SILC - Passeport pour le monde

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dossiers & études

Fil des billets

jeudi 12 juillet 2018

Le système scolaire canadien

Une High school au Canada

Saviez-vous que le Canada attire 2 fois plus d'étudiants étrangers qu’il y a 10 ans ? Avant de vous intéresser à notre programme scolarité au Canada, voici en quelques points les grandes différences avec le système scolaire français.

Le Canada est une destination très prisée des étudiants internationaux car il fournit l’un des meilleurs environnements pour la réussite scolaire. Ce n’est donc pas surprenant qu’au cours des 10 dernières années, le nombre d'étudiants étrangers venus étudier au Canada ait plus que doublé : chinois, indiens puis français sont en tête des étudiants les plus représentés. Avant d’envisager la poursuite en études supérieures, découvrez comment s’articule le système scolaire canadien et quels sont ses points forts.

Organisation du système éducatif 

Scolarité au CanadaAu Canada, il n’y a pas de Ministère de l’Education Nationale comme en France. Les trois territoires et les dix provinces du Canada sont responsables de leur propre politique en matière d’éducation, d’enseignement supérieur et de recherche, c’est pourquoi ils peuvent avoir des systèmes éducatifs différents.

Ainsi, selon la province ou le territoire, les enfants commencent généralement l’école lorsqu’ils ont 5 ou 6 ans et continuent jusqu’à un âge qui varie de 16 à 18 ans.

La plupart des enfants au Canada vont dans des écoles publiques (plus de 95 %).

Rythmes scolaires 

L’année scolaire canadienne est découpée en 2 semestres, et s’étend généralement d’août/septembre à décembre, puis de janvier à mai/juin. Les matières étudiées et les emplois du temps changent d’un semestre sur l’autre. Les élèves reçoivent 2 bulletins par semestre. Comme en France, les jeunes canadiens fréquentent l'école 5 jours par semaine du lundi au vendredi, de 8-9h, à 15-16h, avec généralement 6h de cours par jour.

Le midi, les enfants peuvent manger à la cantine, mais le plus souvent chacun amène sa lunch box (repas à emporter, préparé la veille à la maison). Peu de devoirs, même les contrôles sont généralement révisés en classe.

En plus des vacances d'été, les canadiens ont également deux semaines de congés à Noël, puis une semaine en mars (appelée la semaine de relâche).

Programme sur-mesure choisi par chacun des élèves

Scolarité au Canada : choix des matières optionnellesDans les écoles canadiennes, les élèves ont un large choix de matières à étudier, qui varient selon l’établissement. Parmi les enseignements obligatoires figurent généralement 2 ou 3 grand domaines : les langues, l’histoire et parfois les sciences ou les sciences sociales ; pour chaque domaine les élèves choisissent des matières. 

Puis ils bénéficient d’une grande liberté pour choisir leurs matières optionnelles. Par exemple :  mathématiques, chimie, physique, anatomie, biologie, géologie, littérature, philosophie, économie touristique, psychologie, informatique, business, internet, cinéma, anthropologie, comportement humain, travail du bois,...

Une grande place est également laissée à l’art et au sport - pour ce dernier item, les compétences évaluées tiennent autant compte du niveau de jeu que du comportement général : en effet la participation au rangement et au nettoyage des vestiaires fait également l’objet d’une notation.

Ces enseignements “à la carte” permettent de créer des profils de futurs étudiants très variés, et aux élèves de s’intéresser et approfondir des matières qui les intéressent et qu’ils se sont choisies. D’ailleurs tout au long de leurs 4 années de scolarité en high school, les élèves sont accompagnés par un « counselor » qui les aide à gérer leur parcours.

Approches pédagogiques

L’approche pédagogique dans les écoles canadiennes est très différente de celle dispensée en France. Par exemple, on accorde une grande importance à l’aspect participatif. Par exemple les enseignants organisent des ateliers de travail en petits groupes, des travaux pratiques, et utilisent la pédagogie différenciée : elle consiste à mettre l’élève au coeur de l’apprentissage ; l’enseignant adapte l’environnement et la méthode pour tenir compte des différences entre les élèves, et parvenir à la réussite de chacun sur un sujet d’apprentissage donné. D’autres méthodes d’enseignement sont également  utilisées, telles que l’école inversée ou la pédagogie 3.0.

Scolarité au Canada : cours de mathsPendant la classe, la tendance à l’encouragement est systématique : le système éducatif canadien met l’accent sur les progrès effectués là où, dans les écoles françaises, on a davantage tendance à sanctionner les erreurs. L’école canadienne ne met pas l’accent que sur les compétences académiques : que ce soit à travers les matières proposés ou la méthode d’enseignement, les compétences sociales et l’épanouissement personnel sont encouragés. 

Enfin les relations professeurs-élèves sont moins “verticales” : l’enseignant est à la disposition des élèves pour les aider à atteindre un objectif d’apprentissage, ce qui génère des relations de proximité et de confiance, et une relation plus “détendue”. 

Examen de fin de secondaire

Sensiblement proche du système scolaire américain, à la fin des études secondaires, les élèves canadiens passent la « Graduation » (équivalent du bac). Il est obtenu à travers un contrôle continu effectué sur les 4 années de High school. Pour être « graduate », l’étudiant(e) canadien(ne) doit cumuler un certain nombre de « credits », c’est-à-dire de points qui se gagnent par matière et par semestre.

L’élève canadien doit obtenir ces « credits » dans des domaines variés (science, histoire, langue…) suivant un barème qui varie selon les établissements. 

Bal des finissants ou bal de fin d’études

Bal des finissants - fin de high school lycée Canada

Événement social majeur dans la vie des jeunes canadiens, le bal des finissants, organisé par l’école et auquel participent 50 à 70% des élèves, marque la fin des études secondaires. Il se déroule fin juin, mais il est toujours préparé plusieurs mois à l'avance par les participant(e)s : choix du cavalier ou de la cavalière, de la robe (essayages, retouches,... comme pour un mariage !), du costume du cavalier qui doit être assorti, de la coiffure, du maquillage, du bouquet, etc. 

Il n’est pas rare que les familles dépensent plus de 500$CAD pour cette seule soirée !

Hormis le port de l'uniforme exigé uniquement dans les établissements privés canadiens le système scolaire du Canada est pour très approchant du système scolaire américain et du modèle anglo-saxon en règle générale.

Votre ado aimerait découvrir le fait de partir étudier au Canada ? Proposez-lui de partir pour un semestre ou une année scolaire après sa 3ème ou pendant les années lycée ! Détails du programme SILC ici.



©Wikipedia, Ernest Doroszuk/Toronto Sun


mercredi 23 mai 2018

Scolarité en Irlande : examens et culture irlandaise 2/2

Pour faire suite à notre premier volet sur le système éducatif irlandais, voici les examens que passent les élèves au cours de leur scolarité, et quelques incontournables de la culture irlandaise.

Les examens irlandais

A l’issue du cycle junior, qui correspond aux 3 dernières années de collège, les élèves passent l'examen du Junior Certificate qui comprend au moins 4 matières obligatoires (mathématiques, irlandais, anglais et CSPE (Civic, Social, and Political Education)), ainsi que des matières optionnelles telles que les Arts, les langues étrangères, les sciences ou sciences appliquées.

Notation IrlandeLes élèves sont notés sur une échelle de lettres de A à F ou “no grade” lorsque le résultat est inférieur à 10%. Les lauréats sont ceux qui obtiennent une moyenne de plus de 40% à l’examen.

A l’issue des deux ou trois années de cycle senior, les élèves passent le Leaving Certificate à 17 ou 18 ans. Les candidats doivent choisir les 6 matières sur la trentaine possible, telles que l’informatique, la comptabilité, les sciences agricoles, l’ingénierie, la musique, les maths appliquées,... 3 matières sont obligatoire : l’anglais, le gaélique et les mathématiques, et les candidats optent souvent pour une langue étrangère, notamment le français qui est la langue la plus choisie.

Particularité de cet examen : les candidats décident à l'avance à quel niveau ils souhaitent passer chaque épreuve :

  • Foundation Level (niveau fondamental)
  • Ordinary Level (niveau normal)
  • Higher Level (niveau supérieur)

Système de points en IrlandeEn fonction du niveau choisi et du pourcentage obtenu, ils cumulent un certain nombre de points au Leaving Certificate, ce qui conditionne leur admissibilité dans les établissements d'enseignement supérieurs. 

C’est en effet à partir de ce nombre de points que sont affectées les places dans les universités, les Institutes of Technology (instituts de technologie) et les Colleges of Education (instituts universitaires de formation des maîtres). Par exemple pour suivre des études de droit dans la prestigieuse université du Trinity College de Dublin, il fallait atteindre un score de 570 points minimum il y a quelques années.

Les étudiants poursuivent ensuite des études secondaires sur 3, 5 ou 7 ans, sur le modèle européen du LMD (Licence, Master, Doctorat). Tout diplôme obtenu est alors reconnu à l'échelle européenne.

 

Culture irlandaise : ce qu’il faut savoir


  • Le port de l’uniforme est obligatoire dans la quasi-totalité des établissements. Généralement, l’uniforme des garçons est constitué d’un pantalon (ou short), d’un polo et d’un pull portant le blason de l’école dans lequel il est scolarisé. Pour les filles, la jupe, le polo et le pull sont également de rigueur. Toutefois, chaque établissement a un règlement intérieur propre qui peut prévoir le port d’une veste, d’une cravate, etc, ou d’acheter l’uniforme dans une boutique particulière.


  • Hurling en IrlandeL'Irlande compte de nombreux sports nationaux : les irlandais pratiquent le football, le rugby mais aussi le hurling et le foot gaélique. Le hurling se joue à l'aide d'une crosse et chaque match à Cork Park réunit 82 000 supporters. Le foot gaélique se joue avec une sorte de balle de basket et avec des règles empruntées à la fois au football et au rugby. Grande tradition irlandaise, la course de lévriers rassemble des milliers de parieurs pendant les courses au cynodrome.

