SILC - Passeport pour le monde

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dossiers & études

Fil des billets

mardi 21 avril 2015

Comment choisir le meilleur séjour linguistique pour mon enfant ?


Voilà une question que se posent tous les parents. Pour y répondre, SILC conseille de retenir deux critères essentiels :

  • son objectif de progression en langue : souhaite t-il progresser rapidement, ou préfère t-il un compromis entre découverte, activités et cours de langue ?
  • et la personnalité de votre enfant (est-il plutôt timide ou au contraire extraverti ?),


Aussi, répondez aux questions suivantes pour vous situer sur le diagramme d'aide au choix :

  1. Quel est l’objectif linguistique de votre enfant ?
    Simplement une initiation, passer des vacances utiles, ou améliorer efficacement son niveau de langue ?
    Sur le diagramme, reportez-vous à l’axe vertical orange : en bas se trouvent les séjours plutôt orientés “vacances”, en haut les séjours linguistiques intensifs.
  2. Quelle est sa personnalité, son profil ?
    Un participant plutôt introverti aura du mal à se sentir à l’aise rapidement s’il est seul dans une famille d’accueil étrangère. A contrario, un participant ‘à l’aise’ pourrait vivre une expérience décevante lors d’un séjour avec un groupe de français.
    Sur le diagramme, évaluez le avec la ligne bleue : à gauche se trouvent les types de séjours pour les plus jeunes, les moins expérimentés, ou les participants qui sont plutôt d’un naturel timide.
  3. Et enfin, quel type de séjour lui fait envie ?
    Souhaite-t-il faire du sport, découvrir une ville étrangère, échanger avec des participants d’autres nationalités, être simplement en contact uniquement avec des locaux, suivre des cours de langue ou pas du tout,...

Lorsque vous aurez déterminé, avec votre enfant, ces différents points, reportez-vous au diagramme ci-dessous pour savoir quel type de séjour correspondrait le mieux (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

Diagramme aide au choix de séjour linguistique

NB : ce diagramme est issu du diaporama “Comment choisir un séjour linguistique”.


Vous avez identifié un type de séjour ? RDV sur le site SILC pour effectuer votre choix, ou contactez les conseillères pour affiner votre projet.

Infos & Conseils : 0806 600 021 (prix d'un appel local depuis un fixe)



jeudi 2 avril 2015

Dans quel pays partir étudier l’anglais ?

pays_apprendre_anglais.jpg

Si la Grande-Bretagne attire toujours près de 3 jeunes sur 4 pour apprendre l’anglais, l’offre de séjours en pays anglophones est bien plus large. Aux USA, en Irlande, à Malte, en Australie, au Canada, et même en France, SILC propose des séjours pour progresser en anglais. Quel que soit le pays, le progrès linguistique est assuré, aussi le choix est-il plus lié au budget et au désir du participant de découvrir telle ou telle culture. Pour vous aider à choisir, découvrez les avantages et les inconvénients de chacune de ces destinations.


> Séjour en Grande-Bretagne

Les + :

  • Offre vaste avec des programmes pour tous les âges et tous les goûts
  • Pour les puristes, l’anglais d’Angleterre offre le meilleur accent
  • Paris - Londres, c’est 2h30 en Eurostar.
  • Patrimoine historique, architectural et culturel riche

Les - :

  • Beaucoup de français, notamment à Londres
  • Climat humide la majeure partie de l’année.
  • Londres est l’une des villes les plus chères d’Europe.
  • Grande différence d’accents selon les régions.
  • Nécessité de convertir la monnaie en Livres.

> Séjour en Irlande

Les + :

  • Les irlandais sont accueillants et chaleureux.
  • Les villes irlandaises (même Dublin la capitale) sont de moyenne/petite taille, donc on ne se sent jamais «perdu».
  • La vie y est moins chère qu’en Grande-Bretagne.
  • On y utilise l’Euro, donc pas de conversion à prévoir.
  • Les paysages naturels sont somptueux.

Les - :

  • Climat pluvieux et très changeant

> Séjour en Australie

Les + :

  • Infrastructures modernes et de qualité
  • Beaucoup d’activités de plein air : les australiens font beaucoup de sport, le matin ou le soir après le travail
  • Beau temps toute l’année Système métrique utilisé : pas de conversion
  • Paysages extraordinaires
  • Double culture avec celle des aborigènes
  • Obtention des visas facile sur internet
  • Coût de la vie moins élevé
  • Accueil chaleureux et amical des australiens

Les - :

  • Les australiens parlent beaucoup en argot (slang)
  • Le pays est immense, donc pour faire du tourisme, il faut prévoir un budget additionnel pour l’aérien
  • Températures très élevées pendant l’été austral
  • Beaucoup de français
  • Décalage horaire de 8 à 10h

> Séjour aux Etats-Unis

Les + :

  • Infrastructures universitaires développées et de qualité
  • Villes fascinantes et paysages sensationnels
  • Diversité des états américains, avec des identités propres
  • Tout est accessible, 24/7 !
  • Multiculturel
  • Gastronomie très variée

Les - :

  • Les américains parlent beaucoup en argot et ont tendance à “manger” les mots
  • Formalités d’entrée plus contraignantes (passeport spécifique, ESTA, visa)
  • Pays vaste, donc pour faire du tourisme, prévoir un budget additionnel
  • Décalage horaire de 6 à 12h entre la côte est et la cote ouest et la France

> Partir au Canada

Retrouvez tous nos séjours au Canada : juniors, étudiants/adultes

Les + :

  • Accent plus neutre qu’aux USA, et moins d’argot
  • Coût de la vie inférieur aux USA
  • Parfait pour les amoureux de nature préservée et de grands espaces sauvages
  • Facile de se rendre aux USA depuis le Canada
  • Pays bilingue anglais - français, qui jouit d’une double culture (indienne en inuit)

Les - :

  • Hiver très (très) froids, mais les villes ont développé des réseaux souterrains pour “magasiner”
  • Pays très vaste
  • Décalage horaire de 6 à 9h avec la France

> Partir à Malte

Retrouvez tous nos séjours à Malte : juniors, étudiants/adultes

Les + :

  • Peuple maltais chaleureux, festif
  • Île méditerranéenne de petite taille au climat agréable
  • Gastronomie méditerranéenne
  • Coût de la vie inférieur aux autres pays européens
  • Histoire riche aux multiples influences
  • On y utilise l’Euro
  • Pas de décalage horaire

Les - :

  • L’anglais est la 2ème langue officielle, mais la langue utilisée par la population est principalement le maltais
  • Températures très élevées l’été
  • Transports en commun plutôt rustiques
  • Adapté pour un séjour de courte durée

Et enfin, pour ceux qui aiment l’aventure, L’Afrique du Sud ou la Nouvelle Zélande, moins fréquentés, offrent des paysages extraordinaires et une offre de cours de langue de qualité.

Pour aller plus loin :

>> Devis et réservation en ligne sur le site de SILC

>> Besoin d'être conseillé ? Parlez-nous de votre projet Infos et Conseils : 0806 600 021

vendredi 30 janvier 2015

“+2 points sur ma moyenne d’anglais depuis mon séjour linguistique !”

Intérêt d'un séjour linguistique

Chaque année, SILC mène une enquête de performance : il s’agit de mesurer, pour les participants aux séjours linguistiques d’été, l’écart de moyenne en langue, entre juin (avant le séjour), et décembre (3 mois après le séjour). Cet indicateur est une preuve concrète que le séjour a eu des effets bénéfiques sur le niveau de langue.

Quelques chiffres

  • 96.1% des participants indiquent même avoir eu des notes supérieures ou égales, malgré leur passage en niveau supérieur.
  • Près de 90% des participants déclarent être plus à l’aise en cours de langue suite à leur séjour linguistique.*
  • Ils ont comparé leur moyenne en langue obtenue en juin, et celle de décembre, et :*

- pour 18% d’entre eux, ils ont gagné 1 point de moyenne
- pour 43%, 2 points de plus
- pour 28%, 3 points de plus !

  • 90.4% des parents apprécient le bénéfice social du séjour sur leur enfant
  • 57% ont apprécié de recevoir, à l’issue du séjour, une série de 20 astuces pour continuer à progresser en langue.

