SILC - Passeport pour le monde

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - témoignage

Fil des billets

lundi 22 juillet 2019

“Après un an d’anglais, son niveau est excellent !” Laurence B. raconte l’année scolaire de son fils Baptiste en Irlande

Scolarité longue durée en lycée irlandais

Baptiste B., 18 ans, vient de passer une année scolaire en Irlande : il a été accueilli dans un lycée de la banlieue de Dublin, et chez une famille d’accueil irlandaise. Sa maman revient sur son expérience : comment a mûri ce projet, comment Baptiste l’a vécu, et quel bilan en fait-elle ?

- Quelles étaient vos motivations pour envisager ce type de séjour long à l’étranger ?

“Lorsque nous avons pris la décision, Baptiste était en Terminale ; nous étions en janvier, cela ne fonctionnait pas très bien pour lui, il manquait un peu de maturité, donc on se préparait à ce qu’il n’ait pas son bac. J’étais moi-même partie à l’étranger après le bac et j’avais trouvé ça enrichissant, donc nous nous sommes dit que ça pourrait être une solution pour qu’il voit autre chose et qu’il mûrisse un peu.

Nous l’avons donc proposé à Baptiste, et il a tout de suite accepté - il faut dire que chaque année il partait en Angleterre ou en Allemagne, donc il n’a pas hésité. Notre choix s’est rapidement orienté sur l’Irlande car il avait la possibilité de rentrer pendant les vacances de Noël et à Pâques, ce qui n’est pas possible avec toutes les destinations. Nous avons donc préparé son dossier en sachant qu’il ferait sa rentrée scolaire à l’étranger en septembre 2018. Fin juin il a passé son bac, il est allé au rattrapage et ne l’a pas eu ; donc nous avions bien fait d’anticiper ce séjour à l’étranger.”


- Baptiste a-t-il rencontré des difficultés au départ ?

Paysage irlandais“Nous sommes partis avec Baptiste en famille pour passer nos vacances en Irlande : nous voulions voir le lieu, faire connaissance avec sa famille d’accueil, et c’était un bon choix pour tout le monde : sa famille irlandaise nous a accueilli à bras ouverts et nous a même fait visiter sa maison. Je pense que ça a tranquillisé Baptiste qu’on l’accompagne au départ. La famille vit dans une maison accolée avec deux autres maisons, sans barrières, et chacun des voisins accueillait un étranger ; Baptiste a ainsi fait connaissance avec un allemand avec qui il a bien sympathisé, et un espagnol dans ses âges, ce qui a facilité son intégration.

Il a dû changer de famille en janvier car suite à des changements professionnels, sa 1ère famille ne pouvait plus continuer à l’héberger. Il a donc été placé dans une autre famille pour le reste de son séjour. Nous lui avons fait la surprise de le rejoindre en mars dernier à l’occasion de ses 18 ans et avons donc rencontré sa nouvelle famille, qui nous a très bien accueillis aussi.

Le principal regret de Baptiste, c’est que les familles étaient assez casanières, elles ne sortaient pas beaucoup, ne faisaient pas beaucoup d’activité en famille, donc il a eu des périodes où il s’est un peu ennuyé. En revanche il sortait un peu avec les copains qu’ils s’était faits.

Pour ce qui est des cours au lycée irlandais, Baptiste avait un assez bon niveau en anglais avant de partir, même si c’était sa seconde langue vivante. Il y a juste un ou deux professeurs qu’il avait du mal à comprendre au départ, mais il comprenait très bien dans l’ensemble et a pu suivre les cours normalement.”


- Quelles sont les choses qui l’ont surpris / auxquelles il a dû s’adapter ?

“Le plus difficile pour lui, pendant toute la durée du séjour, ça a été la nourriture : beaucoup de “junk food” (pizzas, frites, nuggets,...), pas tout à fait son régime alimentaire habituel...

Autre nouveauté auquel il n’était pas habitué : le port de l’uniforme. La tenue pour aller au lycée est assez stricte, par exemple pas d’écharpe en hiver, pas de baskets, et la tenue de sport est réglementaire aussi. Au début ça ne l’emballait pas trop, et finalement il s’y est fait.”


- Et à l’école ?

Scolarité en Irlande : lycée irlandais“Au lycée, il a été placé en Fifth Year (équivalent de la 1ère), et il a découvert une façon d’enseigner différente ; par ex. il a suivi une matière “apprendre à apprendre” qu’il a bien appréciée.

Au niveau des horaires, il commençait plus tard et finissait plus tôt qu’en France ; il avait un peu moins de travail à faire le soir, et pendant les vacances très peu également, ça l’a surpris et il a bien aimé. En Irlande, ils fonctionnent en semestres au lieu des trimestres, avec un examen à la fin de chaque semestre (avant les vacances de Noël et en mai) au cours duquel ils ont une semaine d’épreuve sur toutes leurs matières à l’écrit. ”


- Quel bilan faites-vous de cette année scolaire en Irlande ? 