  • Les pubs sont en Irlande une vraie institution, et représentent sans aucun doute un endroit de socialisation majeur, et encore plus dans les petites villes. On y boit (de la bière essentiellement...), on y mange, on y danse ou on y chante parfois, ou on y écoute un groupe de musiciens, on y regarde un match.
    Au pub, cela ne se passe pas comme en France : personne ne viendra prendre votre commande si vous vous asseyez à une table. Il faut commander au bar et payer tout de suite. Les irlandais s’y rendent entre amis ou en famille, mais après 21h, tous les mineurs doivent quitter le pub.
    Sachez enfin qu’il est interdit de se promener dans la rue avec une bouteille ou une canette d’alcool, même fermée, de manière visible.

  • La langue nationale et officielle de l'Irlande est le gaélique, au même titre que l'anglais. Environ 99% de la population parle anglais, et le gaélique, bien que très peu usité, reste une matière obligatoire pendant toute la scolarité jusqu’au Leaving Certificate.

  • Le climat irlandais est assez doux. Les vents d'ouest sont très influents, et les précipitations sont plus importantes sur la côte ouest. Les températures oscillent en moyenne entre 4 et 70C en janvier à entre 14 et 160C en juillet. Le climat est tout de même très humide, ce qui engendre un paysage aux couleurs verdoyantes.
    Il est également reconnu pour être très changeant et il n’est pas rare d’apercevoir les 4 saisons sur une même journée.

 

 

 

jeudi 19 avril 2018

Scolarité en Irlande : le système éducatif 1/2

Scolarité en Irlande

Bien que le système scolaire irlandais soit assez proche du système français, les établissements scolaires irlandais sont pour la plupart gérés par l’église et financés par l’Etat. Découvrez les différences et ressemblances entre la scolarité en Irlande et la scolarité en France.

* Les rythmes scolaires irlandais 

Selon les écoles, les horaires varient, mais le nombre d’heures d’enseignement par jour reste le même.

Traditionnellement, la journée commence par une Assembly : cette cérémonie se déroule chaque matin et réunit élèves et professeurs. Elle consiste en un temps de réflexion à caractère religieux et à diffuser ou échanger sur des informations diverses sur la vie de l’école ou des thèmes d’actualité.

Puis les cours débutent vers 9h00 et durent environ 40 minutes, jusqu’à 12h30. Après une pause déjeuner rapide constituée d’un packed-lunch ou d’un snack pris à la cafétéria, les cours reprennent jusqu’à 15h environ.

L’année scolaire débute le 1er septembre et se termine le 30 juin. Les élèves irlandais ont cependant moins de vacances scolaires que les français : une semaine de vacances fin octobre, deux semaines pour Noël, 4 jours en février et deux semaines à Pâques.

 

* Le système éducatif

Le système scolaire irlandais est assez proche du système français : Primary school de 6 à 12 ans, puis Secondary school de 12 à 17/18 ans. 

En Irlande, la plupart des écoles irlandaises ont pour particularité d’être encore gérées par l’Église, tout en étant financées par l’État ; aussi, le catéchisme est enseigné dans la plupart des établissements.

L’enseignement secondaire  est constitué de deux cycles – junior cycle et senior cycle – qui peuvent être séparés par une « transition year », au cours de laquelle des élèves se consacrent à des activités extra-scolaires ou des études à caractère plus professionnel. Dans certaines écoles, l'année de transition est obligatoire.

Système scolaire Irlandais

 

Pendant le Junior Cycle de 3 ans, de la Year 8 à 10, un enseignement général est dispensé de façon équilibrée entre 10 matières, dont certaines sont obligatoires : l'anglais, le gaélique, les mathématiques, l'histoire, la géographie, une ou deux langues étrangères, et l'instruction civique, sociale et politique. A noter que le français est la première langue étrangère choisie par les élèves irlandais (après le gaélique qu’ils apprennent dès la maternelle).

La Transition Year (année de transition/réflexion) a été proposée pour la première fois il y a plus de 40 ans en Irlande, au départ dans 3 écoles pilotes. Elle est désormais l’une des innovations principales du système scolaire irlandais, désormais proposée par 75% des établissements. Pendant cette année de transition, optionnelle, les élèves peuvent effectuer un stage professionnel, partir en volontariat international, ou encore s’essayer à diverses expériences éducatives ; elle est considérée comme un moyen de développer leur conscience sociale, est utile au développement personnel, profitable pour gagner en maturité, et leur permet de réfléchir à leur orientation future ou leur projet professionnel. 

Puis le Senior Cycle dure 2 ans : les étudiants doivent choisir 7 matières qu’ils passeront pour le Leaving Certificate. dont Anglais, gaélique et maths comme matières obligatoires ; comme la plupart des universités irlandaises imposent 3 langues comme critère d’entrée, le français fait souvent partie des options choisies. 

Trois cursus peuvent mener à cet examen d’État : le Leaving Certificate correspond à notre baccalauréat, le Leaving Certificate Vocational Programme (LCVP) qui dispense un enseignement plus technique, ou le Leaving Certificate Applied (LCA), qui est le plus professionnalisant et prépare les élèves à la vie adulte et la vie active.

Enfin, les élèves peuvent choisir de poursuivre leurs études à l’université, dans un institut de technologie ou de formation, en  apprentissage professionnel ou dans une école de commerce privée.

 

La scolarité en Irlande vous intéresse ? Consultez le programme de SILC, qui propose aux 14-17 ans de partir un trimestre, un semestre ou une année scolaire en lycée irlandais.

 

Prochain thème à suivre : Scolarité en Irlande : examens et culture irlandaise 2/2

mercredi 28 mars 2018

Régimes particuliers & allergies : comment SILC répond aux besoins particuliers

 Des séjours linguistiques pour les enfants allergiques

25 à 30% des français souffrent d’allergies, et environ 15% suivent des régimes particuliers (végétarien, vegan, sans gluten, sans lactose…). SILC est habitué à prendre en compte ces besoins spécifiques, afin que les séjours linguistiques soient accessibles à tous les enfants, quel que soit leur régime alimentaire ou les allergies dont ils souffrent. Découvrez les attentions particulières dont ils font l’objet, pour profiter comme les autres de leur séjour. 

1. Informer SILC avant de réserver

Le point de départ est de signaler à SILC toutes les pathologies et/ou besoins particuliers que nécessite votre enfant : allergie aux chats, intolérance ou allergie alimentaire, régimes alimentaires stricts,... 

Si vous en avez un, l’idéal est d’adresser à SILC le PAI de votre enfant (Projet d’Accueil Individualisé) : celui-ci est transmis aux partenaires étrangers, qui va rechercher les meilleures solutions pour accueillir votre enfant

Le dossier de chaque enfant est en effet étudié au cas par cas avec les partenaires locaux de SILC, en tenant compte des souhaits de séjour exprimés. 

Vous avez le choix entre les séjours en résidence ou en famille d’accueil, dont les conditions d’accueil varient.

2. Les séjours en résidence : un choix optimal

Lors des séjours en résidence (internat, hôtel, centre de vacances, auberge de jeunesse,...), les jeunes vacanciers prennent leur repas en collectivité. Les menus sont préparés par des chefs qui ont l’habitude des régimes particuliers et peuvent proposer des alternatives aux enfants concernés.

Sachez néanmoins que dans de rares cas, lorsque les contraintes alimentaires sont très spécifiques, des suppléments peuvent être appliqués.

Pour les enfants ayant des régimes alimentaires particuliers, ce choix d'hébergement est donc parfaitement indiqué.

3. Quid des séjours en famille pour les inconditionnels ?

Sachez que toutes les familles n’acceptent pas d’accueillir des jeunes nécessitant des attentions particulières. Si, sur le séjour choisi, aucun placement n’a été trouvé, SILC sera en mesure de vous proposer d’autres séjours avec des familles susceptibles d’accueillir votre enfant.

* Pour les enfants suivant des régimes particuliers (sans gluten ou vegan par exemple), conformément à nos CPV, un supplément est généralement appliqué ; les familles doivent en effet s’adapter en achetant des produits spécifiques ou en cuisinant des plats particuliers. Les enfants ont également la possibilité d’apporter leurs produits alimentaires avec eux : les produits à l’étranger étant différents, il peut être rassurant pour l’enfant d’avoir le produit qu’il connaît. 

* Pour les allergies à un aliment ou groupe d'aliments, il est impératif d'en faire part à SILC afin que les informations soient transmises à la famille.

* Pour les enfants souffrant d'allergies (pollen, chat,..), le correspondant local effectue le placement dans des familles adaptées à la situation de l'enfant. 

Quel que soit le séjour, chaque profil d’enfant est étudié au cas par cas : l’objectif est que votre enfant soit bien pris en charge pendant toute la durée de son séjour, et que vous le confiez à SILC sereinement.

Pour plus d’informations, consultez les conseillères SILC au 05.45.97.41.60

jeudi 8 mars 2018

Système scolaire américain 3/3 : les évènements de l’année scolaire


3ème et dernier volet de notre saga sur le système scolaire américain ! Aujourd'hui découvrez quels sont les temps forts de l'année scolaire dans la vie d'un lycéen américain.

Le Homecoming et la Spirit week

Une équipe de football américainLe Homecoming est une tradition annuelle qui a généralement lieu au mois de septembre ou octobre, au cours de laquelle les élèves de High School fêtent la rentrée et l’école qu’ils fréquentent car ils en sont fiers. C’est aussi l’occasion de souhaiter la bienvenue aux nouveaux élèves, par exemple aux jeunes français venus étudier aux Etats-Unis avec SILC :) !

La Spirit Week a généralement lieu lors de la semaine du Homecoming dans les High Schools. Elle est ponctuée d’activités diverses, telles que les journées à thèmes : chaque jour, il convient de s’habiller selon le thème du jour, et tout le monde participe ! Si le thème du jour est « pyjama day », ne soyez pas étonné de voir même les professeurs dispenser leur cours en pyjama !

