des cours de préparation à un diplôme de langue (jusqu’à 12 semaines) : ces formules intensives peuvent être accolées à un cycle de cours plus long ; elles permettent de s'entraîner efficacement, juste avant de passer les épreuves d’un test de langue.

La plupart des écoles proposent des programmes pré-établis pour un semestre ou une année d’étude, par exemple Cambridge, Galway, Le Cap et Shanghai.


Les avantages :


  • programmes à la carte : vous choisissez vos dates de séjour, et la durée de votre programme. 
  • hébergement à la carte : en résidence, chez l’habitant, en chambre individuelle ou partagée, ou par vos propres moyens
  • programmes ouverts à tout niveau : de débutant à avancé
  • cours adaptés au niveau de chacun : un test de langue permet de constituer des groupes de niveau
  • possibilité de matcher différentes formules pour élaborer un programme à la carte : par ex. anglais général + anglais des affaires, ou anglais général + préparation à un diplôme de langue

>>> Faîtes vos devis gratuits en ligne ou contactez une conseillère SILC pour affiner votre projet.

Contacter SILC

mardi 10 octobre 2017

Vocabulaire anglais : 20 synonymes d’“Amazing !”

Amazing

Vous avez aussi remarqué ? Pas une série ou un dialogue de nos amis anglo-saxons qui ne soit pas ponctué d’un “SOooo amaziiIIing !!!” !!! Envie d’enrichir votre vocabulaire anglais ? Voici une liste de 20 synonymes pour exprimer votre incrédulité/joie/béatitude !

*ACE : excellent, vraiment cool - Ace! I just got a promotion at work.

*ASTONISHING : étonnant, époustouflant - The magic show was astonishing.

*ASTOUNDING : étonnant, incroyable - The young guitarist astounded the audience.

*AWESOME : génial, fantastique - My host family’s house is really awesome!

*BLINDING : éblouissant, incroyable - They had a blinding party after their wedding ceremony.

*BRILLIANT : brillant, génial - He had a brilliant idea

*EPIC : sensationnel, épique ≠ “epic fail”=échec cuisant - Our road trip in Australia will remain epic!

*EXTRAORDINARY : extraordinaire - The concert last night was extraordinary

*FABULOUS : fabuleux, magnifique - The party took place in a fabulous location.

*GOBSMACKED : bouche bée, impressionné(e) - I was gobsmacked that you managed all of that.

*GREAT : grand, immense, formidable - “Make our planet great again” :-)

*HUGE : impressionnant - There is a huge variety of animals in Tanzania.

*LEGENDARY : légendaire, mythique - This is a legendary theater which was created in the19th century.
Impossible de ne pas penser à Barney Stinson de la série “How I Met your mother” - voici une petite compilation de ses “It’s gonna be “legendary”!”  

*MAGNIFICENT : magnifique, formidable - The gardens of the Versailles castle are magnificent!

*UNREAL : irréel, incroyable - I love this Halloween party, the disguises are just unreal!

*SMASHING : formidable - This theater company had a smashing success.

*STUNNING : stupéfiant, superbe - His last fashion show was stunning !

*UNBELIEVABLE : incroyable - My parachute jump will remain an unbelievable experience!

*WICKED : génial !
- I have booked the flights for our next stay in Dublin.
- Wicked! I’m looking forward to be there.

*WONDERFUL : merveilleux, formidable - The Manhattan rooftop restaurants always offer wonderful views of the city.

>>> A lire également :

- American slang : du vocabulaire argot américain

- English slang : du vocabulaire argot anglais

- 50 abréviations anglaises à connaître : ASAP, DIY, IDK,...

- 25 proverbes anglais  “as easy as a pie”

- 30 expressions anglaises typiques : part I  - part II

@Makeameme.org

lundi 25 septembre 2017

Marie et Max, famille d’accueil depuis 20 ans !

Le village où résident Marie et Max

Marie et Max B. habitent un village de 600 âmes en Lozère, et ont choisi d’accueillir, alors que leurs enfants étaient en bas âge, des jeunes étrangers en scolarité en France. Découvrez ce qui, selon eux, fait le sel de cette expérience !