“Son niveau d’anglais a bien évolué, on se renseigne pour qu’il formalise son niveau via un certificat, mais après un an de cours, son niveau est excellent !

Nous sommes très satisfaits car nous avions besoin d’une coupure, et lui, et nous. Ca lui a fait du bien d’apprendre à se débrouiller, de rester sur une longue période sans nous, il a gagné en autonomie c’est sûr, d’ailleurs c’est lui qui appelait à ma place pour prendre des renseignements.

Il s’est affirmé davantage, notamment avec ses deux frères (Baptiste est celui du milieu), il a pris un peu plus confiance en lui, ça ne peut être que bénéfique. De toute façon, sur le moyen ou long terme, c’est une expérience qui marque, donc on verra par la suite !”


- Pourquoi avoir choisi SILC ? 

“Le frère aîné de Baptiste et Baptiste étaient partis avec SILC, et on a toujours été surpris par la rapidité des réponses ; les problèmes étaient résolus rapidement, et en tant que parent c’est important de savoir qu’il y a quelqu’un sur qui on peut compter. J’aurais pu trouver quelqu’un par moi-même, mais en cas de souci, comment on aurait géré à distance ? Donc je voulais qu’il parte via un organisme. 

Nous avions une seule interlocutrice qui nous a toujours apporté des réponses : quand il fallait chercher, on nous rappelait systématiquement ; ce suivi, pour nous c’était très important.

Avant le départ, l’entretien que Baptiste a passé avec l’enseignante pour vérifier sa motivation et son niveau d’anglais a été intéressant : ce n’était pas seulement un test, mais aussi un point d’étape pour l’aider à comprendre le projet. Elle a donné des conseils à Baptiste, lui a parlé des coups de blues, lui a suggéré d’aller vers les autres, etc. j’ai trouvé que c’était pertinent de lui donner ces conseils, et de mettre en condition et le jeune et les parents.

Également, en mars, la correspondante locale de SILC a organisé l’anniversaire de Baptiste avec ses amis : il sont allés au restaurant à Dublin pour fêter l’événement. Ce n’est peut-être qu’un détail, mais pour lui ça a été une grosse sortie, d’autant plus que c’était pour ses 18 ans.

Bref, si c’était à refaire, on le referait, et nous souhaiterions que notre dernier fils accepte également de partir un an à l’étranger”.



©Avondalecc.net

jeudi 14 février 2019

L’année scolaire en Finlande de Clérie

Lycée en Finlande

Partie en Finlande le 15 août 2018, Clérie S., une jeune parisienne de 15 ans, a choisi de passer une année scolaire complète en Finlande. Son papa, Carlo, nous parle de son expérience.

Comment s’est fait le choix de la Finlande, et comment Clérie s’est-elle préparée à ce séjour de longue durée ?

Etudier en Finlande : l'expérience de Clérie“Le choix du programme scolarité en Finlande a été un choix à la fois de Clérie et de Laura ma femme. Il faut dire que la grande sœur de Clérie a vécu 2 ans à Helsinki dans le passé ; peut-être que cela a rappelé de beaux souvenirs, en tout cas il n’y a eu aucune hésitation. 

Clérie a pris des cours de finnois avec un professeur et à distance sur skype, dès la fin de l’école et pendant tout l’été, jusqu’à une semaine avant son départ en Finlande. Elle avait par ailleurs déjà un excellent niveau d’anglais car elle a passé 4 ans en école Américaine.

Clérie n’a eu aucune difficulté à s’intégrer dès son arrivée : si elle a pu être un peu inquiète quelques jours avant le départ, le stage d’acclimatation réservé aux élèves étrangers à l’arrivée lui a vite fait oublier.”

Activités et cours au lycée en Finlande

Clérie est restée avec sa famille finlandaise pendant les fêtes de Noël, comment a-t-elle vécu les fêtes loin de vous ? 

Groupe de lycéens en Finlande“Clérie a la chance d’être accueillie dans une famille avec 5 enfants (quatre filles et un garçon) de différents âges. Elle vit dans une grande maison à la campagne, elle a sa propre chambre et peut profiter pleinement de la nature, des animaux. Les fêtes de Noël ont été l’occasion pour elle de partir avec sa famille d’accueil en vacances en Laponie, dans le village du père Noël, et de mieux connaître toute la famille ; en fait elle n’a même pas pensé à revenir pour les fêtes…!”

Au niveau de la culture finlandaise, de la vie sur place, de l’école, quel est le ressenti de Clérie ? 