Les cheerleaders américaines : de vraies athlètes surentraînées !Pendant la semaine, des tournois sportifs sont également organisés (souvent du football américain), l’occasion d’admirer les prouesses des cheerleaders (pom-pom girls) : en effet la plupart des écoles secondaires et des universités américaines disposent d’équipes de Cheerleaders. Ce sont des étudiantes munie de pompons aux couleurs d'une équipe sportive, qui donnent un spectacle pour encourager leur équipe lors d'événements et de championnats sportifs.

Le Bal de Promo 

Au mois de Mai a lieu le traditionnel bal de promo, la “prom night”, une soirée qui a lieu dans les high schools et à laquelle sont conviés les finissants – c’est-à-dire les seniors-, et parfois les juniors. Les élèves des deux années précédentes peuvent parfois y aller s’ils sont invités et chaperonnés par un Senior ou un Junior. C’est l'événement incontournable de l’année, qui fait partie intégrante de la culture américaine.

Bal de promo ou Prom nightLes jeunes filles passent souvent la journée à se préparer : elles vont chez le coiffeur, se font maquiller, et revêtent la robe de leurs rêves, achetée exprès pour l’occasion. Lorsque leur cavalier – amoureux transi ou simple ami - arrive chez elle pour se rendre ensemble à la soirée, il lui remet un bouquet de fleurs à attacher au poignet - un « corsage »- et accroche à la boutonnière de sa veste un petit bouquet assorti. 

La cérémonie de remise des diplômes

La High School Graduation fait partie des étapes clés dans la vie d’un jeune américain et elle représente pour nous français, un des clichés les plus emblématiques des États-Unis. A cette occasion, les étudiants reçoivent leur diplôme de fin d’études secondaires et voient leur portrait trôner dans le « yearbook ».

La cérémonie se déroule la plupart du temps dans un stade, un gymnase ou un parc de l’établissement, et a lieu courant du mois de mai. Des chaises sont installées pour les étudiants et les personnes qui viennent assister à la cérémonie, ainsi qu’une scène.

Cap & Gown : la tenue traditionnelle portée pour la remise des diplômes aux USALes élèves vont pour cette occasion acheter ou louer la tenue traditionnelle Cap & Gown : le gown (la toge) et le Cap ou Motar Board (toque carré) muni du tassel (pompon) avec un pendentif indiquant l’année de la promotion. Les couleurs de la tenue sont généralement coordonnées à celles de l’école et les élèves y ajoutent parfois un petit symbole représentant l’école.

La High School Graduation commence toujours avec l’entrée des élèves dans le stade ou le gymnase, sur la musique « Pomp and Circumstance » (à écouter ici). Puis le directeur de l’école et des professeurs font un discours.

Ensuite c’est la remise des diplômes : chaque élève rejoint la scène l’un après l’autre pour recevoir son diplôme des mains du proviseur.

A la fin, tous les élèves se lèvent pour effectuer le fameux “tassel turning” : Ils font passer leur tassel (pompon) de la droite vers la gauche pour symboliser l’obtention de leur diplôme. Juste après ça c’est le fameux lancé de chapeaux dans les airs appelé “Hat Throwing” !

Une ambiance nettement plus festive que d'aller à la vie scolaire pour récupérer son diplôme n'est-ce pas :-) ?!


Pour (re)lire les deux précédents volets, c'est par ici :



©KESUProduction et Wikipedia


mercredi 14 février 2018

Système scolaire américain 2/3 : le programme scolaire

Scolarité aux USA | SILC

<<< Voir l’article précédent 1/3 : Les rythmes scolaires 

Programme personnalisé en fonction du niveau des élèves, choix de matières optionnelles, dress code,... le système scolaire américain diffère du français par bien des aspects. 

Un programme individualisé

High School USAEn Middle et High School (équivalents de collège et lycée), on ne fonctionne pas par classe mais par année et par niveau. Si un jeune est en 7th (5ème) et qu’il a un niveau en mathématiques évalué à celui d’un 8th grade (4ème), il suivra les cours de maths en 8th grade. L’élève américain suit ainsi un parcours plus individualisé qu’un jeune français. Pas de classes fixes donc : à chaque heure de cours les élèves peuvent changer de camarades. Par ailleurs, l’année scolaire étant divisée en 2 semestres, l’emploi du temps des élèves évolue entre les deux périodes.

 

Matières enseignées 

Cours aux USALe système scolaire américain étant décentralisé, les programmes varient d’un état à l’autre. Certaines matières sont obligatoires, telles que : 

  • Mathematics : algèbre, géométrie, arithmétique, trigonométrie, résolution de problèmes
  • English : l’équivalent de notre cours de Français
  • History : étude de l’Histoire américaine et de l’Histoire à l’échelle mondiale
  • Science : biologie, chimie et physique
  • Computers (informatique) : évolue au fur et à mesure de la scolarité, permet d’apprendre à se servir des logiciels de traitement de texte, tableur, édition d’image, langages informatiques et création d’un site web, etc
  • Civics (éducation civique) : bases fondamentales de la citoyenneté, organisation du pays et de son gouvernement
  • Speech (discours) : entrainement à la prise de parole en public
  • Psychology : fondamentaux de la psychologie humaine et étude des comportements et leur signification
  • Physical Education : 2 fois par semaine
  • Health (santé) : sexualité, nutrition, effets de la drogue ou de l’alcool, gestes de premiers secours, etc.
  • Langues : espagnol, français, allemand et italien majoritairement

Mais les collégiens et lycéens ont aussi des « electives » : une série de matières optionnelles proposées et choisies selon leurs goûts, capacités et objectifs, avec l’aide du « Counselor » (conseiller pédagogique). 

L’éventail  des matières est particulièrement large et variable, par exemple : intégrer une chorale, un orchestre, apprendre les langues étrangères, l’art, l’informatique, la couture, la photographie, le journalisme, le théâtre, la mécanique, etc.

Les examens 

Diplômés de fin de High SchoolLes jeunes américains doivent passer un test standardisé permettant d’évaluer leurs connaissances générales à la fin du 3rd Grade (équivalent du CE2), et des 4th et 5th Grade.

Il est impératif de réussir ces tests afin de passer dans la classe supérieure. Toutefois, le redoublement est rare aux Etats-Unis, et il existe une session de rattrapage en août pour ceux qui n’ont pas été reçus à la première session de février/mars.

Contrairement au système français, en fin de 12th grade (Terminale), les élèves ne passent pas d’examen équivalent à notre Baccalauréat puisque leurs connaissances sont évaluées en contrôle continu.

En revanche, ils reçoivent un « High School Diploma », qui valide la réussite et le suivi des 4 années de High School.

Le système de notation 

Les établissements américains utilisent le système des «grade points» : les notes vont de A à F, A étant le meilleur résultat possible, F étant éliminatoire. Chaque note a une valeur numérique :

  • A = 4,0 = Excellent ; A- = 3,7 = Extrêmement bien
  • B+ =3,3 = Très bien ; B =3,0 = Bien ; B- =2,7 = Assez bien
  • C+ =2,3= Au-dessus de la moyenne ; C =2,0= Moyen mais satisfaisant ; C- =1,7= Presque satisfaisant
  • D+ =1,3= Insuffisant ; D =1,0= A peine passable
  • F =0 = note éliminatoire

Ainsi, une note est attribuée pour chaque cours suivi, qui a sa propre valeur en crédit (un coefficient en fait).

La moyenne finale de l’année (“Grade Point Average”) tient compte des notes obtenues à chaque cours et de leur coefficient.

 

A l’école : tenue correcte exigée

Aux États-Unis, on parle plus de « dress code » que d’uniforme scolaire pour la majorité des établissements. Ce code vestimentaire favorise le respect et la lutte contre les inégalités sociales pour la majorité de ces écoles.

Le code vestimentaire réglemente différents éléments comme le type de vêtements à porter, la longueur minimale de certains vêtements comme les bermudas ou les jupes. Il peut interdire notamment les vêtements troués ou abîmés, laissant voir les sous-vêtements, et plus généralement les tenues obscènes, liées aux gangs ou dangereuses. Certains codes vestimentaires spécifient le type de vêtements de haut (par exemple avec des cols) et de bas autorisés, et les couleurs autorisées (généralement les couleurs de l'école).

L’uniforme scolaire imposé est davantage présent dans les écoles privées.

>>> Plus d’infos ici sur le programme Scolarité aux USA de SILC

© Wikipédia, turningpointschool.org

vendredi 19 janvier 2018

Système scolaire américain 1/3 : les rythmes scolaires

Jeunes américains

Partir étudier aux Etats-Unis est le rêve de nombreux adolescents, dont certains, comme Nina, ont franchi le pas. 

Mais comment se déroule la scolarité aux USA ? Voici un 1er volet pour comprendre, sur les rythmes scolaires.

Scolarité type d’un élève américain :

Système scolaire américain et équivalent françaisLa durée de la scolarité aux Etats-Unis est similaire au système français : l’école y est obligatoire à partir de 6 ans et dure en principe jusqu’à 18 ans (16 ou 17 ans selon les états). 80% des élèves sont scolarisés dans des établissements publics.

Le découpage des années entre middle school et high school (collège et lycée) est légèrement différent puisque les élèves passent 4 ans en high school au lieu de 3 en France.

Les diplômés de l’enseignement secondaire - les high school graduates - peuvent poursuivre leurs études dans trois grands types d’institutions : l’université, le collège ou un institut (formation plus technique et professionnalisante).

 

Journée type d’un élève américain :

Les journées de cours des jeunes américains sont plus courtes qu’en France, et peuvent commencer tôt le matin – parfois 7h30 ! Mais en règle générale, les cours débutent vers 8h/8h30, et finissent vers 15h/15h30.