Marie se souvient : “Avec mon mari nous avons commencé à accueillir des jeunes étrangers en 1996, au départ via une association que gérait un voisin et ami. Mon fils avait alors 10 ans, ma fille 8 ans, et on avait envie d’élargir le cercle familial, que les enfants apprennent à partager et qu’ils s’ouvrent à d’autres cultures. Ils ont au fil des ans accueilli une vingtaine de jeunes venant d’Italie, des Etats-Unis, du Canada, de Nouvelle-Zélande, d’Autriche, de Slovaquie, d’Allemagne, du Vénézuela et du Costa Rica !

Les difficultés et les richesses de l’expérience

Au départ nous accueillons sur des petits séjours d’un mois pendant les vacances. Et au bout de 4 ans on s’est lancés : on a accueilli Sylvia, une jeune italienne, pour toute la durée de son année scolaire en France. Etant moi-même d’origine italienne, c’était plus facile pour communiquer au départ car elle ne parlait pas bien le français. Cela a causé quelques conflits au sein de la famille : mes enfants étaient un peu jaloux car j’étais accaparée par la jeune, par exemple pour lui traduire les leçons. Puis au fil des jours nous avons chacun trouvé nos marques et notre équilibre, et Sylvia est devenue comme leur grande soeur. Pour les jeunes filles suivantes que nous avons accueillies, ça a été beaucoup plus simple !

Depuis, nous accueillons un jeune tous les ans, et avec SILC depuis 2009. Nos enfants ne sont plus à la maison désormais, mais nous continuons l’expérience car cela reste très enrichissant : nos filles d’accueil nous apportent beaucoup, de par leur tempérament, leur expérience, leur culture, leur vécu, on essaie de partager tout ça, mais aussi de les aider dans les devoirs, dans leur adaptation à l’école ou avec l’entourage familial (nous avons une grande famille !). Moi j’aime beaucoup les loisirs créatifs, le jardinage, la musique et le cinéma, donc je partage volontiers mes passions avec celles qui en ont envie. Nos filles d’accueil sont comme nos enfants, nous les considérons comme un membre de la famille, et c’est aussi le cas de nos proches. 

L’accueil et bien au-delà

Notre famille s’agrandit au fil des accueils. Pour notre part, on trouve que l’accueil est parfait lorsque nous pouvons rencontrer les parents de nos jeunes. Lorsqu’ils s’intéressent aux conditions de vie de leur fille, que nous pouvons échanger, ça crée des liens plus forts... De plus en plus, on propose aux parents de passer le réveillon de Noël avec nous et leur fille. Ça nous a permis de rencontrer des personnes adorables ! 

Et puis la relation se tisse aussi après la période d’accueil. Par exemple nous avons encore des contacts avec Sylvia, notre 1ère jeune fille accueillie, qui est maintenant aux USA et qui nous a tous invités pour son mariage en Italie l’an passé ! Nous sommes également allés en Autriche et en Slovaquie pour revoir des jeunes que nous avions accueillies. Et avec Internet, on a des contacts réguliers avec chacune d’entre elles.

Nous avons eu une seule expérience un peu décevante avec une jeune fille vénézuélienne qui venait d’une famille très aisée, et qui ne s’intéressait pas vraiment à notre culture et n’avait pas envie de s’investir. Mais c’est le seul cas en 20 ans !

Les anecdotes

Globalement, les italiennes que nous avons reçues étaient souvent assez coquettes et aimaient la mode ; c’était le cas de Sylvia, qui aimait assortir ses chaussures avec son sac ; plutôt incongru lorsqu’au lycée tous les jeunes étaient en jean-basket ; elle en a souffert au départ et pensait qu’ils se moquaient d’elle.

Ce qui surprend tous les jeunes, c’est qu’ils ont le sentiment que l’on mange beaucoup par rapport à chez eux ; par exemple les slovaques ne mangent qu’un plat unique, plus riche. 

Et puis toutes trouvent beaucoup trop longs les horaires de cours en France, aucune ne résiste : le mercredi midi, elles ont toute le nez qui pique dans l’assiette !