Le lycée en Finlande où est scolarisée Clérie“L’école est vraiment différente et il lui a fallu s’habituer, mais Clérie est très contente et très positive à ce sujet. De notre côté, il est surprenant de constater combien de temps les élèves passent à l’extérieur, et cela malgré les températures… un peu froides ! Beaucoup de neige cet hiver et des journées sont très courtes… mais elle s’est habituée très vite.”

Pourquoi votre choix s’était-il porté sur le programme SILC ? 

“SILC proposait plein de séjours longue durée, et dans des pays très originaux… pas que dans les destinations classiques. Les tarifs sont plus que raisonnables. Nous sommes satisfaits de ce choix.”

Merci beaucoup Carlo !

NB : le papa de Clérie nous a informé que “si des parents veulent lui écrire pour poser des questions, il sera ravi de leur répondre”. Contactez-nous au 05.45.97.41.60 si vous souhaitez être mis en relation.

>>> Vous trouverez dans cet article plus d’infos sur le modèle éducatif finlandais.

>>> Et toutes les infos sur le programme scolarité SILC en Finlande ici

©Raahen lukio

lundi 2 juillet 2018

"Mon regret : ne pas être partie une année complète" - Le témoignage de Violette

Témoignage étude en Irlande - SILC

Violette F. était scolarisée en classe de 2nde à Maison Laffitte cette année, et a souhaité partir suivre des études à l'étranger sur le dernier trimestre scolaire de 2018, à travers un séjour scolarité en Irlande

A 16 ans, elle se décrit comme dynamique, franche, sociable et curieuse. Elle pratique l'équitation, fait du théâtre, aime lire, écouter de la musique et aller au cinéma.

A travers son témoignage, elle revient sur ses quelques semaines d'immersion totale dans sa famille et son lycée irlandais d'accueil.


SILC : Bonjour Violette, peux-tu nous dire comment est venue l'idée de partir étudier en Irlande ?

Violette : "c’est mon père qui m’a proposé de passer mon 3ème trimestre en Irlande après que nous en ayons discuté, et j’ai tout de suite accepté. L’objectif était, bien sûr, d’améliorer mon anglais. Mais également de me permettre de découvrir une nouvelle culture, un nouveau pays. 

J’avais déjà fait des voyages linguistiques à Bournemouth en Angleterre, deux années de suite pendant 2 semaines. 

Je ne me suis pas préparée pour ce voyage, en particulier parce que je n’ai pas eu le temps. J’en ai discuté avec mon père et le dimanche suivant j’étais dans l’avion ! Soit une semaine et demi pour me préparer à me séparer de mes repères et de tout ce que je connais pour un trimestre." 


SILC : comment as-tu organisé ton départ avec ton lycée en France ?

Violette : "Je suis allée voir ma principale, lui ai exposé mon projet, elle a accepté parce que mes notes me permettaient d’aller dans la filière de mon choix. Elle a ensuite contacté ma mère pour les formalités. Je reprends une scolarité normale en 1ère l’an prochain. Je pense que la classe de 2nde est l’année parfaite pour partir puisqu’il n’y a pas d’examens, et qu’on est assez mature pour se débrouiller dans un nouveau pays loin de sa famille (même si j’ai rencontré des gens plus jeunes qui s’en sortaient sans aucun problème)." 


SILC : comment s'est passée ton arrivée dans ta famille d'accueil à Kilkenny ?

Témoignage étude en Irlande - SILCViolette : "mon arrivée à Kilkenny s’est très bien passée. La famille a été très gentille, accueillante, chaleureuse je me suis beaucoup plu chez eux. Comme ils le disaient tout le temps, tout est une blague pour les irlandais, c’est donc une ambiance très légère et agréable qui régnait chez eux. J’ai passé de très bons moments avec eux." 


SILC : et ton intégration à l'école ?

Violette : "J'ai été admise en transition year ou TY, l’équivalent de la seconde. Dans le système éducatif irlandais, c’est une année un peu particulière où on nous apprend surtout à devenir des citoyens, où l’on fait beaucoup de sorties et d’activités éducatives. Les cours sont très différents d’en France, par exemple on a suivi des cours de menuiserie « Wood work » ou « metal work » pour certains, ainsi que « life skills » : en réalité ce sont des cours de cuisine. On a très souvent assisté à des interventions, par exemple un intervenant est venu nous parler des sans-abris, des aides qui étaient mises en place pour eux etc.
C'est ma famille qui me conduisait à l'école le matin car j’habitais dans le countryside, mais la plupart de mes amis qui habitaient en ville s’y rendait à pied.
Je me suis sentie très aidée par la famille et l’organisation. Les gens à l’école étaient tous très gentils. Dans ma classe il y avait beaucoup d’autres "exchange students" : allemand, suisse, italiens, espagnol (et catalan, attention à ne pas confondre les deux ), anglais, croates, polonais, etc. Le plus génial était d’échanger avec eux sur nos cultures, d’apprendre à se présenter et poser quelques questions dans différentes langues. Évidemment entre nous on parlait uniquement en anglais."