Encore merci à tous les répondants, qui nous permettent de suivre l’impact positif des séjours et de mesurer leur qualité !



mardi 27 janvier 2015

Que cache un séjour linguistique pas cher ? 6 points pour comprendre

Vous avez trouvé sur internet un séjour linguistique vraiment pas cher, par exemple 900€ pour 2 semaines en Angleterre? Le “pas cher” est parfois synonyme de bonne affaire lorsqu’il s’agit de promos dernière minute par exemple, mais lorsqu’il est pratiqué toute l’année, il se révèle souvent être le contraire d’un bon plan. Avant de sauter à pieds joints dans une offre (trop) alléchante, nous vous détaillons 6 points à vérifier pour s’assurer que la qualité, la sécurité sont au rendez-vous, et que le séjour présente un contenu digne d’intérêt.


Notre premier conseil face à une telle offre : contactez l’organisme pour vérifier ce qui est inclus au séjour, ou, si le service client est injoignable (mauvais signe !), lisez très attentivement les petites lignes.

Voici les 6 points à vérifier, qui impactent à la hausse ou à la baisse le prix d’un séjour linguistique :

1. Les transports :


Quelle est la ville de départ du groupe (Paris est plus accessible que Calais pour les parents qui accompagnent leurs enfants au départ), quel est le moyen de transport, le temps de trajet ? Une fois sur place, les tickets de métro/bus ou les transports en commun sont-ils inclus ?

2. L’encadrement :


Le ratio d’encadrement légal est-il respecté ? Les enfants sont-ils accompagnés pendant le voyage ? Les encadrants sont-ils diplômés (professeur, animateur BAFA, Directeur BAFD, brevets d’états pour les activités spécifiques… ?), et quel âge ont-ils ? Un encadrant de 30 ans a plus d'expérience et de capacités pour encadrer un groupe de jeunes de 16 ans, qu’un encadrant de 18 ans.

3. Les activités et excursions :


Y-at-il des activités, excursions et visites incluses, ou sont-elles en option ? Le risque : que les temps libres se terminent en après-midis coffee shop ou shopping  - gare au budget !

4. Les cours de langue :


Combien d’heures de cours sont dispensées pendant le séjour, si les cours sont indiqués en nombre, quelle est leur durée (certains sont de 45 min.) , combien de participants y-a t-il par groupe (au delà de 15, pas facile de faire participer tout le monde à l’oral) ? Très important également : des groupes de niveau sont-ils faits en début de séjour ?

5. L’hébergement et les repas :


Privilégiez les placements à un ou deux francophones par famille, pour favoriser l’échange avec la famille étrangère. Assurez-vous également auprès de l’organisme qu’un adulte est présent au foyer en permanence, et que les familles sont suivies par un représentant local, garant du bon accueil et du suivi en cas de besoin. Pour l’hébergement collectif, demandez éventuellement des photos du lieu de séjour, ou assurez-vous que l’organisme visite les lieux d’hébergement qu’il revend.
Quel que soit le type d’hébergement, vérifiez quels repas sont compris, week-end inclus.

6. Les frais optionnels :


Ils doivent être indiqués de façon transparente.

Vous l’aurez compris, un séjour pas cher signifie obligatoirement un contenu ou une qualité moindre. A vous de juger sur quels points vous êtes prêts à faire des sacrifices pour faire partir votre enfant à bas prix. Attention : à sacrifier trop de paramètres, votre enfant risque d’être déçu, et le bénéfice du séjour linguistique à l’étranger nul.

************************

Sachez que chez SILC, le prix des séjours linguistiques est tout compris et les programmes conformes aux exigences les plus strictes de la profession (norme NF et contrat qualité OFFICE). Pour payer moins cher votre séjour, profitez par exemple des remises “early booker”, ou attendez les offres de dernière minute - mais attention, ces offres sont limités à quelques séjours.

*Les clients SILC bénéficient d’une remise fidélité de 100€ en “EARLYBOOKING”, et les nouveaux clients de 50€ de remise, pour toute réservation effectuée avant le 15 mars 2015 sur un séjour linguistique d’été.

Pour en savoir plus, contactez les conseillères SILC au 0806 600 021



jeudi 22 janvier 2015

Bien préparer un séjour linguistique : les conseils de Carole, experte métier

Conseils séjours linguistiques


Carole L. est l’une des collaboratrices SILC en charge du suivi des séjours linguistiques. Sa mission : aider les parents et les participants à bien préparer le voyage, afin qu’il soit le plus bénéfique possible. Quelles sont les questions auxquelles elle répond le plus souvent, quels conseils donne-t-elle aux parents et aux jeunes voyageurs ? Elle nous partage son expérience dans cette interview.

SILC : “Carole, quels conseils et informations donnes-tu aux parents pour les aider à préparer leurs enfants au départ ? ”


Carole :
Dès la réservation effectuée, il faut anticiper le “matériel”, par exemple : vérifier la date de validité des documents d’identité, demander les horaires de voyage pour organiser le préacheminement à Paris, ou encore prévoir un sac à roulettes adapté, que l’enfant pourra porter lui-même.
Ensuite, il faut préparer psychologiquement l’enfant au séjour : il devra faire preuve d’autonomie, se responsabiliser et s’organiser sans l’aide de ses parents. Par exemple, s’il est accueilli dans une famille, celle-ci lui montrera, le premier jour, le trajet en transport en commun pour se rendre sur le lieu où se déroulent des cours de langue - il devra ensuite effectuer ce trajet seul*, il est donc important qu’il prenne des notes, repère la ligne de bus, l’arrêt, les repères dans la ville qui lui indiquent où descendre,...
Il faut savoir également que dans les familles, notamment en Angleterre car les anglais sont naturellement réservés, il devra faire des efforts pour aller vers eux, raconter sa journée, poser des questions,... Le but est d’instaurer un échange, même si cela s’apparente au départ au “langage des signes”. Il faut par exemple préparer avec les enfants une série de questions à poser à la famille, afin de briser la glace rapidement, ou encore offrir un petit souvenir de France, qui permet de lancer une discussion.
Enfin, se renseigner avec l’enfant sur la culture du pays et les habitudes, par exemple alimentaires. On peut par exemple expliquer qu’en Angleterre, les parents s’installent très rarement à table en même temps que les enfants, qui dînent donc seuls. Il ne s’agit pas d’indifférence, mais bel et bien d’habitudes ancrées.

SILC : “Pendant le séjour, quelle attitude les participants doivent-ils avoir ? ”


Carole :
la politesse est essentielle, en toute situation : dans la famille, avec les professeurs, dans les transports ou lors des visites. Les “bonjour, au revoir, merci, s’il vous plaît, excusez-moi “ sont toujours appréciés.
La ponctualité est également importante : être ponctuel pour ne pas rater son bus, arriver à l’heure aux cours, respecter les horaires de la famille, les RDV donnés par les encadrants lors des quartiers libres,...
L’assiduité et la participation aux cours de langue sont fortement encouragées : il vaut mieux participer à l’oral et risquer de faire une faute que de rester muet ; c’est au contraire l’occasion pour le professeur de faire avancer le cours. Le seul moyen de progresser en langue est de la pratiquer : lecture, écriture, discussion, toutes les occasions sont bonnes pour mettre le voyage à profit sur le plan linguistique.
Enfin, si votre enfant a un souci, un sentiment de malaise, mal compris quelquechose, il doit impérativement en parler en priorité aux encadrants sur place : ils ont l’habitude de voyager, connaissent la culture, les mentalités, et peuvent aussitôt réagir en fonction de la nature du problème. Cela permet de désamorcer rapidement les problèmes, qui par expérience sont souvent liés à une mauvaise interprétation de la langue ou des coutumes...

SILC : “Et les parents, quelle attitude doivent-ils avoir pendant le séjour de leur enfant ?"

Carole : Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! Il vaut mieux peu d’appels que trop d’appels. Si votre enfant ne vous donne pas de nouvelles, c’est que ses journées sont bien remplies, et que tout se passe bien. Laissez-le profiter de son séjour, et préférez la consultation de la messagerie vocale ou du blog s’il y en a un pour suivre le séjour à bonne distance. Votre enfant appréciera la confiance que vous lui témoignez, et reviendra grandi de cette expérience, que ce soit en maturité ou en autonomie.

Merci Carole d’avoir partagé ton expérience !