De l’Elementary School à la Middle School, une dizaine de minutes est consacrée à une réunion générale pour porter allégeance au drapeau américain- le Pledge of Allegiance -, et que l’équipe éducative puisse faire passer des annonces générales.

Une journée est découpée en « periods » (heures de cours) qui durent entre 45 et 55 minutes. Un collégien américain dira donc « I have History, 3th period » pour dire qu’il a cours d’Histoire en troisième heure.

A chaque fin de cours, la sonnerie retentit et les élèves disposent de quelques minutes pour passer par leur locker (casier). Ils y déposent les livres et cahiers de leur cours précédent, et récupèrent ceux du suivant avant de se rendre dans une nouvelle salle de classe. Il s’agit des « changeovers ».

La pause déjeuner des élèves américains est beaucoup plus courte que celle des élèves français puisqu’elle dure entre 30 minutes et 1h. Mais leur déjeuner est moins conséquent que celui des Français, et les jeunes Américains mangent un sandwich ou une salade, qu’ils prennent à la cantine en self-service ou amènent dans leur « lunch box », c’est-à-dire leur propre déjeuner préparé le matin à la maison.

A la fin de la journée, les collégiens et lycéens rentrent chez eux, ou choisissent de rester sur le campus pour participer à des activités extra-scolaires : aller à la bibliothèque, s’entrainer avec l’équipe sportive de l’école ou se rendre dans l’un des nombreux clubs dont ils peuvent devenir membres (comédie musicale, informatique, orchestre, etc).

 

Vacances scolaires : un peu moins qu’en France :

Le calendrier scolaire aux Etats-Unis varie en fonction des Etats. Souvent, l’année commence fin août ou début septembre et se termine début juin. Il y a, en général, deux semaines de vacances entre Noël et le jour de l’An, une semaine au printemps, et quelques jours en février et novembre.

>>> Envie de partir étudier aux Etats-Unis comme un élève américain ? 

Découvrez le programme Scolarité aux USA de SILC.

jeudi 21 décembre 2017

Système scolaire anglais : 7 différences avec le système français

College anglais

Le système scolaire Britannique est assez similaire au système français dans sa structure : l’école est obligatoire à partir de 5 ans (Year 1), jusqu’à 16 ans (Year 13 qui correspond à l’année de Terminale chez nous), mais il diffère dans son fonctionnement.

Voici les 7 points sur lesquels le système scolaire anglais diffère du système scolaire français :

1. Des rythmes scolaires différents :

Les élèves ont généralement cours du lundi au vendredi, de 9h jusqu’à 15 ou 16h.

Quotidiennement ou presque, la journée commence par une « assembly » : ce temps d'1/2h environ réunit tous les élèves, souvent dans le gymnase, et permet d’aborder des thématiques concernant la scolarité ou la société en général : prières, chants religieux, discussion autour de problèmes survenus dans l'école ou dans le monde, préparation des spectacles d'école… Le reste de la matinée est consacré aux cours.

Assembly dans un établissement anglais

Pour la pause méridienne, la plupart des enfants apporte son « packed-lunch », tandis que les autres mangent à la cantine. La journée scolaire se termine tôt, entre 15h et 16h. 

Le reste de la journée est réservé aux devoirs ou aux activités extra-scolaires : des clubs sont mis en place au sein de l'école, permettant aux jeunes britanniques de pratiquer un sport, de la musique, de l’informatique, de la danse, du théâtre, ou de s’investir dans une chorale ou la rédaction du journal de l'école.

 

2. Les vacances scolaires : un casse-tête

La particularité du système de vacances scolaires anglais provient du fait que le choix des dates et la durée des vacances ne sont pas imposés de manière centralisée par le Departement of Education. En fonction du lieu d’habitation et du système scolaire choisi (public ou privé), les dates et la durée des vacances peuvent varier.

Par exemple, dans le système public, les élèves bénéficient de 13 semaines de vacances par an (soit 3 semaines de moins que pour les petits français, dû au fait que la journée d’école est un peu plus courte qu’en France), généralement réparties de la manière suivante :

  • Une semaine à la Toussaint (Autumn Term half term)
  • Deux semaines à Noël (Christmas Holidays)
  • Une semaine en février (Spring Term half term)
  • Deux semaines à Pâques (Easter Holiday)
  • Une semaine fin mai (Summer Term half term)
  • Les vacances d’été commencent la dernière quinzaine du mois de juillet et finissent fin août

Les écoliers du système privé ont en général plus de vacances que leurs camarades du public.

3. Un programme individualisé :

Le programme scolaire national (National curriculum) s’applique aux écoles publiques et couvre une base étendue de connaissances. En revanche, les établissements privés, les Academies et les Free Schools n’ont pas l’obligation de respecter ce programme.

Élèves anglais

A partir de la 9ème année, tous les élèves suivent 8 matières obligatoires : mathématiques, anglais, Sciences de la vie et de la terre (SVT), littérature anglaise, éducation civique, histoire, géographie et sciences. Et ils peuvent choisir d’autres matières parmi 15 à 40 proposées, telles que le dessin, la musique, l’éducation physique, ou encore l’enseignement commercial, l’art dramatique, ou des cours axés sur la formation professionnelle.

4. Une approche pédagogique et éducative différente :

En Angleterre, la priorité est donnée à la différenciation et à l’individualisation : la pédagogie est centrée sur l’enfant, sur son développement personnel, adaptée à son niveau.

À l’école primaire par exemple, on considère que l’apprentissage doit être attrayant, le contenu d’enseignement varié, et adapté au contexte émotionnel de l’enfant. L’enseignement est ainsi différencié selon chaque élève, et les matières sont souvent associées, pour un “apprentissage actif “.

Face à l’évaluation, les Anglais valorisent la créativité, et mettent l’accent sur le processus plus que sur le produit final. Les professeurs privilégient les encouragements et le progrès à la sanction et aux critiques.

Plus tard, l’accent est mis sur la responsabilité personnelle : les jeunes Britanniques ne sont pas considérés comme de simples élèves mais comme des individus responsables, en leur laissant par exemple la possibilité de choisir les cours qu’ils souhaitent suivre.

Les jeunes britanniques restent tout de même très encadrés, et les absences injustifiées des élèves sont prises très au sérieux : les parents peuvent se voir infliger une amende pouvant varier entre £ 60 et £ 2.500, selon l’importance des infractions.

 

5. Les examens :

A l’issue de Year 11 (c’est-à-dire à la fin de la scolarité obligatoire), les élèves anglais passent le General Certificate of Secondary Education (GCSE), qui est l’équivalent du Brevet des Collèges français, à l’exception du nombre de matières évaluées : entre 10 et 14 !

Après 16 ans, ils peuvent choisir de poursuivre leur scolarité dans le secondaire et de passer le A Level. Cet examen se fait en deux étapes : le Advanced Subsidiary Level en fin de Year 12, puis le A2 à l’issue de la Year 13.

Pour ces examens, les élèves choisissent le nombre de matières qu’ils étudient, généralement 3 ou 4.

Le A Level est nécessaire pour l’entrée à l’université, mais pas toujours suffisant, car certains établissements font passer des examens complémentaires.

 

6. L’uniforme : un incontournable

En Angleterre, la quasi-totalité des écoles – qu’elles soient publiques et privées - exige le port de l’uniforme. Cette tradition permet de faciliter l’intégration des jeunes en gommant les inégalités sociales et de diminuer les problèmes de discrimination.

7. Le système des Houses  («house system») 

Utilisé par J.K. Rowling dans les aventures de son célèbre sorcier Harry Potter, ce système est très répandu dans les pays du Commonwealth.

Journée sports college anglais

La plupart des écoles britanniques ont en effet mis en place ce système qui permet de développer l’esprit d’équipe. Les élèves essaient d’avoir de bons résultats non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leur maison (maisons dont les noms varient en fonction des écoles).

Les houses sont en compétition : tout au long de l'année, les «house points» sanctionnant les comportements exemplaires ou les réussites scolaires sont additionnés au profit de chaque équipe. La traditionnelle journée des sports oppose les différentes houses. L'organisation d'actions caritatives est aussi un moyen de collecter des points par exemple.

Scolarité en GB

Envie de vivre la scolarité en Angleterre comme un élève anglais ?
>>> Renseignez-vous sur le programme Scolarité de SILC.

lundi 16 octobre 2017

Etudier en Australie : 5 différences avec le système français

Etudier en Australie : séjour linguistique longue durée

Votre enfant envisage de partir étudier en Australie pendant ses années lycée ? Outre l’accueil chaleureux des australiens, il découvrira un système scolaire très différent. Découvrez-le en 5 points clés...

 

1. L’approche pédagogique est individualisée

Réputée pour sa qualité et pour sa flexibilité, la scolarité en Australie est un mix entre la High School nord-américaine et l’école traditionnelle  anglo-saxonne. Ce système éducatif offre un bon équilibre entre pratique et théorie, et il laisse l’élève libre de créer son programme de cours à la carte, selon ses domaines de prédilection et ses envies.

Classe en Australie : utilisation des tablettes et ordinateursLes Australiens ont également une vision plus globale de l’éducation qu’en France. On apprend par exemple aux élèves à s’exprimer en public et à développer leur confiance en eux. Avec moins d’élèves par classe, la relation professeur-élève permet davantage d’interactions et une attention particulière à chaque étudiant. Par ailleurs, à partir de la Year 10, aux notes vient s’ajouter une appréciation du professeur sur l’attitude, le comportement et les efforts de l’élève dans chaque matière, dans le but d’aider l’élève et ses parents à choisir son orientation future.

Enfin, les Australiens utilisent davantage les tablettes et ordinateurs ; d’ailleurs dans certains établissements tous les élèves en possèdent un.