Témoignage étude en Irlande - SILC

SILC : Un mois après ton retour, que retiens-tu de cette aventure ?

Violette : "Non seulement mon anglais s’est énormément amélioré mais en plus j’ai rencontré des gens formidables, j’ai découvert de nouvelles cultures, j’ai appris à m’intégrer, j’ai mûri. En bref je me suis fait des souvenirs inoubliables et magiques.
Et je dirais que mon seul regret est de ne pas être partie pendant une année complète.
Je conseille à toutes les personnes qui hésitent encore de foncer, une fois qu’ils seront là bas ils comprendront que s’ils ont le moindre problème ils peuvent en parler à la famille, aux professeurs, à SILC, il n’y a aucune raison de s’inquiéter."

Merci pour ce témoignage Violette, toute la team SILC t'adresse ses "good vibes" pour la suite :) !

 

Retrouvez également le témoignage de Cléophée, également partie à Kilkenny mais scolarisée dans un autre établissement.

©kcvs.ie

lundi 18 juin 2018

Cléophée F. : "mon trimestre scolaire en Irlande"

College de Kilkenny en Irlande

Kilkenny en Irlande


Cléophée F. a 14 ans, elle habite un petit village près de Beauvais dans l'Oise, elle est scolarisée en classe de 3ème, et elle a décidé il y a plusieurs mois de partir suivre une scolarité d'un trimestre en Irlande, du 7 janvier au 23 mars 2018.
Elle a donc passé 3 mois chez une famille irlandaise et a été scolarisée dans un college de Kilkenny, une ville de 25 000 habitants située à 150km au sud-ouest de Dublin.
Quelques semaines après son retour, elle partage son avis et son sentiment sur cette expérience d'étude à l'étranger.


Sa réflexion avant le séjour


"Je suis de nature plutôt sociale, j'aime discuter, rencontrer différentes personnes, et voyager. Sportive aussi, pratiquant le tennis et le badminton. Puis, la musique, que ce soit pour écouter ou jouer du piano.

Je suis partie en séjour scolarité tout simplement pour progresser en anglais. En effet, je voulais intégrer un lycée international, mais le niveau d'anglais requis était trop élevé, alors la solution qui s'offrait à moi était de partir à l'étranger sur une longue période. Je ne me sentais pas de partir un an, ni six mois, alors j'ai accepté de partir trois mois. C'est mon père qui en a eu l'idée, et je l'ai suivi. Il ne restait plus qu'à trouver un organisme. En cherchant bien par contacts ou sur internet, on a découvert SILC.
SILC avait un bon programme, et même si cela reste toujours dans un budget élevé, SILC était dans les meilleurs prix."

Vue sur Kilkenny, Irlande


Ses premiers jours


"Certains s'attendent à être intégrés dès le premier jour ou la première semaine, mais c'est malheureusement faux. Cela prend du temps, et ce temps est dur, cela se fait par étape. Au début, tu as ton uniforme, puis ta classe, ensuite un casier, un emploi du temps, des connaissances, des amies, tu participes en cours, etc. Les filles sont vraiment super sympas, dès le premier jour, elles sont venues me voir pour savoir qui j'étais.

Au début, tu ne fais même pas attention à la classe dans laquelle tu es parce que tu ne comprends rien au système scolaire irlandais. En plus, les cours étaient complètement différents d'en France. J'avais des cours de religion, de cuisine/alimentation, d'informatique, de littérature anglaise, de français (ma foi fort sympathique), beaucoup de cours d'orientation (gérer une entreprise, monter son business, choisir les bons choix d'orientation, etc.). Sinon, je me rendais à l'école à pied, mais s'il pleuvait ou neigeait, mon père d'accueil me venait me chercher."


Son bilan de cette aventure


"Plein de choses m'ont plu dans cette fameuse « vie irlandaise », mais particulièrement le système scolaire. C'est tellement enrichissant de découvrir cela. Cela me donne presque l'envie de devenir ministre de l'éducation nationale française et de faire une énorme réforme. Il y a vraiment un respect entre chaque personne. Aussi, ce qui m'a beaucoup plu, même si notre famille nous manque, c'est la liberté. Ta famille d'accueil ce n'est pas tes parents, ce sont tes amis, et il te laisse faire ce que tu veux, quand tu veux.(1) 

Si je pouvais résumer en trois mots cette expérience ce serait ceux-là : enrichissante, dure, et inoubliable.