Au quotidien il y a toujours des occasions de plaisanter ou de rire. Je me souviens de la fois où on a regardé “La grande vadrouille” avec une jeune slovaque, on a beaucoup ri car elle prenait au pied de la lettre l’expression “être à cheval sur la literie”.

Et puis au départ, les jeunes viennent spontanément proposer de l’aide en cuisine, puis elles prennent de l'assurance et demandent si elle peuvent faire quelque chose à notre place, et elles finissent par insister pour nous cuisiner et faire découvrir un plat de leur pays. En fait la plupart ne savent pas cuisiner, ce qui fait qu’on a goûté beaucoup de ratés ! Hormis avec Veronika, notre jeune autrichienne : elle avait installé Skype dans la cuisine pour que sa maman la guide au fur et à mesure de la recette !

Mais toutes ont eu envie de nous faire connaître leur culture, elles étaient très volontaires et y mettaient tout leur coeur.

En tout cas à chaque fin de séjour, les adieux sont toujours très difficiles… C’est tellement riche d’émotions cette expérience, c’est dommage de s’en priver !”

>>> Si comme Marie et Max vous souhaitez devenir famille d’accueil, déposez votre candidature ici - SILC vous recontactera.


mercredi 23 août 2017

En séjour Spiklass, on reste entre copains

Séjour Spiklass de SILC

Ouverte aux 8/18 ans, la gamme Spiklass réunit les séjours traditionnels : les jeunes français partent en groupe et restent ensemble pendant les cours et les activités. Découvrez les particularités de cette gamme.

Comment se déroulent les séjours ?

Les séjours Spiklass se déroulent en groupes de jeunes, uniquement des français, de la même tranche d’âge.
Lors du 1er jour de cours, les jeunes français passent un test d’anglais ; il permet de les affecter à des groupes de niveau homogène en terme d’âge et de niveau de langue.
Ensuite, tout au long du séjour, les participants évoluent avec le même groupe, que ce soit pendant les cours d’anglais ou les activités prévues au programme.
Dans la grande majorité des séjours, les participants sont hébergés en famille d‘accueil (1 ou 2 français par famille selon les séjours) ; les enfants de primaires sont eux hébergés en centre de vacances, plus adapté à leur niveau débutant en anglais.
La pratique de l’anglais est encouragée en permanence, y compris avec les encadrants français qui accompagnent ces séjours : ils sont bilingues, et ont pour instruction de “switcher en mode english only” dès l’arrivée !

Pour qui sont les séjours Spiklass ?

Séjour linguistique en groupe

Ces programmes sont ouverts à partir de 8 ans, jusqu’à 17 ans et plus  ; ils s’adressent à des enfants et ados qui ne sont jamais ou rarement partis en vacances sans leurs parents, et qui veulent se retrouver dans un environnement familier sécurisant. Le fait d’être entre jeunes français toute la journée, voir aussi avec un autre camarade dans leur famille le soir, leur offre ce repère linguistique rassurant dans un environnement étranger inconnu.

Ces séjours sont donc parfaits pour les jeunes qui n’ont pas l’habitude de voyager sans leurs proches, ou qui sont plutôt timides de nature. Ils leur offrent une première expérience à l’étranger en douceur, qui leur permet de prendre confiance en eux avant d’envisager des séjours plus immersifs (gamme Spikosmo ou summer camp par exemple).

Quels programmes sont proposés ?

Dans la gamme Spiklass, on trouve :

* des séjours spécifiques pour les primaires : séjour à la ferme ou en centre de vacances
* des séjours multiactivités avec des cours et des activités variées, toujours entre français
* des séjours intensifs en mini-groupes de 4 jeunes français (Club 4), ou en solo chez une famille étrangère (One to One)
* des séjours ciblés pour les Terminales et étudiants qui souhaitent préparer le concours d’une grande école ou intégrer une prépa

Selon le profil de votre enfant, les conseillères SILC sont en mesure de vous orienter vers le séjour qui lui correspondra le mieux, contactez-les !

>>> Consultez les programmes Spiklass ici.

lundi 31 juillet 2017

Nina, 15 ans, nous raconte son année scolaire aux USA

Nina S., originaire de Poitiers, est partie avec SILC en août 2016, à l’âge de 15 ans et après sa classe de 3ème, pour suivre une scolarité de 10 mois aux Etats-Unis, dans la ville de Rochester, Michigan.