* Les trajets s'effectuent seuls dans la majorité des séjours, toutefois les enfants sont regroupés dans des zones d'habitation proches. Pour certains séjours, comme le British Duo, un ramassage en bus est organisé : les enfants sont alors pris en charge près de leur lieu d'accueil et conduits au lieu des cours.

lundi 5 janvier 2015

8 critères pour bien choisir un organisme de séjour linguistique

Critères importants pour choisir un organisme de séjour linguistique
Labels fantaisistes, animateurs non qualifiés, organismes régis par des lois étrangères, prix affichés en devises fluctuantes,... : autant d’écueils que l’on peut éviter. Avant de confier son enfant à un organisme de séjours linguistiques, quelques vérifications s’imposent. Martine L. est en charge de la qualité chez SILC. Pour vous aider à faire le bon choix, elle vous détaille les 8 critères essentiels qui vous permettront de choisir le meilleur organisme.

SILC : “Martine, selon toi quel est le critère le plus important à vérifier avant de réserver un séjour linguistique ?”
Martine : A mon avis, le critère Numéro 1, c’est le marquage NF : lui seul garantit le respect de la norme AFNOR sur les séjours linguistiques, et donc une exigence supérieure et constante en matière de qualité et de sécurité. Combiné à un label de la profession, comme l’OFFICE dont SILC est membre, c’est un gage supplémentaire de qualité, signe que l’organisme s’engage à être contrôlé régulièrement par des auditeurs indépendants.

SILC : “Quelles autres précautions faut-il prendre ?”
Martine :
Assurez-vous que l’organisme détient une licence de voyage : cela vous couvre notamment en cas de défaillance de l’entreprise. Regardez également quels sont les taux d’encadrement pendant le transport et pendant le séjour, et s’ils sont conformes à la réglementation ; un organisme certifié NF est dans l’obligation de respecter les ratios tels que définis dans la norme. Assurez-vous également que les encadrants qui accompagnent le groupe sont diplômés : BAFA pour les animateurs, BAFD pour les Directeurs, ou que ce sont des professeurs en exercice. Aujourd’hui, par souci d’économie, beaucoup d’organismes recrutent des animateurs - stagiaires de 17-18 ans, qui n’ont pas encore terminé leur formation, ou qui n’ont aucune expérience avec des enfants ou des ados.
Également, lisez bien le contenu du programme : plus il est détaillé, mieux c’est. Fuyez les programmes évasifs, qui n’indiquent pas clairement le nombre d’excursions ou d’heures de cours par exemple.
Regardez depuis combien de temps l’organisme existe, et les taux de satisfaction affichés. La longévité traduit l’expertise, et démontre le sérieux et la constance, sans quoi il n’existerait probablement plus !
Enfin, méfiez-vous des avis très négatifs ou trop positifs sur les forums ou autres plateformes non vérifiés, qui peuvent être des faux.

SILC : “Un dernier conseil pour les parents ?”
Martine :
Avant de réserver, faites un test simple : contactez l’organisme par téléphone. Un organisme qui est injoignable en semaine à des heures de bureau le sera encore moins le week-end lorsque votre enfant sera à l’étranger. Cela vous permettra de poser toutes les questions que vous avez en tête, d’évaluer la qualité des conseils donnés, et de vous faire une idée du service client avant de vous engager auprès de tel ou tel organisme.

Merci Martine pour ces éclairages utiles !

Le récapitulatif de Martine :  8 questions à poser :

  1. L’organisme est-il certifié NF ? Si oui, il doit pouvoir vous adresser une copie de son certificat
  2. L’organisme adhère t-il à un label de la profession ? 2 labels existent : l’OFFICE et l’UNOSEL
  3. Qui encadre le séjour ? Nombre et qualité des accompagnateurs.
  4. Pourrais-je joindre quelqu’un 24h/24 et 7j/7 en France ?
  5. En cas de litige, est-ce un tribunal français qui est compétent (ce n’est pas le cas lorsque le siège de l’organisme est à l’étranger) ?
  6. L’organisme a t-il une licence de voyage, et est-il couvert en responsabilité civile et en cas de défaillance ?
  7. Depuis combien de temps l’organisme existe, et quels sont ses chiffres de satisfaction client ?
  8. Quels services annexes sont proposés ? Ex. : accompagnement des mineurs qui voyagent depuis la province, paiement échelonné, évaluation des compétences linguistiques avant et à la fin du séjour,...

jeudi 11 décembre 2014

Qui se cache derrière les clins d’oeil de SILC ?

Clins d'oeil - Manu


Chaque mois nous publions un dessin humoristique ou à vocation culturelle en tête de notre newsletter. Derrière ces milliers de dessins, caricatures et bons mots, se cache Emmanuel Jacquel, le graphiste de SILC, passionné d’histoire et d’art. Il est aussi l’artisan de nos brochures, des emailings et visuels divers que publie SILC. Portrait d’un homme à l’imaginaire illimité...

SILC : “Bonjour Emmanuel, quelques mots pour te présenter ?”
E.J. :
“Bonjour, moi c’est Manu, j’ai 42 ans, et depuis 20 ans je suis graphiste chez SILC. Je suis passionné d’art, avec une prédilection pour l’Art Déco ; je suis aussi féru d’histoire, de l’âge de pierre jusqu’à notre époque, et je m’intéresse de près à la Bande Dessinée et aux sciences, notamment la physique et la cosmologie.”
 
SILC : “Quel est ton rôle à SILC ?”
E.J. : “Chaque année je crée et mets en page 5 brochures, correspondant à nos différentes activités (séjours linguistiques et colos d’été et des petites vacances, séjours étudiants, voyages scolaires et Accueil d’étrangers en France). Je crée également les visuels pour le web ou destinés à l ‘impression : bandeaux, encarts pub, emailings, cartes de voeux,... Je mets en page le journal interne d’entreprise, je crée les signalétiques (affiches, visuels pour les salons,...).
Et chaque mois, je dessine des “Clins d’oeil” liés à l’actualité ou à l’actualité de SILC, que nos lecteurs peuvent découvrir en tête de nos newsletters. Ces dessins sont évidemment inspirés par mes centres d’intérêt, et je veille à ce qu’ils apportent une dimension historique, culturelle ou humoristique à cette lettre”

SILC : “Tu as aussi une vie extra-professionnelle bien remplie - peux-tu nous en dire plus ?”
E.J. : “En effet mes passions se concrétisent par de nombreuses réalisations. Je peins, plutôt des toiles graphiques car j’aime les lignes et la géométrie ; une partie de mes peintures est visible sur mon site web (d’ailleurs je vends des oeuvres, avis aux intéressés !). J’écris aussi, et ai notamment publié 3 recueils de poèmes ces dernières années. Depuis quelques mois, je fais des recherches sur mon patrimoine, notamment familial pour renouer avec mes racines Lorraines et mes ancêtres, qui travaillaient dans la faïence (cf page Facebook). Pour le moment je compile mes recherches et aimerais, pourquoi pas, en faire une Bande Dessinée.

SILC : “Merci Emmanuel, et merci pour ces clins d’oeil mensuels qui égaient notre newsletter !”

vendredi 5 décembre 2014

Famille d'accueil ou collectif : quel hébergement choisir ?


Deux types d’hébergements sont proposés aux candidats au départ en séjour linguistique : chez l’habitant, seul ou avec d’autres jeunes de son âge, ou en résidence collective (auberge de jeunesse, hôtel, internat de collège,...).

Les deux formules ont leurs intérêts et leurs inconvénients. SILC vous les décode pour vous aider à choisir.


Hébergement en famille :

AVANTAGES

+ Familles sélectionnées après entretien de motivation et visitées par une personne vivant dans la zone de séjour.

+ Approche différente de la civilisation du pays à travers ses habitants : rythme de vie, traditions, repas, tout ce qui fait la culture du pays.

+ Confrontation à la langue en situation réelle (membres du foyer, TV, radio, journaux,…).

+ Déplacements via les transports en commun, qui favorisent l’autonomie.

INCONVÉNIENTS

- Inadéquation possible entre les attentes des parents et des participants et la réalité du pays : écart de niveau social, habitudes alimentaires différentes, emploi du temps de la journée différent,… Il faut être prêt à découvrir et à

s’adapter à un environnement de vie différent.


Hébergement collectif :

AVANTAGES

+ Pas ou peu de déplacement nécessaires : les cours et activités ont souvent lieu sur place.

+ Ambiance souvent internationale car les participants accueillis proviennent de différents pays.

