L'année scolaire en France de Jutarat

Jutarat (à gauche) et 3 autres jeunes venus passer 10 mois en France pour suivre leur scolarité en lycée

En août 2018, Jutarat R., 18 ans, a quitté son pays, la Thaïlande, pour venir passer une année scolaire en France. Accueillie dans un lycée charentais et chez une famille d’accueil d’Angoulême, elle revient sur ses 10 mois passés en France.

Les découvertes

Avec ma famille d’accueil, j’ai découvert plein de nouvelles choses. Tout est très différent en France : les copains, ma famille d’accueil, mes professeurs, les copains de ma famille d’accueil, etc. Par exemple en Thaïlande, on ne fait jamais de bisous (ni avec les copains), ça m’a pris un peu de temps pour être habituée. Autre chose qui m’a surprise : on étudie beaucoup à l’école, les journées sont longues, souvent jusqu’à 17h, et on fait beaucoup de contrôles (mais moi je ne les ai pas faits). 

Quant aux traditions, en Thaïlande je grignote tout temps, mais en France je crois que l’on mange beaucoup, donc on n’a plus faim pour grignoter.” Elle a apprécié la cuisine française et les bons repas  ; d’ailleurs seulement quelques semaines après son retour, elle regrettait déjà le saucisson et le fromage, surtout le comté “c’est trop bon”. Pour leur faire découvrir une spécialité thaïlandaise, Jutarat a cuisiné pour sa famille un pad-thaï, et avoue en souriant que “c’était un peu épicé pour leur fille Flora de 4 ans”. 

Ce qu’elle n’a en revanche pas aimé en France : “se réveiller tard, et l’hiver” ; précisons que dans la province thaïlandaise où elle habite, la température moyenne est de 28° toute l’année ; malgré la douceur du climat charentais, impossible de rivaliser...

Côté souvenirs, Jutarat a eu la chance de partir en vacances avec sa famille d’accueil à Noël dernier : elle est passée par l’Auvergne, a découvert Lyon, Grenoble et la Suisse, où elle a “vu la neige pour la première fois”.

Les progrès en Français

Concernant son niveau de français, Jutarat apprenait le français depuis seulement 2 ans lorsqu’elle est arrivée en France, aussi des débuts ont été timides. 10 mois plus tard, en juin, Jutarat validait le niveau B1 du diplôme d’étude de langue française, qui correspond à un niveau “Utilisateur Indépendant” ; au fil des mois, elle a gagné en fluidité pour s’exprimer, encouragée par sa famille d’accueil qui l’incitait à faire des phrases correctes pour s’exprimer. Elle a aussi eu le “soutien de ses professeurs de français (dont un qui écrit des romans)”  : ils lui ont donné beaucoup de textes pour qu’elle améliore son niveau de français à l’écrit et à l’oral.

Le retour 

Jutarat est repartie les bras chargés de cadeaux et d’attentions personnalisées : "une photo de la part de ses copines, des magrets de canard et des écouteurs de sa famille d’accueil, mais aussi du saucisson, des livres et des vêtements de la part d’amis de la famille"

Comme les jeunes qui vivent cette aventure, Jutarat a vécu une expérience qui l’a fait grandir car elle l'a obligée à sortir de sa zone de confort. Elle s’est également fait de nouveaux amis et a pu s'imprégner d'une autre culture en vivant le quotidien d’une famille française ; sans oublier ce que tous les jeunes étrangers regrettent au moment du départ : les spécialités françaises (charcuterie, fromage, pâtisseries, etc...) !

Nul doute que de retour en Thaïlande, Jutarat soit une nouvelle ambassadrice de la France dans son pays.

Merci à Jutarat pour sa gentillesse et à la famille qui l'a accueillie ! 


@Jutarat : toute la team SILC te souhaite de réussir brillamment tes études pour devenir “femme d’affaires ou interprète” !

Si vous aussi êtes intéressé(e) pour accueillir vous aussi un jeune étranger pendant ses 3, 6 ou 10 mois en France, découvrez ici leurs portraits et postulez en ligne ou au 05.45.97.41.04.

Photo ©Charente Libre oct. 2018