Avant de partir, elle avait un niveau d’anglais correct pour une élève de 3ème ; elle a cependant dû passer un test d’anglais (en l’occurrence le TOEFL) pour garantir qu’elle avait le niveau minimum pour suivre les cours, et finaliser son inscription dans l’établissement scolaire qui la recevait.

Voici son témoignage sur cette année scolaire aux USA, recueilli un mois après son retour en France :

Nina (à droite) : témoignage sur son année scolaire aux USA

“Dès le départ j’ai été bien accueillie, à l’école tout le monde savait que j’étais étrangère donc tout le monde a été très patient avec moi.

J’ai atterri à Détroit, et ai tout de suite été accueillie par ma première famille d’accueil* qui avait deux filles de mon âge. Quelques jours après je démarrais l’école, et j’ai tout de suite trouvé des amis et échangé avec d’autres personnes de la High School."

*Nina a changé de famille en milieu de séjour à cause de problèmes familiaux. Elle a donc été placée dans une autre famille de Rochester sur ses derniers mois de scolarité.

Sa journée type en lycée américain

"Tous les matins, je me levais à 5h45 car les cours commencent à 7h30. Comme à Rochester il n’y avait pas de transports en commun, au début la maman nous emmenait, puis ensuite c’est la fille de mon âge qui avait eu son permis entre temps qui m’accompagnait. On arrivait au lycée vers 7h. Avant les cours on avait le temps de discuter près des casiers, ou bien on pouvait aller poser des questions aux professeurs dans leur salle.

Une anecdote originale : si par exemple on ratait un contrôle, on pouvait parfois le repasser le lendemain ! Mais il fallait faire d’autres devoirs en plus ou répondre à des quizz, pour montrer qu’on avait quand même travaillé pour avoir le droit de le repasser."


Nina et ses amies américaines

"Pour les cours, en fait j’ai choisi les cours que je voulais suivre pendant le 1er semestre avant de partir aux Etats-Unis. Moi j’avais choisi l’Histoire de l’Amérique, géométrie (les maths sont divisés en géométrie et algèbre), biologie, anglais, et au 1er semestre mode et santé (corps humain, comment manger, relations amoureuses…). Pour mon second semestre, j’ai suivi “Web development” et cuisine à la place de santé et mode.

Comme en France, les cours durent une heure, mais on n’est jamais avec les mêmes élèves, ça change à chaque cours.

Au niveau de la méthodologie, c’est très différent selon les professeurs. Par ex. en histoire, soit le prof récitait la leçon, soit il nous faisait faire des activités, il changeait à chaque fois sa manière de travailler. Mais dans tous les cours on travaillait en groupes, par tables de 4 en face à face. Très peu de travail individuel, hormis pendant les contrôles : les professeurs préfèrent que l'on dise ce que l’on pense, que l’on partage notre avis.

Je ne sais pas si c’est comme ça dans tous les lycées américains, mais dans le mien, on était très libres : on pouvait manger, boire en cours et même mettre de la musique. Les profs d’histoire et de maths par exemple mettaient toujours la radio.  La prof de français nous proposait aussi de sortir nos écouteurs lorsque l’on faisait nos rédactions. Ça ne nous gênait pas pour nous concentrer. C’était bizarre, mais c’était bien !

Malgré ces libertés, personne ne perturbait le cours, tout le monde respectait les règles.

On suivait des cours jusqu’à 14h30, et on avait 30 minutes pour déjeuner. Moi j’emmenais mon panier repas préparé la veille. La plupart des élèves emmènent à manger parce que la nourriture au lycée n’était pas super (pas de menus équilibrés comme chez nous dans la “cantine”, là-bas c’était burgers, pizzas, frites,...)."

Après les cours : les clubs et activités

"Après les cours on peut aller dans des clubs, j’en ai visité pas mal pour les connaître et je me suis inscrite au club de français parce j’aimais bien aider ceux qui l’apprenaient.