Ses conseils pour ceux qui hésitent :


"Ma réponse va paraître banale mais si c'est possible de la faire, faites-le. C'est une chance que de pouvoir vivre cette expérience, le tout est d'en profiter, et d'en revenir des plus satisfaits. Sans jamais oublier la difficulté que cela puisse être. Si vous ne le sentez pas maintenant, alors peut-être dans un, deux, cinq, dix ans. Mais si vous savez au plus profond de vous que vous en êtes capables, forcez-vous. Oui ça fait peur, oui c'est dur, oui il faut du courage, mais pensez à comment vous seriez fier et comment vous en reviendrez grandi de cette expérience inouïe ! Un dernier conseil : "Mieux vaut se perdre que de ne jamais partir"."


Au nom de toute la team SILC : Merci beaucoup pour ce témoignage Cléophée ! 


(1) Précision de SILC : même si Cléophée a ressenti une grande liberté dans sa relation avec sa famille d'accueil, tous les séjours scolarité sont extrêmement encadrés. Que ce soit par SILC ou par les partenaires locaux, les jeunes sont suivis de bout en bout et des contacts réguliers et bienveillants permettent de s'assurer que le séjour se déroule bien et dans les meilleurs conditions de sécurité et d'épanouissement pour les participants.

©google map, kilkennypeople.ie, lovin.ie

lundi 31 juillet 2017

Nina, 15 ans, nous raconte son année scolaire aux USA

Nina S., originaire de Poitiers, est partie avec SILC en août 2016, à l’âge de 15 ans et après sa classe de 3ème, pour suivre une scolarité de 10 mois aux Etats-Unis, dans la ville de Rochester, Michigan.

Avant de partir, elle avait un niveau d’anglais correct pour une élève de 3ème ; elle a cependant dû passer un test d’anglais (en l’occurrence le TOEFL) pour garantir qu’elle avait le niveau minimum pour suivre les cours, et finaliser son inscription dans l’établissement scolaire qui la recevait.

Voici son témoignage sur cette année scolaire aux USA, recueilli un mois après son retour en France :

Nina (à droite) : témoignage sur son année scolaire aux USA

“Dès le départ j’ai été bien accueillie, à l’école tout le monde savait que j’étais étrangère donc tout le monde a été très patient avec moi.

J’ai atterri à Détroit, et ai tout de suite été accueillie par ma première famille d’accueil* qui avait deux filles de mon âge. Quelques jours après je démarrais l’école, et j’ai tout de suite trouvé des amis et échangé avec d’autres personnes de la High School."

*Nina a changé de famille en milieu de séjour à cause de problèmes familiaux. Elle a donc été placée dans une autre famille de Rochester sur ses derniers mois de scolarité.

Sa journée type en lycée américain

"Tous les matins, je me levais à 5h45 car les cours commencent à 7h30. Comme à Rochester il n’y avait pas de transports en commun, au début la maman nous emmenait, puis ensuite c’est la fille de mon âge qui avait eu son permis entre temps qui m’accompagnait. On arrivait au lycée vers 7h. Avant les cours on avait le temps de discuter près des casiers, ou bien on pouvait aller poser des questions aux professeurs dans leur salle.

Une anecdote originale : si par exemple on ratait un contrôle, on pouvait parfois le repasser le lendemain ! Mais il fallait faire d’autres devoirs en plus ou répondre à des quizz, pour montrer qu’on avait quand même travaillé pour avoir le droit de le repasser."


Nina et ses amies américaines

"Pour les cours, en fait j’ai choisi les cours que je voulais suivre pendant le 1er semestre avant de partir aux Etats-Unis. Moi j’avais choisi l’Histoire de l’Amérique, géométrie (les maths sont divisés en géométrie et algèbre), biologie, anglais, et au 1er semestre mode et santé (corps humain, comment manger, relations amoureuses…). Pour mon second semestre, j’ai suivi “Web development” et cuisine à la place de santé et mode.

Comme en France, les cours durent une heure, mais on n’est jamais avec les mêmes élèves, ça change à chaque cours.

Au niveau de la méthodologie, c’est très différent selon les professeurs. Par ex. en histoire, soit le prof récitait la leçon, soit il nous faisait faire des activités, il changeait à chaque fois sa manière de travailler. Mais dans tous les cours on travaillait en groupes, par tables de 4 en face à face. Très peu de travail individuel, hormis pendant les contrôles : les professeurs préfèrent que l'on dise ce que l’on pense, que l’on partage notre avis.