+ Idéal pour ceux qui sont un peu timides : le participant est entouré d’autres jeunes français et encadré par des accompagnateurs français.

INCONVENIENTS

- Contact avec d’autres jeunes français 24h/24. Les séjours en “groupes internationaux” permettent d’éviter cet écueil.

- Moins de contacts avec la population, découverte culturelle plus superficielle.


Bon à savoir :

Les familles d’accueil sont parfois décriées. Bien souvent il leur est reproché d’être trop «anglaises, espagnoles,…». Si l’on ne souhaite pas « vivre à l’anglaise », il est préférable d’opter pour un hébergement collectif. C’est au participant de s’adapter au mode de vie de ses hôtes, non l’inverse. En voyage, il faut être prêt à découvrir quelque chose d’inconnu et faire son possible pour s’adapter à ce nouvel environnement : repas, horaires, habitudes diffèrent.
Voici un diaporama avec 7 conseils pour bien s’intégrer dans une famille d’accueil :



lundi 27 octobre 2014

Quel type de séjour linguistique choisir selon l'âge ?

Un élève de CM2, de 3ème, un étudiant ou un adulte n’ont pas les mêmes besoins linguistiques. Pour tous, des séjours linguistiques existent, adaptés à leur besoins du moment. Consultez le tableau ci-dessous, qui récapitule les différents types de programmes proposés selon le niveau scolaire ou l’âge du participant. Les indications données dans ce tableau sont à adapter en fonction du participant : personnalité, situation familiale (ex. : 2 langues parlées au foyer), expérience de vacances hors cadre familial et aisance à aller vers les autres pour communiquer).

Type de séjour linguistique selon son âge


*Le CECRL, ou Cadre européen commun de référence pour les langues permet de déterminer le niveau de langue d’un apprenant sur une échelle de A1 (utilisateur débutant) à C2 (maîtrise).
L’objectif de l’Education Nationale est que les élèves français atteignent le niveau :
.A1 en fin de primaire,
.B1 en fin de collège,
.B2 au moment du baccalauréat.

Grille CECRL

Pour en savoir plus : accédez au référentiel et au tableau détaillé des différentes échelles du CECRL (pages 25 à 28)

Pour voir les programmes SILC :
> Séjours linguistiques juniors
> Séjours linguistiques étudiants, adultes & professionnels

jeudi 16 octobre 2014

Accompagnement des séjours jeunes : les règles et la pratique

L'INTERVIEW DU MOIS

Laurence F. recrute toute l’année des accompagnateurs pour les séjours linguistiques et colos SILC. Au niveau du ratio d’encadrement et de la qualité des personnes recrutées, chez SILC, les exigences sont supérieures aux pratiques courantes. Laurence nous rappelle ce qui est prévu par la loi, les pratiques de certains organismes et ce que SILC exige pour garantir encore plus de sécurité à ses participants.

Dernières consignes avant le départ en séjour aux USA

SILC : “Laurence, peux-tu nous dire quelles sont les règles en terme d’encadrement de groupes ?”


Laurence F. : “Pour les séjours où les jeunes sont hébergés en famille d'accueil, nous suivons les règles de l’OFFICE et de l’AFNOR (SILC est certifié NF service, et donc contrôlé chaque année) : nous prévoyons donc 1 adulte accompagnateur pour 15 jeunes. Pour les activités culturelles, manuelles ou sportives, un encadrant autochtone est prévu pour respecter la loi française : 1 adulte pour 12 jeunes. Pour les séjours en résidence et les colonies de vacances, la loi* prévoit la présence d’un adulte pour 12 jeunes.
L'été, avec les congés hebdomadaires obligatoires, nous prévoyons un animateur pour 10 jeunes. Pour les séjours avec des enfants de primaires, les encadrants sont au nombre de 1 pour 10 enfants.
La sécurité des enfants est primordiale, il est donc hors de question d'économiser sur ce poste. Un séjour avec un nombre d’encadrants insuffisant peut vite tourner au cauchemar, voire au drame.
Pour les activités le nécessitant, ce sont des animateurs diplômés d’un Brevet d’Etat qui interviennent auprès du groupe : par exemple pour l’équitation ou l’escalade. Ils ont été formés aux consignes de sécurité et sont compétents pour enseigner la discipline.
La Direction Départementale de la Cohésion Sociale peut contrôler à tout moment la qualité et le nombre d’encadrants (soit en personne pour les séjours en France, soit en mandatant un membre de l'ambassade de France pour les séjours à l’étranger), une raison supplémentaire de respecter au minimum les taux d’encadrement légaux.”

SILC : “Certains organismes cherchent à économiser à tout prix sur ce poste coûteux - quelles questions les parents peuvent-ils poser pour s’assurer que l’encadrement du séjour sera optimal ? ”


Laurence F. : “Ils peuvent demander quel est le nombre d’accompagnateurs prévus, pour vérifier s’il correspond aux taux d’encadrement légaux. Ils peuvent également demander quels sont les diplômes ou compétences des encadrants, et sur quels critères ils sont recrutés. Les parents doivent pouvoir, pendant le séjour, joindre à tout moment l’encadrant référent (si leur enfant a exprimé un malaise, ou s’ils ont une info importante à lui transmettre par ex.). Vous pouvez également rechercher le projet éducatif de l’organisme : c’est le document de référence qui récapitule ses valeurs, dont tiennent compte les personnels d’encadrement.

SILC : “Quelles sont les exigences supplémentaires de SILC en matière de recrutement ?”


Laurence F. : “Pour les animateurs, le BAFA peut s'obtenir à partir de 17 ans. Chez SILC, nous n’acceptons des animateurs qu'à partir de 18 ans pour encadrer nos séjours en France, et à partir de 20 ans pour ceux à l’étranger. Le BAFD peut se passer à 21 ans. Chez SILC nous privilégions ceux qui ont déjà de l’expérience, et embauchons plutôt des Directeurs de 25 ans et plus.
Pour les séjours à l’étranger, nous exigeons que le BAFA ou le BAFD soient complètement validés au préalable.
Pour les professeurs, nous exigeons une expérience solide dans l’accompagnement de séjours linguistiques.
Pour tous nos séjours à l’étranger, la langue étrangère doit être maîtrisée afin que les encadrants puissent régler tous les aléas sur place.
Par ailleurs, je tiens à m’entretenir personnellement et individuellement avec tous les encadrants qui vont partir sur nos séjours. Cela me permet de répondre à leurs questions, de vérifier leurs compétences, et de transmettre toutes les consignes, essentielles au bon déroulement du séjour.
Pour l’anecdote, certains accompagnateurs encadrent des séjours SILC depuis près de 20 ans ! Avoir des encadrants fidèles, c’est une garantie de sécurité pour les jeunes car ils connaissent parfaitement le fonctionnement, les exigences de SILC, et les séjours.


*Guide juridique Enfants et Espaces – Règlementation des accueils collectifs de mineurs – Décret n° 2006-923 du 26 juillet 2006- Art R.227-15.

lundi 13 octobre 2014

Les repas anglais : tordons le cou aux mythes !

Packed-lunch : le déjeuner anglais typique

Non, les anglais ne se nourrissent pas que de petits pois verts fluo et de desserts en gelée violette. Si les habitudes alimentaires de nos voisins anglais ont du mal à passer chez les jeunes français, c'est peut-être à cause des mythes qui ont la vie dure. Et si pour une fois, on arrivait à Londres avec des yeux tout neufs, en mettant un peu de côté nos sacro-saints repas "à la française" ?

Parce que comme nous, les britanniques font 3 repas par jour : le breakfast (petit déjeuner),  le lunch (déjeuner), et le dinner (dîner).

Entre 7h et 9h : le 'breakfast'

Hélas, les mamans anglaises n'ont pas plus de temps (ni l'envie de se lever aux aurores) que les mamans françaises pour préparer des crêpes, blinis et autres œufs brouillés, sausages, mushrooms et baked beans qui ont fait la réputation des petit-déjeuners anglais ! Seuls certains hôtels continuent à servir ces petits déj' 'so british' !

Au petit-déjeuner, les anglais mangent la même chose que vous : céréales, toasts grillés, marmelade, jus d’orange, tasse de thé ou café.

Un conseil pour ceux qui partent en séjour linguistique en Angleterre : prenez un petit-déjeuner copieux !