Cheerleaders : les pompom girls américaines

Puis je me suis inscrite à un cours de danse, du hip-hop, dans une école à part, mais au début c’était difficile, car là-bas le niveau est très élevé. Par exemple les “cheerleaders” (pompom girls) débutent dès leur plus jeune âge, et tous les jours elles s'entraînent avant ou après les cours. Elles font des supers chorégraphies, avec des figures, elles sautent,... elles ont vraiment un super niveau !

Mais j’ai réussi à rattraper le niveau, et ça m’a beaucoup plu. On a fait deux représentations publiques."

Le soir je discutais avec la famille, mais pendant la semaine, comme le papa rentrait tard, on mangeait à des heures différentes. Les américains ne mangent pas vraiment ensemble, à part le week-end, au dîner ; même le midi ils ne déjeunent pas forcément ensemble.

Le week-end, on allait au cinéma, à la patinoire, j’allais voir des amis, on a souvent fait des barbecues avec les voisins, les amis,...


Ce que ça lui a apporté

"Depuis mon séjour, je me sens plus ouverte, moins timide, plus responsable et autonome.
J’ai gardé beaucoup de contacts avec la famille, les amis, on a prévu de se revoir ; certains vont venir en France, et moi peut-être que l’année prochaine je retournerais 1 ou 2 semaines là-bas pour revoir tout le monde.

Nina et ses amies américaines

Par rapport à la langue, en fin de séjour, je me sentais très bien, je peux dire que j’étais devenue bilingue. Globalement je comprenais à peu près tout, du moins j’arrivais toujours à comprendre le sens général.

En septembre, je reprends en classe de Seconde, dans une section Euro.

Je n’ai pas d’idée précise sur ce que j’aimerais faire, mais ce qui est sûr, c'est que j’aimerais que cela ait un lien avec l’anglais.

Mes conseils : il faut partir ! Même si au milieu de l’année j’ai ressenti un peu le manque de l’entourage, c’est vite passé. Il ne faut pas avoir peur de parler aux gens, de paraître idiot, il faut vraiment avoir envie d’apprendre, car beaucoup de choses sont différentes et déroutantes. Donc au début il faut travailler beaucoup pour intégrer ces nouveaux codes."

Ce qu'elle a le plus aimé : 

"- L’école ! Là-bas c’est très différent, mais je ne crois pas qu’en France ça pourrait se passer comme ça. Il y a beaucoup de liberté, des cours originaux, on travaille en groupe, en musique,... tout ce qu’un élève veut en fait !

Bal de promo au lycée américain

Il y eu trois “bals” dans l’année, accompagnés par des semaines de jeux. Par exemple la semaine du Homecoming qui se passe début octobre : toute la semaine il y a des activités organisées, une déco, des thèmes pour s’habiller (un jour on est venus en pyjama !), des concours, et pour clore la semaine un bal au lycée, où généralement tout le monde s'habille en tenue de soirée.

On a aussi “l’Assemblée”, organisée par les élèves : on se retrouve tous dans le grand stade, et on doit porter des t-shirts avec notre grade (2nd, 1st...) ; il y a une équipe pour chaque grade, et elles devaient se battre entre elles via des jeux, c’était très amusant.

- Les profs qui étaient assez jeunes, plutôt cools, ils organisaient des choses ; par exemple il y en a un qui s’est rasé la tête en live pour récolter de l’argent pour une association !

- Et puis découvrir la région : je suis allée au Canada car on habitait à côté, aux Chutes du Niagara, à Détroit. Je suis aussi allée à Las Vegas pendant 4 jours car le métier du papa offrait cette opportunité, c’est vraiment un super souvenir. "

Ce qu'elle n'a pas aimé : 

"- Pas beaucoup de transports en commun dans ma ville, donc je dépendais de ma famille pour bouger.

- La nourriture : trop grasse, trop salée et trop sucrée en général !”


Merci @Nina :-) ! We wish you all the best !

mardi 25 juillet 2017

8 raisons qui vous feront aimer apprendre l’anglais à l’étranger

Séjour linguistique à l'étranger : des rencontres, des souvenirs

Partir en séjour linguistique à l'étranger est l'une des expériences les plus riches et les plus étonnantes que vous puissiez vivre. C'est une occasion inouïe de rencontrer de nouvelles personnes venant du monde entier, de devenir plus indépendant et de vous faire des souvenirs qui dureront toute votre vie, tout en explorant une nouvelle destination ! Voici 8 arguments pour vous convaincre que vous allez adorer les séjours linguistiques à l’étranger !