Je ne sais pas si c’est comme ça dans tous les lycées américains, mais dans le mien, on était très libres : on pouvait manger, boire en cours et même mettre de la musique. Les profs d’histoire et de maths par exemple mettaient toujours la radio.  La prof de français nous proposait aussi de sortir nos écouteurs lorsque l’on faisait nos rédactions. Ça ne nous gênait pas pour nous concentrer. C’était bizarre, mais c’était bien !

Malgré ces libertés, personne ne perturbait le cours, tout le monde respectait les règles.

On suivait des cours jusqu’à 14h30, et on avait 30 minutes pour déjeuner. Moi j’emmenais mon panier repas préparé la veille. La plupart des élèves emmènent à manger parce que la nourriture au lycée n’était pas super (pas de menus équilibrés comme chez nous dans la “cantine”, là-bas c’était burgers, pizzas, frites,...)."

Après les cours : les clubs et activités

"Après les cours on peut aller dans des clubs, j’en ai visité pas mal pour les connaître et je me suis inscrite au club de français parce j’aimais bien aider ceux qui l’apprenaient.

Cheerleaders : les pompom girls américaines

Puis je me suis inscrite à un cours de danse, du hip-hop, dans une école à part, mais au début c’était difficile, car là-bas le niveau est très élevé. Par exemple les “cheerleaders” (pompom girls) débutent dès leur plus jeune âge, et tous les jours elles s'entraînent avant ou après les cours. Elles font des supers chorégraphies, avec des figures, elles sautent,... elles ont vraiment un super niveau !

Mais j’ai réussi à rattraper le niveau, et ça m’a beaucoup plu. On a fait deux représentations publiques."

Le soir je discutais avec la famille, mais pendant la semaine, comme le papa rentrait tard, on mangeait à des heures différentes. Les américains ne mangent pas vraiment ensemble, à part le week-end, au dîner ; même le midi ils ne déjeunent pas forcément ensemble.

Le week-end, on allait au cinéma, à la patinoire, j’allais voir des amis, on a souvent fait des barbecues avec les voisins, les amis,...


Ce que ça lui a apporté

"Depuis mon séjour, je me sens plus ouverte, moins timide, plus responsable et autonome.
J’ai gardé beaucoup de contacts avec la famille, les amis, on a prévu de se revoir ; certains vont venir en France, et moi peut-être que l’année prochaine je retournerais 1 ou 2 semaines là-bas pour revoir tout le monde.

Nina et ses amies américaines

Par rapport à la langue, en fin de séjour, je me sentais très bien, je peux dire que j’étais devenue bilingue. Globalement je comprenais à peu près tout, du moins j’arrivais toujours à comprendre le sens général.

En septembre, je reprends en classe de Seconde, dans une section Euro.

Je n’ai pas d’idée précise sur ce que j’aimerais faire, mais ce qui est sûr, c'est que j’aimerais que cela ait un lien avec l’anglais.

Mes conseils : il faut partir ! Même si au milieu de l’année j’ai ressenti un peu le manque de l’entourage, c’est vite passé. Il ne faut pas avoir peur de parler aux gens, de paraître idiot, il faut vraiment avoir envie d’apprendre, car beaucoup de choses sont différentes et déroutantes. Donc au début il faut travailler beaucoup pour intégrer ces nouveaux codes."

Ce qu'elle a le plus aimé : 

"- L’école ! Là-bas c’est très différent, mais je ne crois pas qu’en France ça pourrait se passer comme ça. Il y a beaucoup de liberté, des cours originaux, on travaille en groupe, en musique,... tout ce qu’un élève veut en fait !

Bal de promo au lycée américain

Il y eu trois “bals” dans l’année, accompagnés par des semaines de jeux. Par exemple la semaine du Homecoming qui se passe début octobre : toute la semaine il y a des activités organisées, une déco, des thèmes pour s’habiller (un jour on est venus en pyjama !), des concours, et pour clore la semaine un bal au lycée, où généralement tout le monde s'habille en tenue de soirée.

On a aussi “l’Assemblée”, organisée par les élèves : on se retrouve tous dans le grand stade, et on doit porter des t-shirts avec notre grade (2nd, 1st...) ; il y a une équipe pour chaque grade, et elles devaient se battre entre elles via des jeux, c’était très amusant.

- Les profs qui étaient assez jeunes, plutôt cools, ils organisaient des choses ; par exemple il y en a un qui s’est rasé la tête en live pour récolter de l’argent pour une association !

- Et puis découvrir la région : je suis allée au Canada car on habitait à côté, aux Chutes du Niagara, à Détroit. Je suis aussi allée à Las Vegas pendant 4 jours car le métier du papa offrait cette opportunité, c’est vraiment un super souvenir. "

Ce qu'elle n'a pas aimé : 

"- Pas beaucoup de transports en commun dans ma ville, donc je dépendais de ma famille pour bouger.

- La nourriture : trop grasse, trop salée et trop sucrée en général !”


