Nina S., originaire de Poitiers, est partie avec SILC en août 2016, à l’âge de 15 ans et après sa classe de 3ème, pour suivre une scolarité de 10 mois aux Etats-Unis, dans la ville de Rochester, Michigan.

Avant de partir, elle avait un niveau d’anglais correct pour une élève de 3ème ; elle a cependant dû passer un test d’anglais (en l’occurrence le TOEFL) pour garantir qu’elle avait le niveau minimum pour suivre les cours, et finaliser son inscription dans l’établissement scolaire qui la recevait.

Voici son témoignage sur cette année scolaire aux USA, recueilli un mois après son retour en France :

Nina (à droite) : témoignage sur son année scolaire aux USA

“Dès le départ j’ai été bien accueillie, à l’école tout le monde savait que j’étais étrangère donc tout le monde a été très patient avec moi.

J’ai atterri à Détroit, et ai tout de suite été accueillie par ma première famille d’accueil* qui avait deux filles de mon âge. Quelques jours après je démarrais l’école, et j’ai tout de suite trouvé des amis et échangé avec d’autres personnes de la High School."

*Nina a changé de famille en milieu de séjour à cause de problèmes familiaux. Elle a donc été placée dans une autre famille de Rochester sur ses derniers mois de scolarité.

Sa journée type en lycée américain

"Tous les matins, je me levais à 5h45 car les cours commencent à 7h30. Comme à Rochester il n’y avait pas de transports en commun, au début la maman nous emmenait, puis ensuite c’est la fille de mon âge qui avait eu son permis entre temps qui m’accompagnait. On arrivait au lycée vers 7h. Avant les cours on avait le temps de discuter près des casiers, ou bien on pouvait aller poser des questions aux professeurs dans leur salle.

Une anecdote originale : si par exemple on ratait un contrôle, on pouvait parfois le repasser le lendemain ! Mais il fallait faire d’autres devoirs en plus ou répondre à des quizz, pour montrer qu’on avait quand même travaillé pour avoir le droit de le repasser."


Nina et ses amies américaines

"Pour les cours, en fait j’ai choisi les cours que je voulais suivre pendant le 1er semestre avant de partir aux Etats-Unis. Moi j’avais choisi l’Histoire de l’Amérique, géométrie (les maths sont divisés en géométrie et algèbre), biologie, anglais, et au 1er semestre mode et santé (corps humain, comment manger, relations amoureuses…). Pour mon second semestre, j’ai suivi “Web development” et cuisine à la place de santé et mode.

Comme en France, les cours durent une heure, mais on n’est jamais avec les mêmes élèves, ça change à chaque cours.

Au niveau de la méthodologie, c’est très différent selon les professeurs. Par ex. en histoire, soit le prof récitait la leçon, soit il nous faisait faire des activités, il changeait à chaque fois sa manière de travailler. Mais dans tous les cours on travaillait en groupes, par tables de 4 en face à face. Très peu de travail individuel, hormis pendant les contrôles : les professeurs préfèrent que l'on dise ce que l’on pense, que l’on partage notre avis.

Je ne sais pas si c’est comme ça dans tous les lycées américains, mais dans le mien, on était très libres : on pouvait manger, boire en cours et même mettre de la musique. Les profs d’histoire et de maths par exemple mettaient toujours la radio.  La prof de français nous proposait aussi de sortir nos écouteurs lorsque l’on faisait nos rédactions. Ça ne nous gênait pas pour nous concentrer. C’était bizarre, mais c’était bien !

Malgré ces libertés, personne ne perturbait le cours, tout le monde respectait les règles.

On suivait des cours jusqu’à 14h30, et on avait 30 minutes pour déjeuner. Moi j’emmenais mon panier repas préparé la veille. La plupart des élèves emmènent à manger parce que la nourriture au lycée n’était pas super (pas de menus équilibrés comme chez nous dans la “cantine”, là-bas c’était burgers, pizzas, frites,...)."