1. Trouver votre “BFF” (Best Friend Forever = meilleur(e) ami(e))

Lorsque vous étudiez l'anglais à l'étranger, vos amis deviennent votre propre famille ! Vous trouverez nécessairement quelqu'un avec qui vous vous entendrez, et vous progresserez ensemble.

2. Et peut-être même tomber amoureux...

Beaucoup de couples se forment pendant les voyages. Parfois, les liens se prolongent au delà du séjour et donnent lieu à de belles histoires. Qui aurait pensé que l'apprentissage de l'anglais à l'étranger pourrait vous permettre de rencontrer l’âme soeur ?!

3. Vous faire des amis dans le monde entier

Selon les écoles, vous pourrez rencontrer des personnes provenant d'environ 140 pays ! C’est donc une fantastique opportunité pour les étudiants de se faire des amis issus de milieux culturels différents : la meilleure façon de grandir en tant que personne et de s’ouvrir au monde.

4.  Découvrir des sites incroyables

Que ce soit Table Mountain à Cape Town, Golden Gate Bridge sous le soleil de San Francisco ou Big Ben à Londres, vous découvrirez des lieux inconnus, des paysages grandioses qui réveilleront votre soif d’aventure et de découverte, et vous permettront de vous forger des souvenirs inoubliables.

5. Se mettre dans la peau d’un local

Partir à l’étranger oblige à s’adapter à un nouveau milieu et donc de mettre en place des routines, des repères, pour se sentir peu à peu comme chez soi. A l’aide des locaux, des familles d’accueil, vous adopterez peu à peu le mode de vie local pour vous “fondre dans le paysage” et pro-fi-ter.

6. Apprendre beaucoup avec les enseignants à ses côtés

Les professeurs des écoles de langue sont là pour vous guider dès votre premier jour de cours. Sentez-vous toujours à l'aise pour poser des questions, car vous apprendrez de nouvelles choses et améliorerez vos compétences en anglais avec vos camarades de classe.

7.  Améliorer votre confiance en vous

Partir à l’étranger seul impose de se faire confiance pour atteindre ses objectifs. Cette expérience permet de consolider la confiance en soi, et ainsi peu à peu de gagner en fluidité dans sa pratique de la langue étrangère.

8.  Mais surtout, vous faire des souvenirs qui dureront toute votre vie !

En séjour linguistique, il ne s’agit pas seulement d’apprendre une langue dans une salle de classe. Il s'agit aussi de se remettre en question, de devenir plus indépendant, ou encore d’assouvir sa soif de découvertes. Vous allez vous faire des amis pour la vie issus des 4 coins du monde et vous créer des souvenirs incroyables ensemble. 

Alors qu'est-ce que vous attendez ?

Article tiré du blog de l’école EC- version originale disponible ici.

mardi 11 juillet 2017

Donnez un coup de pouce à votre anglais pour l’année scolaire

Rentrée = cours d’anglais de niveau supérieur + nouveau prof d’anglais + nouvelles méthodes. Le passage en classe supérieure révèle parfois des lacunes ou un besoin de muscler sérieusement son niveau d’anglais. Partir en séjour linguistique aux vacances de Toussaint permet de donner un coup de pouce aux ados qui ont le sentiment d’être moins doués en langue que leurs camarades ; et pour tous les ados, c’est un moyen de gagner en confiance dans leur pratique écrite et orale de l’anglais. Du séjour découverte au séjour intensif, SILC a sélectionné 5 séjours profitables pour le reste de l’année scolaire, découvrez-les dès maintenant.