Entre 12h et 13h30 : le 'lunch'

Même lorsqu'une cantine est à leur disposition, de nombreux écoliers et salariés emportent leur “packed lunch” (panier-repas) et déjeunent sur place. Il est en général composé :

  • d'un sandwich (pain de mie en triangle),
  • d'un paquet de chips : au vinaigre souvent, au poulet ou toute autre saveur inconnue chez nous,
  • d'un fruit, souvent une pomme,
  • d'une boisson.

Cette formule est, au goût des jeunes français, "pas assez copieuse / variée / équilibrée" (rayer la mention inutile), et la qualité va de "amazing" à "carrément dégoûtante" (mention spéciale pour les chips au vinaigre)...

Certains achètent de la nourriture à emporter (take away food / eat out food) : un classique est le “ fish and chips ” (poisson frit et frites) à manger avec les doigts. Il est servi dans une barquette, arrosé d’un filet de vinaigre ou de citron (autrefois il emballé dans du papier journal).

Le dimanche, le déjeuner est le repas le plus important (contrairement à la semaine où le dîner est le repas principal).
Le déjeuner dominical se compose en général de bœuf rôti, Yorkshire pudding, 2 ou 3 sortes de légumes et un dessert. Les légumes sont souvent moins cuits qu’en France.

(Facultatif) : le 'tea-time'

Lorsqu'ils ont la possibilité, les anglais s'accordent 2 pauses-thé par dans la journée :
• Afternoon tea (à 16h) : une tasse de thé accompagné de scones avec de la crème, de la marmelade, ou alors des muffins, des crumpets (petites crêpes épaisses et soufflées), des cakes…, 
• High tea (à 18h) : beaucoup plus copieux que le précédent (viennoiseries et pâtisseries diverses, toasts sucrés ou salés, viande froide, pickles, œufs pochés…). Il remplace souvent le dîner.

Entre 18h30 et 20h : le 'dinner'


C’est le repas le plus important de la journée, généralement composé d’une soupe, de viande, 2 ou 3 sortes de légumes dont les incontournables pommes de terre*, et un dessert.

Dans de nombreux foyers anglais, les membres de la famille ne dinent pas ensemble, comme nous autres "frogs" : les enfants dinent seuls avant, et les parents ensuite, bien souvent devant une série TV.

A savoir également : la cuisine anglaise est influencée par les différentes populations qui se sont installées en Grande-Bretagne depuis des décennies. Aussi il n'est pas rare de trouver au menu des anglais des plats asiatiques, des currys indiens et des plats italiens.

*La consommation moyenne de pommes de terre est de 102kg/an/habitant au Royaume-Uni. Vous l'aurez compris, la pomme de terre est souvent au menu !


jeudi 2 octobre 2014

Quand partir en séjour linguistique ?

A chaque période de vacances scolaires, vous pouvez proposer à vos enfants de partir en séjour linguistique.
On nous pose souvent la question : quand les faire partir ?
Il n’y a pas de période idéale, tout dépend des objectifs et des envies du participant. Pour vous aider à y voir plus clair, voici un condensé des avantages de chaque saison.

Quand partir en séjour linguistique ?

Infos et conseils au 0806 600 021.

lundi 22 septembre 2014

9 règles pour bien préparer sa valise avant un séjour à l'étranger

Les bagages indispensables en voyage

(Texte tiré et arrangé à partir de cet article)


Un projet de voyage à l'étranger est toujours excitant, excepté pour une chose : les bagages !
Vous avez envie d'emporter toute votre garde-robe, mais devez plutôt penser compact pour éviter les surtaxes aériennes liés au poids de vos bagages...
Prenez connaissance de cette liste des indispensables de voyage, conseillée par un voyageur expert.

Règle N°1 : papiers d'identité et argent sont dans un sac à dos

Passeport, visa, documents d'identité sont les dernières choses que vous souhaiteriez oublier. Je suggère de faire une photocopie de chacun d'entre eux, et de les conserver dans un sac séparé, afin d'en avoir une copie si vous perdez les originaux.

Liste des choses à mettre dans le sac à dos :

  • passeport (ou simple Carte d'identité selon les pays)
  • visa ou permis de travail
  • document indiquant le lieu où vous résiderez : famille d'accueil, résidence, hôtel...
  • des Euros (pratique dans les WC payants des gares ou pour acheter une boisson), et une carte de crédit
  • de l'argent converti (dollars, livres ou autres) - cf quelques conseils pour faire son change de monnaie.
  • une liste des numéros de téléphones importants (à part de votre téléphone)
  • si besoin : une ordonnance si vous suivez un traitement médical, et une lettre de votre médecin traitant, rédigée en anglais
  • si vous portez des lentilles de contact : tout le matériel utile
  • un appareil photo et son chargeur
  • un ordinateur portable si besoin
  • une tenue de rechange, une brosse à dent et du dentifrice (si voyage en avion, en cas de perte de vos bagages)
  • ...j'ajouterais pour les frileux/ses : un châle pour se protéger des climatisations dans les aéroports et avions réfrigérés ;) !

Règle N° 2 : consultez la météo et préparez les vêtements en fonction

Il y a les évidences : des vêtements chauds des pieds à la tête pour un séjour hivernal au Canada, un parapluie ou un ciré bien étanche pour un séjour en Irlande, ou encore une protection solaire et un chapeau pour un séjour en été à Malte. 
Consultez néanmoins la température, et les conditions météo des jours qui viennent : pluie, soleil, neige, vent,... Cela vous aidera à bien prévoir les tenues adéquates.

Règle N°3 : n'emmenez pas toute votre garde-robe

Prenez seulement ce dont vous avez besoin pour ne pas dépasser les poids autorisés par les compagnies aériennes (par ex. chez Air France, 23kg max pour le bagage en soute, 12kg pour le bagage à main).
Prévoyez une tenue maximum par jour (certaines pourront être portées plusieurs jours, ou lavées sur place).
Et gardez un peu de place, pour rapporter des achats souvenirs.

Liste des vêtements indispensables :

  • T-shirts à manches courtes et manches longues
  • chaussettes, sous-vêtements et vêtements techniques (dans les pays froids, pas inutile d'avoir un collant supplémentaire sous son pantalon)
  • shorts (en été), pantalons ou jeans
  • maillot de bain et claquettes (voire serviette de baignade si non fournie)
  • tenue de soirée éventuellement
  • veste, blouson ou imperméable pour se couvrir (à adapter selon climat et saison)
  • chaussures confortables et une paire de chaussures habillées
  • Pyjama
  • Chapeau, casquette, lunettes de soleil et crème solaire OU bonnet, écharpe, gants

Règle N°4 : n'oubliez pas les accessoires de voyage

  • une brosse à cheveux et votre sèche-cheveux s'il est indispensable
  • un fer à repasser de voyage si nécessaire (mais peut-être pourrez-vous en utiliser sur place)
  • une trousse de toilette avec vos indispensables conditionnés au format voyage. Sur les vols Air France, ne sont pas autorisés en bagage cabine les "liquides, aérosols, gels et pâtes dans des contenants de plus de 100 ml (boissons, eau minérale, soupes, parfums, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, dentifrice, savons liquides, déodorants…)". Il est préférable de mettre les liquides et gels dans des sacs hermétiques pour éviter les catastrophes dans la valise (type sac congélation).
  • une serviette de toilette personnelle est recommandée (sauf si vous séjournez en hôtel, elles sont fournies)
  • si vous partez en famille d'accueil, un petit cadeau pour remercier vos hôtes - quelques idées cadeau ici.
  • Un petit sac pour glisser votre linge sale.

Règle N°5 : apportez les médicaments dont vous avez besoin

Apportez vos médicaments avec l'ordonnance médicale, dans leur emballage d'origine de préférence, pour que les douanes puissent éventuellement les contrôler à la frontière. Pensez aux antalgiques classiques pour soulager les maux de têtes, et aux antihistaminiques si vous êtes allergique.

Règle N°6 : préférez un bagage à roulette

Plus facile de circuler avec un bagage à roulette dans les gares, couloirs de métro et aéroports. Cela fatigue moins le corps, et rend les manœuvres plus simples.

Règle N°7 : utilisez des sacs compressibles

Disposez vos vêtements encombrants dans un sac compressible, fermez le avec le zip, puis aspirez l'air superflu pour faire le vide d'air. Un bon moyen de gagner de la place dans la valise. Bémol : il faut avoir un aspirateur sous la main pour faire la même chose au retour...