 

2. Les cours finissent à 15h30

Voici le planning type d’un lycéen australien :

8.20 : Arrivée au lycée. Réunion d’information sur l’intendance et  les évènements du jour
8.30 - 10.45 : Cours d’anglais ou de technologie
10.45 : Pause
11.00 - 12.45 : Cours de géographie ou mathématiques
12.45 : déjeuner sous forme de panier pique nique ; possibilité de participer aux clubs d’activités ou de pratiquer un sport.
13.30 - 15.30 : Cours de biologie ou d’économie
15.30 : Fin des cours

La majorité des élèves participent ensuite à leurs activités extra-scolaires optionnelles (sportives, artistiques,...).

 

3. Les élèves choisissent des matières

En primary school (Year 1 à 6 qui correspond à notre école élémentaire et l’année de 6ème), 8 matières sont obligatoires : anglais, mathématiques, sciences, environnement et société (qui inclut l’histoire, la géographie et l’économie), technologie et formation technique, langues, éducation artistique et éducation physique. En complément, d’autres matières sont à choisir, par exemple : musique, théâtre, sport,...

Comparatif scolarité en Australie et en France

Australie : les élèves choisissent des cours optionnelsEnsuite ils intègrent une “Secondary school” : elle accueille de la Year 7 à la Year 12 et se décompose en middle school puis high school (= lycée en France) de 3 ans chacune. 

A partir de la Year 10, seules 6 matières fondamentales sont conservées dont une seule est obligatoire : l’anglais. L’élève choisit donc les matières qu’il souhaite poursuivre et ses matières optionnelles, par ex. : l’aviron, le golf, le tennis, la natation, le surf, le rugby, différents styles de danses, la photographie, l’architecture, le théâtre, ou encore pratiquer un instrument de musique,...

Les jeunes qui partent étudier dans un lycée en Australie avec SILC intègrent donc une High School ; ils sont mélangés avec les lycéens australiens et peuvent choisir leurs matières optionnelles.

 

4. Le port de l’uniforme est obligatoire

Port de l'uniforme dans les écoles en AustralieEn Australie et en Nouvelle-Zélande, absolument tous les élèves portent un uniforme aux couleurs de leur établissement, quel que soit le type d’école, privée ou publique. Chaque établissement impose son propre uniforme, généralement payant ; la tenue est généralement composée, que l’on soit fille ou garçon, d’une chemise, d’un blazer, d’une cravate, parfois d’un chapeau et d’une jupe plissée pour les filles. Certains établissements prévoient également une tenue commune pour les cours de sport. 

Héritage britannique, cette tradition est assez déroutante pour les élèves français au départ ; mais tous s’y conforment et finissent par comprendre cette coutume, qui est aussi un signe d’appartenance et l’expression d’une volonté d’égalité sociale.

 

5. L’année scolaire débute en février

En Australie, l’été s’étale de décembre à février. Aussi l’année scolaire australienne commence après les grandes vacances, c’est à dire début février, et s’achève mi-décembre. Elle est découpée en 4 trimestres de 10 semaines de cours suivies de 2 semaines de congés. Pour l’année à venir, voici les dates clés à retenir* :

  • Rentrée des classes le 2 février 2018
  • Vacances d’automne du 14 au 29 avril inclus
  • Vacances d’hiver du 7 au 22 juillet inclus
  • Vacances de Printemps du 29 septembre au 14 octobre inclus
  • Grandes vacances d’été du 22 décembre 2018 au 31 janvier 2019
  • Rentrée des classes le 1er février 2019

 

*A noter : les dates de vacances et de rentrée sont parfois différentes entre les 8 états ou territoires australiens. Chaque état a toute latitude pour organiser le découpage de l’année scolaire.

 

POUR ALLER PLUS LOIN >>> 

SILC propose aux lycéens de partir étudier en Australie pour un trimestre, un semestre ou une année scolaire. Découvrez le programme ici ainsi que le tarif pour partir en scolarité en Australie, et contactez une conseillère SILC pour discuter de votre projet.

Tableau comparatif @Anitaussie 

mercredi 26 avril 2017

TOEFL, TOEIC, Cambridge… Le guide complet sur les tests d’anglais

Pour attester de son niveau en anglais, il existe 6 grands tests d’anglais, qui répondent à des besoins différents :


Besoin académique, pour pouvoir intégrer une école ou une université  anglaise, américaine ou australienne => Orientez-vous vers le TOEFL, TOEIC ou Cambridge
Besoin professionnel pour valoriser son niveau d’anglais => renseignez-vous que le BULATS, le LILATE et le TOEIC

Pour obtenir la meilleure note, l'idéal est de suivre une préparation intensive. SILC propose des séjours linguistiques spécifiques pour préparer les diplômes de langue.

Les programmes SILC pour préparer un diplôme de langue 

Cliquez sur la/les ville(s) de votre choix pour consulter le détail du programme et faire un devis gratuit en ligne :

* TOEFL : Boston, Brighton, Cork, Londres, Los Angeles et Oxford

* IELTS : Auckland, Brisbane, Cork, Le Cap, Londres ou Sydney

* CAMBRIDGE : Cambridge, Galway ou Liverpool

* TOEIC : Brighton, Cork, Londres, New York ou Oxford

* DELE (espagnol) : Valence

Une infographie pour tout comprendre

Cette infographie(1), complète, vous présente tout ce qu’il faut savoir sur ces tests : coût, durée de validité, notation,...

Tests d'anglais : les différences entre TOEIC, TOEFL, Cambridge,...


(1)  Infographie réalisée par TopFormation

mardi 14 février 2017

“L’apprentissage des langues étrangères rend plus tolérant”


Une professeure de l’université de Floride a mis en évidence le fait que l’apprentissage d’une langue étrangère améliore notre tolérance. Extraits de son article...

Amy Taylor, professeure associé en linguistique appliquée à l’université de Floride, plaide en faveur d’un apprentissage des langues étrangères dans les universités américaines. Elle rappelle que “l’apprentissage des langues étrangères présente de multiples avantages. La recherche prouve, par exemple, que les personnes âgées qui parlent plusieurs langues sont moins susceptibles de développer des symptômes de démence sénile.”
Au delà des bénéfices linguistiques évidents, elle met en avant les apports cognitifs et émotionnels que génère l’apprentissage d’une autre langue que sa langue maternelle :

Compréhension interculturelle


“Apprendre une langue, c'est forcément s'imprégner de cultures différentes. Les étudiants piochent des éléments culturels associés à la langue pendant les cours, mais aussi au fil de leurs expériences d'immersion… Avec l'aide de leur professeur, les étudiants peuvent s'exercer à développer une pensée critique sur les stéréotypes associés à différentes cultures, qu'il s'agisse de nourriture, d'apparence ou de façons de converser.”

Adaptation à l’inconnu plus aisée


“Une personne dotée d'une haute tolérance à l'ambiguïté trouve les situations inhabituelles plus excitantes qu'effrayantes… Toute conversation dans une langue étrangère implique l'utilisation de mots inconnus. Si l'un des interlocuteurs passait son temps à interrompre l'échange pour dire : "Attendez, je ne connais pas ce mot. Laissez-moi le chercher dans le dictionnaire", il serait difficile de discuter. Les personnes dotées d'une haute tolérance à l'ambiguïté ne ressentent aucune gêne à poursuivre la conversation bien qu'elles ne comprennent pas tous les mots.”

Autres bénéfices de cet apprentissage


“Une haute tolérance à l'ambiguïté comporte beaucoup d'avantages. Elle aide les étudiants à limiter leur anxiété dans le cadre de la vie en société et facilite leurs futures expériences d'apprentissage des langues. Sans surprise, plus une personne est habituée à apprendre des langues, plus elle est à l'aise avec l'ambiguïté inhérente à cet apprentissage.
Mais ce n'est pas tout. Les personnes dotées d'un haut niveau de tolérance à l'ambiguïté ont l'esprit d'entreprendre ; elles sont plus optimistes, plus portées sur l'innovation et la prise de risques.


Article complet à lire sur le site de l’Etudiant.

mercredi 26 octobre 2016

Zoom sur l’école : ISI à Dublin

Ecole ISI à Dublin | SILC
Pour la 2ème fois en 2 ans, notre école de langue partenaire à Dublin a remporté l’English Language School Europe Award, qui récompense les meilleures écoles de langue selon les professionnels du secteur. Cours en petits groupes, diversité des nationalités des étudiants, services proposés,... : Virginie, une collaboratrice SILC du service Recherche & Développement, l’a visitée récemment, et vous la recommande chaudement. Découvrez tous ses atouts !

Une ambiance “inspirante” en plein coeur de Dublin


Côté décor, logée dans un entrepôt du 18ème siècle transformé en école de langue en 2001, cette école atypique a gardé des traces de ses vestiges passés (murs en pierres, sols en bois), tout en intégrant des éléments de design et de confort : oeuvres d’artistes locaux, murs peints, mobilier design ou recyclé,.... Au final : “que ce soit dans l’espace détente ou dans les classes, l’ambiance est très chaleureuse, cocooning, colorée, lumineuse et dynamique, on s’y sent immédiatement bien !” dixit Virginie.
En plus, “l’école se situe en plein coeur de Dublin, à deux pas du vibrant quartier de Temple bar, du marché, de pubs et à moins de 15 minutes de la commerçante O’Connell Street, du Guinness Storehouse ou encore du touristique Trinity College. C’est simple : on peut tout visiter à pied.”

Un objectif : que leurs étudiants progressent en anglais


Côté cours d’anglais, l’école s’attache à composer des classes de 12 élèves maximum, répartis selon leur niveau de langue. A la suite du test online avant leur arrivée, et du test oral le 1er jour, jusqu’à 16 groupes de niveaux de langue différents sont constitués, et non pas seulement 6 groupes correspondants aux niveau du CECRL : l’enseignement est ainsi beaucoup plus précis par rapport au niveau d’anglais des étudiants à leur arrivée.
Une trentaine de professeurs travaille à l’école, tous titulaires du diplôme “TEFL” (Teach English as a Foreign Language) ; la majorité a déjà enseigné à l’étranger. Ils utilisent les dernières technologies (tableaux interactifs, tablettes), pour faire vivre leur cours, mais s’appuient aussi sur des supports de la vie quotidienne : journaux, menus, magazines, spots télévisés, vidéos Youtube,... Chaque vendredi, les étudiants passent un test d’évaluation : lorsque les apprentissages sont acquis, ils passent au groupe de niveau supérieur la semaine suivante.
Pour que les étudiants s’immergent complètement dans la langue anglaise, l’école accueille plus de 40 nationalités différentes : pour communiquer entre eux, les étudiants utilisent l’anglais exclusivement.