Meilleur séjour linguistique à la Toussaint

1. L’incontournable Live in London : Londres, c’est de loin LA destination plébiscitée par les ados et les parents pour un séjour linguistique : pas loin (2h20 en Eurostar pour faire Paris-Londres), pas cher, de l’anglais assurément, et en prime la découverte d’une capitale cosmopolite à la fois moderne et respectueuse de sa monarchie. Ce séjour propose une découverte de Londres à 360° à travers des cours-ateliers qui se déroulent "en live", en plein cœur des sites emblématiques et des quartiers typiques londoniens, pour que l'anglais prenne sens dans son contexte !

2. Le British Duo thème Harry Potter : l’un des classiques de la gamme SILC, mêlant cours et multi-activités (sport, jeux, visites, activités manuelles,...), et en point d'orgue la visite des studios Harry Potter ! Les collégiens sont accueillis à deux français par famille, sont pris en charge par un bus privé pour se rendre aux cours d’anglais, et découvrent la province anglaise dans une ville paisible du bord de mer. Un séjour parfait pour les ados un peu réservés, ou qui ont besoin de partir dans un cadre rassurant.

3. Le Live with my family (ex. Bain Linguistique) : conseillé aux ados plutôt matures, qui n’hésitent pas à aller faire connaissance avec des étrangers et s’intègrent rapidement dans un nouvel environnement. Le bain linguistique, c’est zéro cours de langue et 100% d’immersion en famille : le jeune français partage le quotidien de sa famille d’accueil anglaise, et donc toutes les activités : loisirs, cuisine, petites tâches ménagères, programme TV,... Pour progresser à l’oral en anglais, c’est l’un des meilleurs séjours linguistiques qui soit !

4. Le Club 4 : le succès de ce séjour en petit groupe de 4 tient au fait que les jeunes bénéficient d’un enseignement quasi particulier de l’anglais, et qu’ils pratiquent la langue de façon intensive avec un professeur dédié. En plus des 12 cours d'anglais, le professeur les met en situation à travers des ateliers de "vie quotidienne" qui les plongent dans la vie réelle, en dehors de la salle de classe. Ils apprennent ainsi à devenir autonomes en anglais, pourse sentir plus à l’aise lors d’un futur séjour à l’étranger mais aussi dans leur scolarité.

5. Le One to One : combinant immersion chez l’habitant et cours d’anglais particuliers, c’est le stage linguistique le plus efficace pour progresser tant à l’oral qu’à l’écrit. Lors des cours, le professeur, chez qui vit le participant, s’attache à faire progresser son élève sur des points grammaticaux, de compréhension, de rédaction,... Et en dehors des cours, les conversations permettent de travailler l’écoute, la prononciation, et d’acquérir un vocabulaire anglais moins académique.


Besoin d’être conseillé(e) pour choisir la meilleur formule ? Contactez SILC, organisme de séjours linguistiques de qualité depuis 50 ans : 0806 600 021 ou par email.



lundi 3 juillet 2017

23 conseils pour progresser en anglais


Dès leur retour de séjour linguistique, SILC partage avec tous les participants une série de 23 emails comprenant chacun une astuce (applications mobiles, sites web pédagogiques ou ludiques, conseils) pour continuer à progresser en anglais. Découvrez l’un de ces “tips”, et inscrivez-vous sur un prochain séjour linguistique anglais pour en bénéficier !

Si vous êtes parti ou allez partir avec SILC en séjour linguistique en Angleterre, Irlande, USA, Malte, Australie ou Canada, vous allez recevoir une série de 23 emails, à raison de 2 - 3 par semaine, comprenant chacun un conseil pratique pour continuer à travailler votre anglais, avec des liens pour accéder directement aux outils suggérés.

Tip SILC : progressez en anglais avec 23 astuces


Par exemple le tip N°8 propose d’explorer Youtube et de s’abonner à des chaînes : conseils ou cours sur un thème dispensés par des professeurs d’anglais ou des natifs, clips musicaux avec ou sans les paroles, conseils pour la prononciation, vidéos de vocabulaire,... Ces vidéos sont souvent ludiques et faciles à lire, pour entretenir son niveau de langue sans avoir l’impression de “travailler”.