Règle N°8 : consultez les règles de sécurité

Consultez la liste des articles autorisés ou interdits dans vos bagages, selon votre pays de destination.
Ces informations sont disponibles depuis le site de la douane.

Règle N°9 : portez les vêtements les plus chauds

Ils sont en général les plus lourds et les plus volumineux, aussi si le temps le permet, portez sur vous les articles les plus chauds pour gagner de la place.

Avant de tout ranger dans votre valise, surtout si vous prévoyez un long voyage, préparez tous vos articles quelques jours à l'avance, mettez-les en évidence et éliminez le superflu.
Projetez-vous également pendant le séjour pour prévoir le nécessaire : allez-vous faire de la plongée ? souhaitez-vous prendre des notes ? voulez-vous filmer / avez-vous une soirée déguisée prévue ?,...

mardi 17 juin 2014

Qu'est ce que le choc culturel, et comment l'éviter ?

Bouchons sur les routes d'Irlande

Le choc culturel, c'est le sentiment ressenti lorsque l’on quitte son environnement culturel familier pour vivre dans un autre environnement culturel et social.

Beaucoup pensent que le choc culturel est dû à un changement extrême dû par exemple au fait d’aller d’un pays à un autre ; mais il peut être expérimenté tout près de chez soi, en passant simplement d’une ville à une autre dans son propre pays. Même les esprits les plus ouverts et culturellement sensibles ne sont pas à l’abri du choc culturel.

Les différentes phases du choc culturel

Le choc culturel se déroule en 3 ou 5 phases selon les personnes : il varie selon plusieurs facteurs, tel que l’importance du décalage culturel entre son environnement habituel et le nouveau lieu de résidence, ou la durée du séjour. 

1. La phase « lune de miel » : c’est la période agréable. Tout est extraordinaire, excitant, et nouveau. Vous appréciez les différences, rencontrez de nouvelles personnes, goûtez de nouveaux aliments, découvrez une autre architecture, faites des choses nouvelles, bousculez votre train-train quotidien. Cette phase peut durer des jours, des semaines, voire quelques mois.


2. La phase « la lune de miel est terminée » : vous notez des différences, même minimes, et généralement pas dans le bon sens. Vous n’aimez pas l’attitude des gens, en avez assez de la nourriture, vos programmes TV vous manquent, vous n’aimez pas l’eau, il fait trop froid/chaud/humide, les choses sont tellement mieux à la maison, votre famille/vos amis/votre boyfriend vous manque, ils célèbrent les mauvais jours fériés, et ainsi de suite. Pendant cette phase, la personne est anxieuse, irritable, ressent de la colère, de la frustration, et a des difficultés à surpasser sa tristesse.


3. La phase « négociation » : pendant cette phase, vous décidez soit de succomber à la négativité, soit de faire votre possible pour profiter à fond de l’expérience. Si vous réussissez, vous retrouvez une perspective, un équilibre, votre humour, et êtes prêt à passer à l’étape suivante. 


4. La phase « tout va bien » : vous vous sentez plus à l’aise avec les différences de cette nouvelle culture. Selon l’importance du décalage culturel, vous relativisez et ne le trouvez finalement pas si nouveau ; ou au contraire vous n’adhérez pas forcément ; mais vous l’appréhendez avec suffisamment de recul pour en apprécier les différences et les possibilités. Les sentiments négatifs sont minimisés, et sans être complètement « en amour » avec ce nouveau milieu, vous pouvez l’apprécier sans ressentir de l’anxiété ou une inquiétude injustifiée.


5. Le choc inverse : Oui cela arrive ! Une fois rentré en France et après vous être habitué à un autre mode de vie dans un pays étranger, vous pouvez revivre les différentes phases du choc culturel, à l’inverse.


Comment se préparer et gérer le choc culturel ?


  • Renseignez-vous autant que possible sur le lieu dans lequel vous vous rendez : les bons et les mauvais côtés, tout ce qui diffère, de quel côté les voitures roulent, le climat, les habitudes alimentaires (le dessert et le fromage sont des habitudes assez françaises), la politique, la culture, les religions, la tenue vestimentaire de rigueur, si vous pouvez boire l’eau, quels types de prises électriques sont utilisées pour que vous puissiez brancher votre chargeur de téléphone,… Apprenez également tout le vocabulaire de politesse de base.
  • Pour les plus jeunes qui partent en solo : évitez d’appeler les parents tous les jours : cela renforce le sentiment de manque. Un appel pour rassurer à l’arrivée, puis attendre 3-4 jours avant de rappeler. Il y aura encore plus de choses à raconter !
  • Vous rencontrerez des gens qui correspondent à l'image que vous vous faîtes des "habitants types du pays X", et plein d’autres gens. Rester accroché à des stéréotypes ne vous aidera pas à en apprendre davantage sur un nouveau pays et ses habitants
  • Soyez ouvert d’esprit et prêt à apprendre. Oubliez vos repères culturels momentanément. Posez des questions. Soyez humble et curieux
  • Gardez votre sens de l’humour en toute circonstance !
  • Sachant que le changement vous demande un effort d’adaptation, accordez-vous du temps. Ne soyez pas trop exigeant envers vous-mêmes
  • Cherchez la compagnie de personnes positives
  • Restez actif, mangez bien, et dormez suffisamment
  • Apportez quelques effets personnels avec vous : photos de vos endroits préférés, famille, amis, votre musique préférée et vos porte-bonheurs.
  • Lors de séjours longs, restez en contact avec vos connaissances via Skype, l’email, le téléphone, les cartes postales, Facebook, la tenue d'un blog ou autre. Cela vous apportera du réconfort tout de suite, et vous aidera à minimiser le choc culturel inverse quand vous rentrerez chez vous.

Ces consignes vous aideront à préparer votre voyage à l'étranger, ne les négligez pas : un voyage réussi passe aussi par la dimension psychologique et le ressenti dans des situations du quotidien différentes. Plus vous serez préparé, moins le choc sera grand, plus le séjour sera profitable. 
Comme le dit le dicton "un homme averti en vaut deux..." !


Extrait tiré de cet article en anglais.

lundi 9 juin 2014

Merci pour vos retours positifs !

Avis séjour linguistique SILC

Après chaque séjour, nous envoyons aux participants un questionnaire de satisfaction. Cette étape très importante nous permet de faire le point sur ce qui leur a plu, de tenir compte des suggestions et de revoir les points du séjour qui peuvent être améliorés. La dernière enquête a révélé que 92.5% des participants ayant répondu au questionnaire sont satisfaits de leur séjour linguistique.*

  • 100% des participants sont satisfaits de la rapidité avec laquelle ils ont reçu une brochure papier, des informations détaillées fournies dans cette brochure, et des recommandations délivrées par les conseillères SILC.
  • 94% sont satisfaits des documents remis après leur inscription (contrat de séjour, consigne de voyage, guide de séjour,...).
  • Globalement, 88.4% sont satisfaits de leur hébergement (accueil, nourriture, tenue de l'hébergement, confort), du contenu des cours, des activités culturelles, sportives et des visites et excursions.
  • 87.7% sont satisfaits des cours de langue dispensés en séjour linguistique

Voici pourquoi les participants ont choisi SILC pour partir en séjour linguistique (ordre décroissant) :

  1. Satisfaction des séjours précédents avec SILC 
  2. Encadrement et cours dispensés par des professeurs/animateurs qualifiés
  3. Tarifs SILC "tout compris"
  4. Possibilité de voyager au départ de la province
  5. Méthode pédagogique
  6. Qualité des informations et conseils donnés par le service commercial
  7. Affiliation à un organisme de contrôle (OFFICE, Norme NF AFNOR,...)
  8. Notoriété de SILC

Envie de tester les séjours SILC par vous-mêmes ? 

> Faites votre sélection et réservez en ligne sur http://www.silc.fr/.

> Ou demandez une brochure gratuite ici.

©Photo Thinsktock/Getty Images

*Enquête réalisée auprès des participants aux séjours de printemps 2014

jeudi 5 juin 2014

Check-list : prêt à partir en séjour cet été ?

Check list valise séjour à l'étranger


Documents de voyage, préparation des valises, cadeau pour la famille d’accueil, préparatifs du séjour,... voici une multitude d’infos pratiques à consulter pour bien préparer votre départ, et faciliter votre intégration dans votre nouvel environnement de vacances.