Merci @Nina :-) ! We wish you all the best !

lundi 18 avril 2016

Margaux : retour sur son séjour en Australie

Margaux (au centre) pendant son séjour Australie

Margaux N., lycéenne de 17 ans, est partie l’été dernier en séjour Australian High School pendant 5 semaines. Elle nous raconte son aventure australienne, avec sa famille, à l’école, et pourquoi elle a choisi ce programme.

- Margaux, pourquoi as-tu choisi le séjour linguistique Australian High School ?
"J’avais envie de faire des progrès en anglais, et compte tenu des retours d’expériences autour de moi, je me suis dit que l’idéal était de ne pas se retrouver avec d’autres français. L'année d’avant j’étais partie en summer camp aux USA, c'était sympa, mais mes progrès en anglais ont été moyens. J'ai donc cherché une autre formule, une conseillère SILC nous a renseignés, et ce programme a convaincu mes parents."
 
- Dans quel environnement as-tu été accueillie en Australie ?
"Ma famille d’accueil vivait à Waikiki, à une heure au sud de Perth. C'est une ville proche de la mer avec beaucoup de maisons résidentielles "à l'américaine" ; mon lycée était à 10 min à pied de la maison. 
Au lycée, le port de l’uniforme était obligatoire, et nous devions avoir les cheveux attachés. C’était un lycée baptiste, donc la pratique religieuse est assez présente (prière le matin,...). Nous ne connaissons pas ça en France, mais cela ne m'a pas dérangé.
Au niveau des cours, les horaires étaient de 8h30 à 15h30. En fait, ce sont les élèves qui choisissent en début d'année les matières qu'ils veulent suivre. Ma correspondante, Angélique, en classe de 11th years (équivalent de la 1ère), avait choisi des matières plutôt pratiques (cuisine, arts plastiques, dessin, sport, informatique...), mais il y avait aussi de l'anglais et un peu de maths (niveau 5ème, donc facile !). Les cours ne sont pas du tout dispensés comme en France, du coup je n'ai pas eu l'impression d'être vraiment en cours, d’autant qu’ils se font beaucoup en groupe et il y a énormément d'échanges avec les professeurs... La musique y est même tolérée :)"
 
- Comment cela s'est passé avec la famille australienne qui t'a accueillie ?

"Ma famille d’accueil est originaire d’Afrique du sud, ils vivaient en Australie depuis 8 ans. Avant mon arrivée, SILC m’a envoyé l'adresse mail de ma famille, afin que je fasse connaissance. J’ai donc pu échanger bien avant le départ avec toute la famille : Nils le papa, Marina la maman, Angelique ma correspondante de 17 ans, et CJ, son frère de 13 ans. Puis Angélique m'a donné son email perso et nous avons communiqué presque tous les jours avant le départ. Donc quand je suis arrivée, on se connaissait presque déjà, et on avait beaucoup de choses en commun (musique, films, arts plastiques). J'avais apporté des petits cadeaux "made in France" sur le thème de Paris et du PSG pour le frère, ainsi que des spécialités locales : caramels, gâteaux, chocolats... Donc l'intégration s'est très vite faite !
De son coté, la famille avait bien préparé mon arrivée : ma chambre et aussi tout un programme d'excursions dans la région : promenade en bateau, visite de la prison de Fremantle, Rockingham, cinémas, un peu de shopping, le zoo de whiteman park,...
Depuis mon retour, je garde contact avec ma correspondante et on s’envoie des emails à peu près tous les deux jours. Elle espère venir en France l’an prochain."
 
- Au niveau de l’anglais, as-tu eu des difficultés pour communiquer ?
"Au début, pas facile de suivre les discussions. Mais les membres de la famille ont été très patients, et les gestes aident beaucoup ! Au lycée, tous les profs ont été vraiment sympas et m’ont aussi aidée. La prof d'Anglais me donnait des fiches de grammaire et de vocabulaire à mon niveau. Pour les autres matières, les cours  n’étaient pas comme ceux que l’on en suit en France : tout se faisait par la pratique, en groupe et à l'oral comme les cours de cuisine, de sport ou d'arts plastiques. Au bout de 3 semaines, les progrès étaient là, OUF !"
 
- Que retiens-tu de ce séjour ? 
"J'ai beaucoup progressé à l'oral en anglais, et je suis beaucoup plus à l'aise pour prendre la parole. Au niveau anglais écrit c'est un peu moins flagrant, mais ma moyenne a tout de même augmenté de 2-3 points par rapport à l'année dernière. Au niveau personnel je me suis fait une bonne amie, et j’ai découvert que la vie de lycéen australien, c’est beaucoup plus cool qu'en France :) !
Bref, tout était vraiment très bien, y compris le vol en A380 avec très peu d’escales, parfait pour moi qui n’aime pas l’avion ; et aussi Blandine, l’accompagnatrice SILC très présente : elle m’a appelée tous les 3 jours la première semaine pour savoir comment ça se passait, puis une fois par semaine ensuite."