Une offre complète


L’école propose des cours d’anglais général, de l’anglais business, et la préparation aux examens de langue (TOEIC, TOEFL). Elle propose également des clubs étudiants, gratuits : un club où le professeur aborde l’histoire de l’Irlande de façon ludique, un autre club pour se retrouver et jouer de la musique, ou le “jobs club” qui propose de l’aide dans sa recherche d’emploi (CV, lettre de motivation, entretien d’embauche en anglais,…).
Côté activités, l’école propose une large palette d’excursions, soirées et activités gratuites, mais aussi des activités payantes, à la carte. Toujours dans l’idée que les étudiants découvrent la culture irlandaise et communiquent en anglais en dehors des salles de classe.
L’école propose 3 types d’hébergement : chez des familles qui vivent en banlieue de Dublin (max. 40 minutes de transport en commun) ; mais aussi en auberge de jeunesse ou en appartements partagés, où les étudiants s’organisent en autonomie. SILC recommande de séjourner en famille, pour l’aspect convivial et linguistique, et profiter de la demi-pension pour découvrir la gastronomie irlandaise !

Intéressé(e) par cette école ? Demandez un devis pour la formule de votre choix via ce formulaire :
>>>   Demande de devis pour l’école ISI Dublin (préciser le nom de l’école), ou consultez les conseillères au 05.45.97.41.60

mardi 18 octobre 2016

Les 10 pays privilégiés par les parents pour les études supérieures

Etudier à l'étranger | SILC

Selon une enquête réalisée dans 15 pays développés, 35% des parents aimeraient que leurs enfants partent étudier à l’étranger. Conscients qu’une année académique à l’étranger offre de meilleures perspectives d’emploi, une ouverture à différentes cultures, et un approfondissement des compétences en langue étrangère, ils plébiscitent 10 pays, qu’ils pensent les plus pertinents pour suivre des études supérieures. Quels sont-ils, et quelle offre SILC y propose ?


Top 4 : les pays anglophones


Sans surprise, dans le top 10 des pays les plus cités on retrouve en majorité : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et le Canada. Dans ces pays, les frais de scolarité sont les plus coûteux (par exemple, environ 36000$ pour un an aux USA, frais d’inscription et coût de la vie sur place), mais la garantie de revenir bilingue anglais inégalée, et pour cause ! Ce sont des destinations reconnues pour la qualité de leur enseignement, qui place souvent l’élève/l’étudiant au coeur de son projet pédagogique. Ce sont aussi des destinations “safe” qui rassurent les parents.

Top 10 : des destinations lointaines


Parmi les 10 pays les plus cités* (outre la France), on trouve également :


- l’Allemagne, où l’enseignement supérieur est gratuit. Aujourd’hui, de nombreux postes en France ne trouvent pas de candidats ayant un niveau d’allemand suffisant
- le Japon, destination où il est recommandé d’avoir un niveau minimum dans la langue avant d’envisager un long séjour
- Singapour où le baccalauréat ainsi que les diplômes de l’enseignement supérieur européen sont reconnus, et où les opportunités professionnelles sont nombreuses
- la Chine, où l’on peut apprendre le chinois ou poursuivre des études en anglais.
- la Nouvelle-Zélande, dont l’enseignement supérieur a une excellente réputation, et qui permet un dépaysement certain

L’offre de séjours SILC dans ces pays


Pour toutes ces destinations, SILC propose déjà des programmes “clé en main”, ou est en mesure d’étudier un projet particulier, en collaboration avec des partenaires locaux.
SILC propose par exemple des séjours linguistiques pendant les vacances scolaires : ils permettent une 1ère découverte avant d’envisager un séjour longue durée.
A partir de 15-16 ans, on peut envisager une scolarité pendant les années lycée, pour 3, 6 ou 10 mois.
Et en post-bac, un semestre ou une année à l’étranger pour améliorer son niveau d’anglais, suivre des cours business, préparer un concours,...


→ Contactez le service Conseil & réservations au 05 45 97 41 60 ou détaillez votre projet via ce formulaire.

*Résumé de l’enquête à lire ici sur Le Monde.


©laruche.wizbii

lundi 26 septembre 2016

Zoom sur l’école de langues de Londres Euston


A mi-chemin entre les vivants quartiers de Soho et Camden, notre école partenaire de Londres Euston propose une large gamme de programmes pour les plus de 18 ans  : anglais général, anglais des affaires, cours particuliers, gap year ou encore préparation au diplôme IELTS et Cambridge. Un contexte 100% international, une école moderne et lumineuse, une pédagogie éprouvée, et une ambiance studieuse et décontractée sont propices aux progrès en anglais. Découvrez cette école dès maintenant !

Ecole de langue EC Londres Euston

Une situation géographique idéale


L’école est située près du métro Euston, desservie par de nombreuses lignes de métro et idéalement située près de la gare de St Pancras, terminus de l’Eurostar. Depuis l’école, vous pouvez rayonner aisément à pied ou via les transports en commun pour découvrir le quartier underground de Camden au nord ou tendance de Soho au sud, mais également pour vous mettre au vert à Regent’s Park, vous cultiver au British Museum ou faire du shopping sur Oxford Street. Un emplacement idéal pour découvrir la capitale anglaise !

Une pédagogie et une école qui ont fait leurs preuves


Les cours d’anglais dispensés visent à développer vos compétences dans les 4 domaines de la langue anglaise : expression orale et écrite, et compréhension écrite et orale. De nombreux programmes sont proposés pour permettre à chacun d’atteindre son objectif personnel :
- s’améliorer en anglais des affaires avec le programme English for work dédié aux plus de 30 ans
- progresser en langue générale avec 20 ou 30 cours par semaine
- devenir bilingue après un semestre ou un an en scolarité,
- passer un diplôme d’anglais (l’IELTS) pour intégrer une grande école ou un programme spécifique,
- ou encore apprendre l’anglais en dehors d’une salle de classe avec le programme “English in the city”.
En dehors des cours en petits groupes, l’école propose des ateliers linguistiques gratuits : entraînements à la prononciation, conversation avec des professeurs ou d’autres étudiants, ou cours magistraux. L’école propose également des cours optionnels tels que : technique d’entretien d’embauche, cours de conversation,...
Chez SILC, nous sommes particulièrement satisfaits du suivi de nos étudiants sur place par l’ensemble de l’équipe pédagogique et du staff de l’école.

Une ambiance internationale et décontractée


Salon détente école LondresL’école accueille des apprenants du monde entier (brésiliens, turques, italiens, japonais, espagnols, coréens,...), et en moyenne 8% de français, ce qui garantit une mixité importante dans les classes. L’occasion d’échanger sur sa culture, et de pratiquer l’anglais en permanence.
Autre point fort de l’école : sa cafétéria qui propose chaque jour des plats chauds ou froids préparés sur place, qui permet de côtoyer non seulement les autres étudiants internationaux, mais aussi des autochtones qui travaillent dans le même immeuble et y déjeunent également.
L’école organise des soirées communes : à l’arrivée de nouveaux étudiants, mais aussi au pub, soirée football avec le staff, student party, diner,... Un calendrier d’activités, de visites et d’excursions, gratuites ou avec supplément, (par ex. Greenwich, Chelsea, Portobello Market, Camden Town) est également proposé par les animateurs, un bon moyen pour découvrir la ville et la culture anglaise.

Intéressé(e) par cette école ? Demandez un devis pour la formule de votre choix via ce formulaire :


>>>   Devis pour l’école de Londres Euston (préciser le nom de l’école)
>>>  ou consultez les conseillères SILC au 05.45.97.41.60


jeudi 15 septembre 2016

Best of : les 5 articles de SILC les plus lus

Vous arrivez sur ce blog et cherchez quels sont les articles incontournables à lire ? Voici les publications SILC les plus lues depuis ces dernières années :

1. Slang anglais

Quels sont les mots d'argot fréquemment employés en Angleterre notamment, et dans les pays anglo-saxons.

2. Comment changer des € en devises étrangères

Avant le départ / après, on vous dit tout sur les conseils que l'on donne à nos participants qui voyagent hors zone Euro et ont besoin de monnaie locale.


3. Idée cadeau pour une famille d'accueil

Vous allez être hébergé chez une famille anglais / américaine / australienne...?
Voici des idées cadeau à offrir à votre arrivée pour les remercier de leur hospitalité.


4. Dans quel pays partir étudier l'anglais ?

Angleterre, Etats-Unis, Irlande, Australie,... Les + et les - de chaque destination pour progresser en anglais ou... devenir bilingue ?!


5. 50 abréviations anglaises

Que ce soit pour le langage perso ou professionnel, voici une liste des abréviations anglaises les plus couramment utilisées. A connaître ASAP !


lundi 18 avril 2016

Projet de départ à l’étranger : des étapes à suivre

Etapes pour s'expatrier à l'étranger

En 2015, 8 expatriés français sur 10 étaient âgés de 18 à 29 ans ! Perspectives d’avenir sombre, envie d’étoffer son CV, ou tout simplement pour vivre une expérience différente, les jeunes français, toutes filières confondues, sont de plus en plus nombreux à envisager leurs études, un stage professionnel ou un premier emploi à l’étranger. Parce que le départ pour l’expatriation, même si elle est de courte durée, n’est pas anodin, SILC vous donne quelques conseils pour bien préparer ce projet.