Plusieurs semaines avant le départ, assurez-vous que vos papiers d’identité sont en cours de validité (pour les mineurs, la CNI est valable 10 ans, le passeport 5 ans), faites le change de monnaie, et gardez quelques euros pour les toilettes dans les gares et aéroports. Les participants devront porter leur valise eux-mêmes, aussi veillez à ce qu’elle ne soit pas trop volumineuse ou trop lourde, notamment pour déambuler facilement dans les couloirs et escaliers du métro parisien. 

Vous pouvez également lire attentivement les 7 points essentiels à vérifier avant de partir.

Voici le contenu type d’une valise pour un séjour linguistique, à adapter selon les consignes et la destination.

Selon le mode d’hébergement choisi, voici quelques conseils supplémentaires :

  • Vous êtes hébergé en résidence collective ? Étiquetez tous vos bagages et effets personnels avec vos noms-prénoms et N° de téléphone. Au cas où, prévoyez un cadenas si vous souhaitez fermer l’armoire de votre chambre à clé lorsque vous partez. 
  • Vous êtes accueilli dans une famille étrangère ? Remerciez-la pour son hospitalité en lui offrant un petit cadeau. Voici quelques idées de cadeaux pour une famille d'accueil, qui font plaisir à coup sûr. Et pour briser la glace à votre arrivée, voici 7 conseils qui vous permettront de faire connaissance et de vous intégrer dans votre famille d’accueil.

Voici également quelques mythes et vérités sur nos amis anglais, pour mieux appréhender nos différences culturelles.

Et enfin, pour enrichir votre vocabulaire anglais, voici quelques mots d’argot, proverbes et faux-amis qui pourront vous être utiles :

- Slang anglais : vocabulaire familier

- Slang américain

- Proverbes anglais

- Faux-amis et perles de langage à éviter

Bons préparatifs !

mercredi 5 mars 2014

Pourquoi partir en Irlande : les idées reçues

[Mars 2015 : mois de l'Irlande chez SILC]

SILC organise un cocktail irlandais à l'occasion de la St Patrick : venez partager un moment convivial à l'agence Les voyages de Thybus le 17 mars 2015.
Des conseillers SILC, et des représentants de l'Office du tourisme irlandais pourront répondre à vos questions sur l'île d'émeraude.
>> Inscriptions ici : http://www.silc.fr/page/saint-Patrick

Clichés sur l'Irlande

Lorsque l’on pense séjour linguistique, on pense d’abord à l’Angleterre. Pourtant l’Irlande a bien des atouts : à commencer par le voyage en avion, rapide et sûr, le tarif des séjours, aux mêmes prix qu’en Grande-Bretagne, et l’accueil chaleureux des irlandais ravis de partager leur culture. Découvrez ici les idées reçues et les raisons de choisir l’île d’Emeraude. 

Quelques clichés habituels sur l’Irlande

Le peuple irlandais est chaleureux. VRAI - ce n’est pas une légende, les irlandais vous accueillent avec le sourire et à bras ouvert, s’intéressent à leurs visiteurs, partagent volontiers leur culture, vous aident spontanément à trouver votre chemin ou vous offrent volontiers une bière au pub après quelques échanges. Le sens de l’accueil est dans leur gènes !

Il pleut tous les jours en Irlande. VRAI et FAUX - si l’ouest du pays accuse en effet 250 jours de pluie par an, il faut tout de même distinguer pluie... et pluie. En Irlande elle se manifeste souvent par une pluie très fine, entrecoupée d’un ciel dégagé. Les irlandais appellent la “vraie” pluie “liquid sunchine”. Question de vocabulaire et d’interprétation donc… Ce qui est certain, c’est que les temps sont très changeants, et que “s’il ne pleut pas le matin, c’est qu’il va pleuvoir”, aussi mieux vaut toujours avoir un imperméable à portée de main (parapluie inutile, la faute au vent).

L’accent irlandais est difficile à comprendre. FAUX - dans les campagnes, et en discutant avec des personnes âgées, vous aurez peut-être en effet des soucis pour tenir une discussion (un peu comme un irlandais qui entendrait parler patois ou avec l’accent marseillais). En revanche dans les grandes villes, et d’autant plus si vous faites savoir que votre “english is not fluent”, vous pourrez échanger avec vos interlocuteurs irlandais dans un anglais irréprochable. Et puis après quelques cours d’anglais dans une école, votre oreille s’habitue aux intonations de la langue.

Les irlandais sont tous roux. FAUX - l’Irlande est en effet, après l’Ecosse, la 2ème nation Européenne qui compte le plus d’habitants aux cheveux roux. Cela concerne 10% des irlandais. Donc de là à dire qu’ils sont tous roux…

Une couleur domine : le vert. VRAI et FAUX - si le vert omniprésent lui vaut son surnom à “l’île d’Emeraude”, c’est essentiellement pour une question de météo vous l’aurez compris. Le vert est également la couleur des équipes nationales de foot et de rugby, et la couleur portée le jour de la St Patrick (le 17 mars cette année). Mais l’Irlande bénéficie d’une lumière toute particulière tout en nuance de gris et bleu, les façades des habitations sont de couleurs vives, et l’île offre toute la palette de couleurs possible entre ses régions de tourbe et ses falaises. En plus, la taille de l’île fait que vous n’êtes jamais à plus de 110km du bord de la mer et de ses eaux limpides. 

Les irlandais sont des catholiques très traditionnels. FAUX - L’église catholique a conservé une certaine influence dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la morale sexuelle, mais depuis 40 ans, elle a perdu la place spéciale qui lui avait été accordée dans la constitution. Les irlandais restent assez pratiquants, mais ouverts sur les autres religions.

Le pub irlandais est une véritable institution. VRAI - Avec 800 pubs recensés rien qu’à Dublin, les irlandais ont l’embarras du choix  pour se retrouver. Pour un rendez-vous d’affaires, entre amis ou en famille, c’est un lieu privilégié où l’on rit, chante, danse dans une ambiance conviviale, ou un joyeux vacarme ! La Guiness coule à flot, et place le pays 2ème consommateur mondial de bière avec 131 litres/an/habitant en moyenne (après la Rép. Tchèque). Pas étonnant donc que l’on dise que “les irlandais absorbent aussi bien la bière que la terre irlandaise absorbe la pluie"...

Pourquoi choisir l’Irlande ?

Des paysages à couper le souffle à chaque virage, l’ambiance conviviale et l’accueil des irlandais sont déjà de bonnes raisons de partir en séjour linguistique en Irlande.

L’Irlande tente d’attirer les visiteurs étrangers en proposant notamment des prestations avec des tarifs attractifs ; c’est pourquoi les séjours linguistiques en Irlande sont globalement moins chers que les séjours en Angleterre. 

Autre avantage : l’Irlande appartient à la zone Euro, SILC n’applique donc pas de taux de change comme avec son voisin anglais. Plus facile aussi de se faire plaisir lors des séances shopping - souvenirs.

Tenté par l’aventure irlandaise ?

-> découvrez les séjours linguistiques en Irlande

-> ou les cours d’anglais en Irlande pour les + 18 ans

Infos & Conseils au 0806 600 021

mercredi 5 février 2014

Les séjours linguistiques sont-ils efficaces ?

Efficacité des séjours linguistiques

Comme chaque année fin décembre, SILC a sondé les participants d’été 2013, pour savoir si leur séjour linguistique a eu un impact sur leurs résultats scolaires. Près de 40% déclarent avoir eu de meilleures notes en langue, et 82% ont progressé à l’oral. Découvrez leurs avis dans la suite de l’article.

Résultats de l’enquête SILC

  • 39%* des participants déclarent avoir obtenu de meilleures notes en classe de langue après leur séjour linguistique.
  • 82%* indiquent qu’ils ont amélioré leur compréhension et expression orales, et qu’ils ont plus confiance en eux.

Au final, 94% des répondants conseilleraient l’organisme SILC à leur entourage pour un séjour linguistique.