Dans ces fameux “tips”, SILC vous partage des liens pour accéder aux outils et applications qui ont un intérêt pédagogique ou ludique. Dans cette liste, vous ne pourrez pas tout tester. Nous avons volontairement sélectionné des conseils très divers. Chacun peut ainsi s’approprier une ou plusieurs ressources, selon son âge, son temps disponible et le support qui l’intéresse pour réviser ou progresser, l’intérêt étant la régularité.
Vous-même connaissez des sites intéressants pour travailler son anglais ? Partagez-les nous, ils figureront peut-être dans les prochains tips !

lundi 19 juin 2017

Devenir bilingue : des solutions à tout âge


 
Si chez SILC, nous sommes convaincus que les séjours linguistiques sont l'une des meilleures solutions pour progresser rapidement dans une langue étrangère, ce n'est pas un moyen exhaustif pour autant.
C'est pour concrétiser une envie ancrée en elle, et lorsqu'elle a eu des enfants, qu'Emmanuelle Labbé, aujourd'hui expatriée à New York, a construit son blog « Devenirbilingue.com ». Elle y partage les méthodes et bonnes pratiques qui permettent d'apprendre les langues dans un objectif : tendre vers le bilinguisme.

 
« 1001 idées pour apprendre les langues »


Apprendre l'anglais, dès le plus jeune âgeDepuis quelques années, Emmanuelle recense sur son blog des solutions qu'elle a pu elle-même tester, ou qui l'ont convaincue de leur utilité : 

- outils pédagogiques (activités et cours par ex.),
- applications mobiles,
- écoles ou crèches bilingues,
- enseignement à distance,
- filières pour étudier à l'étranger,
- et une multitude d'idées innovantes ou de bon sens qui permettent d'apprendre les langues étrangères.

Elle publie également des interviews d'experts, d'apprenants, de parents, d'expatriés, de professionnels (écoles, start-ups, crèches,...), ou de polyglottes parlant jusqu'à 20 langues, qui partagent leur expérience et les bonnes pratiques. Des témoignages précieux pour orienter son apprentissage et choisir ses outils de prédilection.

 
Des parcours à chaque âge


Au fil des rencontres et des informations recueillies, elle a élaboré 4 « parcours d'apprentissage » selon l'âge : de la naissance à 6 ans, pour les 6-12 ans, les 12-18 ans et les + de 18 ans.
Dans chaque guide, l'avis d'un expert, et 5 propositions pour « se mettre en marche / avancer / évoluer / progresser vers le bilinguisme » selon sa tranche d'âge. Des guides ressources pratiques et didactiques qui proposent un focus sur les outils les plus adaptés à l'âge, avec les liens pour y accéder.


Envie d'en savoir plus ?


•         RDV sur devenirbilingue.com
•         Télécharger les parcours d'apprentissage

Guide pratique "devenir bilingue"



jeudi 18 mai 2017

L’aventure SILC ? Elle commence dès le voyage...

Escorte SILC

Le principe des nouvelles aventures linguistiques, c’est de vivre une expérience enrichissante tant du point de vue de la langue que sur le plan personnel. Avec SILC, l’aventure commence dès le voyage, découvrez comment !


Dès lors que votre enfant est accueilli par son escorte SILC, que ce soit en province ou à Paris, son aventure SILC commence ; il va apprendre :

- à s’orienter dans le train, le métro, le RER ou à l’aéroport,
- savoir comment éditer des billets,
- lire les panneaux d’affichage,
- enregistrer des bagages,
- présenter les bons documents aux autorités,...

Guidé par les escortes SILC avec bienveillance, votre enfant va devoir se prendre en main et révéler ses capacités à écouter, appliquer les consignes, se repérer, s’organiser et anticiper.


Les bénéfices ?


* une plus grande autonomie,
* une meilleure confiance en soi,
* une responsabilisation nécessaire puisqu’il part en séjour sans ses parents ou des adultes qui pourraient faire “à sa place”.

La majorité des parents s’accorde à le dire :

“le séjour SILC a transformé leur enfant, l’a fait gagner en maturité et a été bénéfique sur sa confiance en lui.”

À leur retour de séjour, les jeunes sont généralement plus loquaces, ont plus d’aisance pour s’exprimer à l’oral ou prendre la parole.


Alors qu’attendez-vous pour partir à l’aventure avec SILC ?!

Bandeau contact téléphone SILC

- page 1 de 29