Quelques chiffres


* Selon l’économiste Jean-Yves Archer, 28% des jeunes envisagent leur avenir professionnel à l’étranger. Source Le Figaro.
* Selon l’enquête de l’INSEE publiée en octobre 2015, 8 expatriés français sur 10 sont âgés de 18 à 29 ans, soit 157 000 jeunes, un phénomène qui s’amplifie. Source
* Selon une enquête France Culture de fin 2013, “En cinq ans, le nombre de Français partis en Australie a doublé. Les quotas pour travailler au Canada ont été épuisés en quelques heures.” Source
Toutes ces statistiques démontrent l’engouement des jeunes pour l’expatriation.
Pour donner toutes les chances au projet, il est impératif de le construire bien en amont.

Se préparer au choc culturel


Partir à l’étranger pour fuir un climat morose ou parce que l’on pense que “l’herbe est plus verte ailleurs” peut en effet se révéler être une expérience catastrophique pour quelqu’un qui n’est jamais parti à l’étranger auparavant ou qui ne s’est pas préparé au “grand départ”.
A l’arrivée dans un pays étranger, rares sont ceux qui passent au travers des étapes du choc culturel  : la lune de miel des premiers jours laisse peu à peu place à l’incompréhension, et souvent à la frustration de ne pas pouvoir voir ses amis, sa famille, notamment pour les anniversaires, fêtes de Noël,...
A cela s’ajoute la perte de repères culturels, l’incompréhension de la langue et des expressions idiomatiques, le sentiment d’être isolé, une gastronomie différente, une météo moins tempérée, etc...
Voici par exemple quelques conseils pour mieux gérer le choc culturel.
Au delà du choc culturel, il est clairement préconisé d'avancer par étapes, progressivement, pour préparer un projet d'expatriation longue durée.


Impératif : vivre des expériences avant le grand départ


Certains jeunes idéalisent le départ à l’étranger, nourris des success story vues à la TV ou sur les réseaux sociaux. Avant le grand saut, l’idéal est de multiplier les expériences à l’étranger, de façon progressive.
Voici un parcours-type idéal :

> Débuter avec un séjour linguistique en groupe dès le collège ou le lycée ; sur 1, 2, 3 semaines.
> puis le séjour linguistique en immersion chez l’habitant, sans contact avec d’autres français.
> pourquoi pas envisager une scolarité à l’étranger pour un trimestre, un semestre ou une année.
> renforcer ses compétences linguistiques avec un séjour linguistique 18+ en école de langue .
> valoriser ces compétences avec un séjour prépa diplôme, qui permet de préparer efficacement les épreuves du TOEIC ou de l'IELTS : un vrai plus sur un CV.
> partir en stage en entreprise à l’étranger (à partir de 18 ans), pour une première expérience en situation professionnelle à l'étranger.

Tous ces séjours sont proposés dans un cadre sécurisé et vérifié, avec des accompagnateurs compétents ou suivis par SILC et ses prestataires locaux.
L’idéal avant de se focaliser sur un pays d’expatriation, c’est de se rendre dans différents pays, pour se frotter à plusieurs cultures : à situation égale, un anglais, un irlandais, un australien, un chinois ou un américain ne réagiraient pas du tout de la même façon. C’est de ces rencontres que naît la richesse du voyage, et que l’on apprend à se conformer aux codes culturels du pays étranger et à profiter de ces échanges.
Chaque expérience de voyage à l’étranger est un nouveau test personnel, qui permet de savoir si l’on est apte à vivre à l’étranger en solo sur une longue période. Et on constate que plus les expériences sont nombreuses et longues, plus l’expatriation est aisée et réussie.

Et pour vous accompagner dans ce parcours, les conseillères SILC sont là pour vous orienter ! Contactez les au 05.45.97.41.60.



lundi 1 février 2016

Étudier l’anglais à l’étranger : le top 5 des écoles SILC

Top 5 écoles de langue à l'étranger

Devant l’offre importante d’écoles de langue et la liste des destinations possibles, pas toujours évident de faire le meilleur choix. Voilà pourquoi nous avons dressé un “TOP 5” des écoles de langue qui sont plébiscitées par nos étudiants, pour diverses raisons : situation idéale de l’école, qualité de l’enseignement, intérêt des activités,... Découvrez-les !

1. Ecole de Londres Euston, Grande-Bretagne


En plus d’offrir une prestation avec un très bon rapport qualité/prix (compte tenu notamment de sa localisation en plein coeur de Londres), l’école de Londres Euston figure en bonne place du palmarès SILC, pour de multiples raisons. Une équipe pédagogique professionnelle, une situation idéale proche de Camden, de la gare de St Pancras ou de la British Library, mais aussi des étudiants d’origines très diverses, venant des 4 coins du globe. En plus des loisirs proposées en supplément, l’école propose chaque mois un planning d’activités gratuites pour ses étudiants. Par exemple : une visite de Chelsea, du Portobello market, un match de football avec le staff, une Tea party, ou encore une soirée étudiante au Pacha, organisée chaque mois. Le groupe EC, ce sont aussi 21 écoles de langue à travers le monde, et donc une pédagogie et une organisation rodées.
Le + : l’école s’adresse aux étudiants de 18 ans et plus, et propose également un programme spécifique “30+” dédié aux adultes de 30 ans et plus, qui traite de thématiques adaptées à leurs problématiques.
Ex. de tarif 2016 :  1692€ (séjour de 2 semaines avec 20 cours/semaine, incluant hébergement famille en demi-pension et transfert gare de St Pancras. Voyage A/R non inclus)

2. Ecole de Dublin, Irlande


L’école de Dublin, c’est une petite structure, idéalement située, à l’ambiance familiale, et qui met l’accent sur le bien-être de ses étudiants et une pédagogie efficace. Par exemple, les classes n’acceptent pas plus de 12 élèves pour une meilleure interaction avec le professeur ; les étudiants passent des tests d’anglais avant leur séjour, à l’oral à leur arrivée, puis chaque vendredi un test écrit détermine si l’étudiant peut changer de groupe de niveau (16 groupes de niveau différents, alors que le CECRL n’en dénombre que 6, de A1 à C2). L’école propose également des excursions culturelles et des activités “de socialisation” gratuites chaque semaine.
Le + :  en plus des supports académiques classiques, les professeurs utilisent également des supports “de la vie réelle”, tels que des articles de magazines, des menus de restaurant, des publicités ou des ressources web tels que des vidéos Youtube ou des chansons. Pour donner à l’anglais une dimension plus concrète et actuelle.
Ex. de tarif 2016 :  1103€ (séjour de 2 semaines avec 20 cours/semaine, incluant hébergement famille en demi-pension et transfert aéroport. Voyage A/R non inclus)

3. Ecole d'Oxford, Grande-Bretagne


L’école d'Oxford, récemment rénovée, se situe dans le quartier historique d’Oxford, la ville universitaire anglaise de référence. Les enseignants de l'école ont une excellente réputation, l’équipe pédagogique est à l’écoute des élèves, et l’école moderne s’est dotée d’infrastructures agréables pour les étudiants : terrasse sur le toit pour faire une pause ; The Den, un foyer des étudiants équipé de tablettes, ordinateurs portables, mais aussi de jeux vidéos et d’un babyfoot. Parce que l’anglais s’apprend aussi en socialisant en dehors des heures de cours !
Le + :  la situation idéale de l’école, à 50m de Cornmarket, une rue piétonne agréable pour une séance shopping ou pour boire un café, mais aussi proche du musée Ashmolean, du Christ Church College (lieu de tournage d’Harry Potter)
Ex. de tarif 2016 : 1612€ (séjour de 2 semaines avec 20 cours/semaine, incluant hébergement famille en demi-pension et transfert aéroport. Voyage A/R non inclus)

4. Ecole de Toronto, Canada


L’école est idéalement située dans un quartier huppé de Toronto. Ambiance lounge, moderne, dans un quartier accessible facilement en métro. Les familles d’accueil qui travaillent avec l’école sont de très bonne qualité et sont visitées régulièrement par le staff.
Le + :  des excursions proposées tous les week-ends en supplément (ex. : city trip à New York, Chutes du Niagara, circuit Québec - Montréal - Ottawa,...), et un programme d’activité quotidien, pour tous les budgets : patin à glace, match de hockey, soirée night club, bootcamp, musée ou encore welcome party au club RAQ.
Ex. de tarif 2016 : 1103€ (séjour de 2 semaines avec 20 cours/semaine, incluant hébergement famille en pension complète et transfert aéroport. Voyage A/R non inclus)

5. Ecole de Cork, Irlande


Cette école familiale existe depuis 1975 et a bâti sa réputation sur son professionnalisme et sa flexibilité. SILC propose des cours d’anglais général, mais l’école propose une multitude de programmes : préparation au TOEFL, au TOEIC, aux Cambridge exams ou à l’IELTS, cours d’anglais pour des cadres dirigeants, cours d’anglais en famille,... Pour les plus motivés, l’école propose un accès libre après les cours à des logiciels d'apprentissage linguistique.
Les + : l’ambiance familiale et la proximité avec les professeurs ; l’école accepte les jeunes à partir de 16 ans ; les familles d’accueil qui travaillent avec l’école sont très attentives à leurs invités ; des retours extrêmement positifs de la part des étudiants SILC.
Ex. de tarif 2016 :  930€ (séjour de 2 semaines avec 20 cours/semaine, incluant hébergement famille en demi-pension et transfert aéroport. Voyage A/R non inclus)

Vous hésitez ?  Discutez de votre projet avec les conseillères SILC, qui sauront vous aiguiller vers le meilleur choix pour vos études à l’étranger.

Contactez nos conseillères du lundi au vendredi de 9h à 18h au 05.45.97.41.60.

mardi 28 juillet 2015

Familles d’accueil : recrutement et suivi


La réussite d’un séjour linguistique tient à de multiples paramètres, notamment à la bonne concordance entre la famille d’accueil et le participant, lorsque c’est ce mode d’hébergement qu’il a choisi. Parfois le “courant” ne passe pas, et parfois les jeunes sont déçus car ils s’attendaient à un accueil différent. Mais le plus souvent, l’expérience se révèle des plus enrichissantes. Zoom sur la façon dont SILC recrute et suit ses familles d’accueil.