L’avis de parents

Voici quelques avis sur les séjours SILC déposés par les parents :

  • “Mon fils est passé du collège au lycée et son niveau a été maintenu (seconde européenne). C'est surtout les progrès à l'oral qui m'ont le plus marqués”, papa de Quentin - Séjour Anglais + multiactivités en GB
  • “Ma fille s'ennuie en classe et trouve les cours d'anglais à l'école très ennuyeux et du coup ne participe pas car elle a l'impression de régresser par rapport à son stage linguistique de cet été !”, maman de Camille - Séjour Discover London international
  • “Mon enfant est partie en Angleterre avec un bon niveau d'anglais, elle aime l'anglais et elle est partie très motivée.  Elle a travaillé, est revenue enchantée du séjour, c'était son premier séjour en Angleterre.  En tant que parent, j'ai regardé ses activités et j'ai apprécié la pédagogie, les thèmes abordés, la sympathie de la famille. Elle est actuellement en classe européenne et ses résultats sont très bons.”, maman de Mar - séjour Club 4 en GB
  • “Des progrès à l'oral, mais aussi à l'écrit. Léa à également appris à mieux se repérer toute seule dans une ville méconnue,  notamment grâce à ses déplacements entre le domicile de la famille et le groupe SILC. Meilleure confiance en elle”, maman de Léa - séjour Cours Internationaux à Malte
  • “Mon fils avait un niveau d'anglais très faible, il avait besoin de revoir toutes les bases grammaticales et le vocabulaire. Il s'est beaucoup amélioré à l'écrit et en compréhension orale mais, ne se sent pas encore très à l'aise pour parler.” Maman de Vivien - Séjour One to One en GB

Sur quoi repose la réussite d’un séjour linguistique ?

Pour qu’un séjour linguistique soit efficace, plusieurs facteurs doivent être réunis :

  1. Tout d’abord que le participant ait envie de partir, et participe au choix de son séjour
  2. Que la structure qui organise le séjour apporte des garanties : qualité (norme NF par ex.), sécurité, pédagogie, suivi 24h/24,...
  3. Puis qu’une fois sur place, le jeune fasse preuve d’envie : envie de participer en cours de langue, d’engager la discussion avec la famille d’accueil pour communiquer en langue étrangère (quelques pistes ici), et saisisse toutes les opportunités qu’il aura de pratiquer la langue (lire et se repérer sur un plan, échanger avec le chauffeur du bus, aller à la poste, demander conseil à un commerçant,...).
  4. Et enfin, pour que l’immersion dans la langue étrangère soit la plus efficace possible, limiter les échanges avec l’entourage au strict minimum (papa, maman, n’appelez pas tous les 2 jours ;) )

*Selon les résultats de l’enquête 2013 (basée sur les séjours d’été 2013)

mercredi 22 janvier 2014

Les langues, nécessaires pour travailler dans l'industrie de la mode

Source : extraits d'un article de Katie Forster pour le Guardian


Pourquoi les langues sont importantes pour sa carrière dans la mode ?

Aldo Ligori, responsable international chez Fast retailing, la compagnie japonaise qui commercialise les marques Uniqlo ou Comptoir des Cotonniers, avoue sans détour que sa maîtrise de 5 langues, dont le japonais, a été un formidable accélérateur pour sa carrière professionnelle : "mes compétences linguistiques m'ont apporté de la flexibilité et l'adaptabilité de travailler dans de nombreux endroits. Elles ont élargi ma connaissance des entreprises, des produits et des médias en étant capable de parler la langue de mes interlocuteurs, et non en attendant que tout le monde s'adresse à moi dans ma langue maternelle."

C'est un fait : "bien que l'anglais soit la langue la plus utilisée dans l'industrie de la mode, les compétences en langues étrangères sont de plus en plus importantes pour ceux qui aspirent à gravir les échelons de ce commerce très mondialisé". L'anglais permet d'y entrer, les autres langues de booster sa carrière vers le haut.

Maîtriser plusieurs langues est donc un avantage réel pour pouvoir saisir toutes les opportunités professionnelles, dans le sens où cela permet d'éviter les occasions manquées faute de pouvoir communiquer.

Au départ : un avantage réel sur le CV

Les marques internationales attendent donc des compétences en langue de la part de leurs candidats : il ne s'agit pas d'être bilingue, car l'entreprise peut proposer des formations linguistiques, mais de montrer que l'on a envie d'apprendre, de maîtriser le vocabulaire du monde de la mode pour être capable de communiquer avec les marchés étrangers.
Il est plus facile de lire un communiqué de presse d'une marque italienne lorsque l'on connait la langue, d'assister ou présenter une conférence en anglais lorsque l'on maîtrise l'anglais professionnel, mais aussi pour, lors de voyages à l'étranger, pouvoir communiquer avec photographes, journalistes, acheteurs ou fournisseurs russes ou chinois dans leur langue maternelle.

L'Université de Nottingham Trent affirme que les langues sont "définitivement utiles pour tous les étudiants en mode, mais parmi ceux du Royaume-Uni, seulement environ un sur 10 choisissent d'étudier une langue en plus de leurs cours. Cela signifie que, en faisant un effort pour acquérir une langue différente, les étudiants qui espèrent travailler dans l'industrie de la mode vont se démarquer de la foule."

Par ailleurs, l'apprentissage d'une nouvelle langue via un séjour à l'étranger favorise l'ouverture d'esprit, et l'immersion culturelle influence la créativité et les connaissances de l'apprenant dans le domaine de la mode. 

Quelles langues apprendre ?

"Plus on connait de langues, mieux c'est. La plupart des échanges sont réalisés en France et en Italie. Mais l'argent réel est en Chine ou au Japon - d'ailleurs beaucoup de gens qui travaillent dans les salles d'exposition de Milan parlent russe et chinois pour attirer les grands dépensiers de l'Est."

L'anglais est évidemment un incontournable à maîtriser, mais "dans de nombreuses situations, il n'est pas suffisant pour pouvoir communiquer : beaucoup de designers ne parlent que chinois ; or en Chine, vous êtes extrêmement limité si vous ne parlez pas la langue." Même chose avec la Russie : parler russe est un avantage énorme pour pouvoir commercer avec les locaux.

Comment se former en langues ?

Lorsque le projet professionnel est défini dès le plus jeune âge, l'orientation scolaire et le choix des langues vivantes est évidemment primordial. Les séjours linguistiques pour juniors permettent de compléter les acquis par de la pratique orale et une immersion dans la langue et la culture d'un pays étranger.

Lorsque la vocation se fait plus tardive, il est possible de suivre des cours de langue à l'étranger pour les étudiants et adultes, dont certaines sessions sont accessibles pour les débutants. Il est possible de suivre des cours de langue étrangère en :

Il est également possible de trouver un stage pratique à l'étranger, notamment dans le domaine de la mode. C'est le cas de ce stage aux USA : parmi les domaines professionnels proposés, une créatrice de mode américaine ouvre son atelier aux stagiaires étrangers pour partager notamment sa passion de l'éco-couture. Une expérience idéale qui conjugue expérience professionnelle dans le domaine de la mode et progrès en anglais.

Pour plus d'infos, contacter : Infos & Conseils au 0806 600 021.

mardi 21 janvier 2014

Animateur de colo et management : la même orientation ?

Un article pour tous les étudiants qui se posent la question : est-ce une bonne chose de citer les séjours en tant qu’animateur dans un CV ? Qu’est ce que cela va apporter au recruteur ?

Dans un premier temps, souvenez-vous que chaque expérience est bonne à présenter dans un curriculum vitae lorsque l’on est jeune et que l’on n’a pas encore acquis suffisamment d’expérience dans le temps. Cela montre que vous êtes actif et que vous avez déjà eu un premier contact avec le monde professionnel.

De plus, être animateur en centre de loisirs ou en colonie de vacances (à l’étranger ou non) a été pour vous l’occasion de gérer une équipe. Vous avez appris à mettre en place une atmosphère propre à votre cœur de métier, et vous avez transmis les « valeurs de l’entreprise » : esprit d’équipe, contact humain, vie en collectivité, respect de soi-même et des autres…

En plus de cela, en séjour, il vous faut souvent gérer les conflits entre les enfants / ados avec tact et diplomatie, et c’est au moins aussi compliqué à appliquer que de gérer un conflit en entreprise ! 

Alors n’hésitez pas à mettre en avant vos expériences en tant qu’animateur : lors d’un futur premier emploi ou d’un stage en alternance, votre recruteur verra que malgré votre manque d’expérience dans votre secteur d’activité, vous êtes à même de gérer des situations de management, c’est à dire des situations humaines !

[Article invité, rédigé par Claire B., de Direct Alternance]

- page 2 de 5 -