Il existe principalement deux modes d’hébergement : les séjours avec hébergement chez l’habitant et les séjours avec hébergement collectif.


L’hébergement chez l’habitant :

Les participants sont hébergés en pension complète par une famille d’accueil. Ces familles sont impérativement sélectionnées par une personne vivant sur la zone de séjour. Ce correspondant local a pour mission de vérifier que les conditions matérielles requises pour l’accueil d’un ou plusieurs enfants sont réunies. Un entretien de motivation lui permet de s’assurer que le foyer a envie de partager son quotidien avec l’enfant hébergé.


Cette formule présente de nombreux avantages :

- Immersion réelle dans le quotidien d’une famille du pays, et donc une meilleure approche de la civilisation du pays visité.

- Confrontation à la langue en situation réelle (membres du foyer, TV, radio, journaux…etc.).

- Obligation de se déplacer en utilisant les transports en commun favorisant la découverte de l’autonomie.


Elle présente également quelques contraintes :

Le rythme de vie, l’organisation de la maison, l’emploi du temps de la journée et la nature des repas, le niveau social de la famille hôtesse… seront forcément différents de ceux du milieu d’origine de l’enfant. C’est ce que nous appelons la CULTURE, au sens le plus large du terme. Ce point est déterminant et doit être à l’esprit de tous les parents et de tous les jeunes choisissant ce type d'hébergement. Le principal souci est bien souvent lié à l’inadéquation des attentes des parents et du jeune voyageur avec la réalité culturelle du pays. En conséquence, l’enfant qui part doit garder à l’esprit, que voyager c’est être prêt à découvrir quelque chose de nouveau et s’adapter à un nouvel environnement :

«Je choisis d’aller vivre dans une famille à l’étranger, c’est donc à moi de m’adapter à une nouvelle façon de vivre. Je pars pour découvrir quelque chose de nouveau.»


Les familles d’accueil sont parfois décriées. Certes quelques familles hôtesses peuvent ne pas être exemptes de tout reproche, mais on ne peut en aucun cas leur reprocher d’être… «anglaises», «espagnoles», «allemandes»... Cette formule nécessite donc une certaine faculté d'adaptation. Si l’on ne souhaite pas vivre «à l’anglaise», «à l’espagnole»… il est préférable d’opter pour une formule en hébergement collectif.


L'hébergement collectif :

Que ce soit dans un établissement scolaire avec internat, une résidence étudiante ou une résidence hôtelière, le principe reste identique. Les jeunes sont hébergés dans des chambrées plus ou moins grandes (généralement de 3 à 6 lits). Les cours ont lieu au sein même de l’établissement. Bien souvent, les jeunes apprentis linguistiques sont originaires de différents pays.


Les avantages de la formule :

- Nécessite des facultés d’adaptation moins importantes, sans toutefois oublier que les règles de la vie en communauté doivent être respectées.

- Très peu de déplacements sont nécessaires car les cours et la majeure partie des activités ont lieu sur place.

- Les participants proviennent de différents pays, il y règne donc une ambiance internationale enrichissante.


Les contraintes :

- L’enfant va être en contact avec d’autres français 24 heures sur 24.

- Peu de réels contacts avec le pays visité et sa population.


En terme de progrès en langue la formule en famille est apparemment bien plus bénéfique, encore faut-il que l’enfant soit prêt à jouer le jeu de l’intégration, aidé en cela par son accompagnateur français et l’équipe du pays d’accueil.

Notre expérience nous a persuadé que les deux formules ont leur raison d’être car elles répondent à des motivations et des besoins différents. Une preuve de ce constat : le taux de satisfaction que l’on constate au retour des séjours est similaire quel que soit le mode d’hébergement et dépasse les 90% de satisfaction.


La question du choix de l’hébergement résolue, nous pouvons aborder la suivante :

Quelle formule pour un séjour linguistique ?


Réponse au prochain article...