Famille d'accueil à Londres


Comment sélectionne-t-on une famille d’accueil ?


Pour recruter une famille d’accueil, quel que soit le pays,  SILC s’impose des critères stricts, qui correspondent, a minima, aux conditions exigées par la norme NF 295 dont SILC est titulaire, et au Contrat Qualité de l’OFFICE, dont SILC est membre fondateur.


Ces critères sont :


- la famille doit remplir et mette à jour une fois par an un questionnaire précisant la composition de la cellule familiale : nom, tranche d’âge, profession et relations de parenté des adultes composant le ménage ; année de naissance et sexe des enfants du ménage s’il y en a ; la présence d’animaux domestiques ; fumeurs ou non fumeurs ; si une personne du foyer est atteinte d’une maladie grave, d’un handicap ou de troubles du comportement, ou a été reconnu coupable d’un crime.


- la famille doit être en mesure d’accueillir le jeune dans sa résidence principale, et lui mette à disposition un lit individuel dans une chambre à coucher. Lorsque la chambre est commune à plusieurs jeunes (maximum 3 de même sexe et tranche d’âge), cela doit être précisé.


- les conditions de confort attendues comprennent également : un rangement individualisé pour ses effets personnels ; l’accès à une salle d’eau, ou salle de bain et à des sanitaires dans le logement ; le changement du linge de lit pour les séjours de plus d’une semaine et le blanchissement du linge ; chaque logement doit être équipé d’un téléphone fixe ou d’un téléphone portable accessible au participant.


- la famille d’accueil doit recevoir au préalable des informations quant à ses obligations et ses responsabilités pendant le séjour, notamment : encourager la pratique de la langue étudiée par leur invité, respecter sa culture d’origine (ce respect doit être mutuel), participer à la vie sociale, ou encore favoriser l’intégration du participant.


Comment sont-elles suivies ensuite ?


Toutes les familles hôtesses sont visitées par un représentant de SILC, au minimum tous les deux ans. Cela permet de vérifier si leur motivation pour l’accueil est intacte, et si les conditions d’accueil sont toujours respectées.
Cependant, les aléas liés à l’accueil à un instant T sont difficiles à anticiper. Peuvent survenir : maladie brutale, décès dans la famille, divorce, etc….
Les familles sont censées informer SILC ou son représentant local de tout changement familial. Si cela n’impacte pas les conditions de l’accueil, la famille reste famille hôtesse.

Lorsqu'un défaut est constaté, la famille est placée sous surveillance : on lui rappelle ce qui est attendu d’elle, et, sauf erreur grave, on lui octroie une seconde chance. Il faut savoir que les familles SILC sont rémunérées pour accueillir les jeunes français (hormis sur certains programmes aux USA où elles sont bénévoles) : cela permet de les dédommager des frais engendrés par l’hébergement d’un jeune, mais également d’en attendre un retour positif.

Que faire en cas de souci avec sa famille d’accueil ?


Au moindre désagrément, incompréhension ou tout autre malaise ressenti, les jeunes doivent en faire part immédiatement à l'encadrant référent. Celui-ci est en séjour sur place, en relation avec le correspondant local et SILC, et son rôle est d’intervenir pour dénouer la situation.
Par exemple, chaque année des jeunes se plaignent du fait que leur famille anglaise ne dîne pas forcément avec eux. Leur encadrant saura leur expliquer que c'est culturel, que ce n’est donc pas une marque de désintérêt, et qu’à l’étranger, c’est au visiteur de s’adapter aux coutumes locales.
Aussi, il est vivement conseillé aux jeunes de confier leurs soucis à leurs accompagnateurs, avant même d’inquiéter leurs parents restés en France et impuissants en la matière.
A toute situation, SILC saura apporter la solution adaptée pour que le jeune poursuive son séjour dans de bonnes conditions.

A lire : des témoignages d'anciens participants

Ils sont partis en séjour linguistique avec l'organisme SILC, et ont partagé leur avis sur le fait d'être hébergés dans une famille d'accueil.

Retrouvez les témoignages d'Elodie, partie à Malte ; de Marie, partie à Londres et Dublin ; de Jennyfer, partie à Margate, Londres et New York. ou encore de Corentin, parti en Angleterre

lundi 4 mai 2015

Séjours linguistiques en Angleterre : les 5 best-sellers de SILC

Les participants SILC ont élu les meilleurs séjours linguistiques en Angleterre

Depuis 50 ans, SILC crée chaque année de nouveaux séjours linguistiques, ou retire de la brochure ceux qui n’ont pas retenu votre attention. Chaque année, ce sont donc entre 90 et 100 programmes qui vous sont proposés en brochure ou sur le site internet, dont plus d’un tiers en Grande-Bretagne. Parmi eux, 5 “irréductibles gaulois” attirent toujours autant les jeunes. Zoom sur les 5 séjours best-sellers de SILC...

N°1 : Hello Great Britain


Voilà un séjour que SILC propose depuis la nuit des temps ! Il s’est aussi appelé “Classique” ou “Anglais + multiactivités”, et c’est l’un des basiques de la gamme SILC. C’est un séjour linguistique à petit prix, mais qui offre l’essentiel d’un séjour linguistique, à savoir :

  • des cours d’anglais
  • un seul jeune francophone par famille
  • des activités variées : culture, sport, excursions découverte


N°2 : Discover London


Pour un ado, partir à Londres est toujours un projet excitant ! Ce qui explique que le succès du séjour Discover London se renouvelle à chaque saison, bien que le programme évolue peu d’année en année. Les + du séjour ?

  • Un programme 100% orienté Londres : thèmes des cours et visites
  • Des familles d’accueil habitant la proche périphérie, dans des quartiers résidentiels de Londres
  • L’assurance du dépaysement, à seulement 2h15 de Paris


N°3 : British Duo


Voilà une autre valeur sûre qui convainc tout le monde : les parents car le programme les rassure, et les participants, parfois inquiets de partir à l’étranger seuls pour la première fois. Pourquoi ?

  • Parce que les jeunes français sont placés à deux par famille : ils peuvent ainsi s’aider pour communiquer en anglais avec la famille
  • Parce que le séjour se déroule dans une station balnéaire sur la cote sud de l’Angleterre, dans une ville paisible
  • Parce qu’un autocar privé prend en charge les jeunes près de leur lieu d’hébergement pour les emmener aux cours et aux activités - ils n’ont donc pas à prendre les transports en commun seuls.


N°4 : Club 4


Dans la gamme de séjours intensifs, le Club 4 plaît car il propose de pratiquer l’anglais “terrain”, à travers des mises en situation de la vie quotidienne. Il offre notamment :

  • Des cours d’anglais quasi individualisés car en mini-groupe de 4 jeunes de niveaux similaires
  • Des activités pédagogiques pour pratiquer l’anglais dans des situations de la vie quotidienne
  • Un hébergement en famille (un seul jeune français par famille)


N°5 : Les séjours préparatoires : entrée en 2nde, bac d’anglais, concours grandes écoles


Cette 5ème catégorie comprend plusieurs séjours, que l’on pourrait également appeler “stages linguistiques intensifs”. D’une efficacité redoutable, ils préparent efficacement aux objectifs linguistiques annoncés grâce :
aux professeurs d’anglais, qualifiés pour ces programmes intensifs
aux méthodes pédagogiques adaptées aux attentes des niveaux scolaires français
à un volume important de cours d’anglais. Pour progresser en anglais, pas de secret, il faut pratiquer !

Et vous, quel est votre séjour SILC préféré ? Dîtes-le nous sur notre page Facebook !

mardi 21 avril 2015

Comment choisir le meilleur séjour linguistique pour mon enfant ?


Voilà une question que se posent tous les parents. Pour y répondre, SILC conseille de retenir deux critères essentiels :

  • son objectif de progression en langue : souhaite t-il progresser rapidement, ou préfère t-il un compromis entre découverte, activités et cours de langue ?
  • et la personnalité de votre enfant (est-il plutôt timide ou au contraire extraverti ?),


Aussi, répondez aux questions suivantes pour vous situer sur le diagramme d'aide au choix :

  1. Quel est l’objectif linguistique de votre enfant ?
    Simplement une initiation, passer des vacances utiles, ou améliorer efficacement son niveau de langue ?
    Sur le diagramme, reportez-vous à l’axe vertical orange : en bas se trouvent les séjours plutôt orientés “vacances”, en haut les séjours linguistiques intensifs.
  2. Quelle est sa personnalité, son profil ?
    Un participant plutôt introverti aura du mal à se sentir à l’aise rapidement s’il est seul dans une famille d’accueil étrangère. A contrario, un participant ‘à l’aise’ pourrait vivre une expérience décevante lors d’un séjour avec un groupe de français.
    Sur le diagramme, évaluez le avec la ligne bleue : à gauche se trouvent les types de séjours pour les plus jeunes, les moins expérimentés, ou les participants qui sont plutôt d’un naturel timide.
  3. Et enfin, quel type de séjour lui fait envie ?
    Souhaite-t-il faire du sport, découvrir une ville étrangère, échanger avec des participants d’autres nationalités, être simplement en contact uniquement avec des locaux, suivre des cours de langue ou pas du tout,...

Lorsque vous aurez déterminé, avec votre enfant, ces différents points, reportez-vous au diagramme ci-dessous pour savoir quel type de séjour correspondrait le mieux (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

Diagramme aide au choix de séjour linguistique

NB : ce diagramme est issu du diaporama “Comment choisir un séjour linguistique”.


Vous avez identifié un type de séjour ? RDV sur le site SILC pour effectuer votre choix, ou contactez les conseillères pour affiner votre projet.

Infos & Conseils : 0806 600 021 (prix d'un appel local depuis un fixe)



- page 1 de 5