Après les cours : les clubs et activités

"Après les cours on peut aller dans des clubs, j’en ai visité pas mal pour les connaître et je me suis inscrite au club de français parce j’aimais bien aider ceux qui l’apprenaient.

Cheerleaders : les pompom girls américaines

Puis je me suis inscrite à un cours de danse, du hip-hop, dans une école à part, mais au début c’était difficile, car là-bas le niveau est très élevé. Par exemple les “cheerleaders” (pompom girls) débutent dès leur plus jeune âge, et tous les jours elles s'entraînent avant ou après les cours. Elles font des supers chorégraphies, avec des figures, elles sautent,... elles ont vraiment un super niveau !

Mais j’ai réussi à rattraper le niveau, et ça m’a beaucoup plu. On a fait deux représentations publiques."

Le soir je discutais avec la famille, mais pendant la semaine, comme le papa rentrait tard, on mangeait à des heures différentes. Les américains ne mangent pas vraiment ensemble, à part le week-end, au dîner ; même le midi ils ne déjeunent pas forcément ensemble.

Le week-end, on allait au cinéma, à la patinoire, j’allais voir des amis, on a souvent fait des barbecues avec les voisins, les amis,...


Ce que ça lui a apporté

"Depuis mon séjour, je me sens plus ouverte, moins timide, plus responsable et autonome.
J’ai gardé beaucoup de contacts avec la famille, les amis, on a prévu de se revoir ; certains vont venir en France, et moi peut-être que l’année prochaine je retournerais 1 ou 2 semaines là-bas pour revoir tout le monde.

Nina et ses amies américaines

Par rapport à la langue, en fin de séjour, je me sentais très bien, je peux dire que j’étais devenue bilingue. Globalement je comprenais à peu près tout, du moins j’arrivais toujours à comprendre le sens général.

En septembre, je reprends en classe de Seconde, dans une section Euro.

Je n’ai pas d’idée précise sur ce que j’aimerais faire, mais ce qui est sûr, c'est que j’aimerais que cela ait un lien avec l’anglais.

Mes conseils : il faut partir ! Même si au milieu de l’année j’ai ressenti un peu le manque de l’entourage, c’est vite passé. Il ne faut pas avoir peur de parler aux gens, de paraître idiot, il faut vraiment avoir envie d’apprendre, car beaucoup de choses sont différentes et déroutantes. Donc au début il faut travailler beaucoup pour intégrer ces nouveaux codes."

Ce qu'elle a le plus aimé : 

"- L’école ! Là-bas c’est très différent, mais je ne crois pas qu’en France ça pourrait se passer comme ça. Il y a beaucoup de liberté, des cours originaux, on travaille en groupe, en musique,... tout ce qu’un élève veut en fait !

Bal de promo au lycée américain

Il y eu trois “bals” dans l’année, accompagnés par des semaines de jeux. Par exemple la semaine du Homecoming qui se passe début octobre : toute la semaine il y a des activités organisées, une déco, des thèmes pour s’habiller (un jour on est venus en pyjama !), des concours, et pour clore la semaine un bal au lycée, où généralement tout le monde s'habille en tenue de soirée.

On a aussi “l’Assemblée”, organisée par les élèves : on se retrouve tous dans le grand stade, et on doit porter des t-shirts avec notre grade (2nd, 1st...) ; il y a une équipe pour chaque grade, et elles devaient se battre entre elles via des jeux, c’était très amusant.

- Les profs qui étaient assez jeunes, plutôt cools, ils organisaient des choses ; par exemple il y en a un qui s’est rasé la tête en live pour récolter de l’argent pour une association !

- Et puis découvrir la région : je suis allée au Canada car on habitait à côté, aux Chutes du Niagara, à Détroit. Je suis aussi allée à Las Vegas pendant 4 jours car le métier du papa offrait cette opportunité, c’est vraiment un super souvenir. "

Ce qu'elle n'a pas aimé : 

"- Pas beaucoup de transports en commun dans ma ville, donc je dépendais de ma famille pour bouger.

- La nourriture : trop grasse, trop salée et trop sucrée en général !”


Merci @Nina :-) ! We wish you all the best !