Merci Margaux d’avoir partagé ton expérience !


Pour en savoir plus sur ce séjour : consultez le programme ou contactez une conseillère SILC au 05.45.97.41.60.



mardi 24 mars 2015

3 semaines à Malte : le top pour concilier anglais et vacances !

Malte

Élodie, qui a maintenant 23 ans, a suivi un séjour SILC à St Julians à l’été 2012. Elle avait choisi un programme intensif à Malte (voir lien plus bas), avec l’objectif de pouvoir communiquer en anglais avec aisance. Elle est aujourd’hui clerc de Notaire en Haute-Savoie, et utilise l’anglais au quotidien pour échanger avec la clientèle étrangère (russes, anglais, koweitiens,...). Elle souhaitait également découvrir une destination inconnue, se détendre et s’amuser. En partant à  Malte, elle a pu concilier toutes ses attentes ; 3 ans après son séjour, elle revient sur son expérience.

SILC : Tu avais choisi un programme intensif avec 30 cours par semaine. Comment as-tu trouvé l'école, la formule, et qu'en retires-tu aujourd'hui ?


Elodie : “J’avais choisi ce programme SILC à Malte parce que j’étais incapable de tenir une conversation en anglais, d’où mon choix de séjour intensif.
Dès le départ, le staff de l’école est très accueillant et disponible. Ils essaient tout de suite de nous mettre à l'aise en organisant des dîners et pots de bienvenue.
Les professeurs étaient très sympathiques et ils nous incitaient à parler, même si on faisait des fautes. Ils m’ont encouragé à communiquer en anglais alors que j’avais peur et que je suis d’un naturel assez timide. Les cours sont vraiment basés sur l’oral et la conversation, tout en intégrant les règles de grammaire et d’écriture à connaître. Je pense que le fait que les cours soient en petits groupes, et que l’on ne connaisse pas les autres étudiants au départ, cela facilite la prise de parole. A l’issue du séjour, j'avais progressé de 2 niveaux sur l’échelle du CECRL, ce dont je suis fière !
Depuis ce séjour, j’ai beaucoup plus confiance en moi et je n’ai plus de difficulté à prendre la parole en anglais, que ce soit dans mon travail, ou lors de séjours à l'étranger.
J'ai compris que même si ma grammaire n'est pas parfaite et que mon vocabulaire pourrait être plus riche, il est toujours possible de se faire comprendre, et un anglophone apprécie l'effort fait de parler dans sa langue.”

SILC : Tu étais hébergée chez une famille d’accueil, qu’as-tu pensé de cette formule ?


Elodie : “Ma famille d'accueil a été parfaite et m'a fait découvrir la culture maltaise avec toutes ses influences et ses richesses. Elle s’est montrée très intéressée et compréhensive, et nous avons beaucoup échangé en anglais, ce qui m’a permis de le pratiquer en dehors des cours. La famille était toujours disponible pour répondre à mes questions, me proposait de participer à leurs sorties, etc… “

SILC : Tu aurais aussi pu partir en Grande-Bretagne, pourquoi avoir choisi Malte ?


Elodie : “Mon choix s’est porté sur Malte, car c'est l'endroit idéal pour étudier et passer des vacances en même temps : il y fait beau, il y a la plage, et l’ambiance est plutôt festive. Je dirais même que c'est le paradis pour une étudiante de 20 ans qui aime faire la fête ! Les clubs sont sympas et l'entrée est gratuite (ceci n'existe pas en France) !
Et puis Malte est une île magnifique : les plages sont superbes, et les monuments ont une architecture vraiment typique. J’ai particulièrement aimé ma visite à Gozo, et au Blue Lagoon. Et pour faire la fête, je recommande Paceville sans hésiter !
Bref, mon séjour a été incroyablement enrichissant  à tous points de vue, et j'en garde d'excellents souvenirs.
Je recommande cette expérience à tous ceux qui souhaitent progresser en anglais, en passant du bon temps.”

Merci Elodie !

>> Voir le séjour à Malte suivi par Elodie.

mercredi 1 octobre 2014

Sandrine, professeur d'espagnol : pourquoi elle choisit l'intégration scolaire pour ses voyages de classe ?

Voyage scolaire à Valence

Sandrine E. est professeur d’espagnol, originaire du Doubs. Chaque année depuis 11 ans, elle confie à SILC l’organisation de son voyage scolaire à Valence. Consciente que le voyage scolaire représente, pour de nombreux élèves, l’occasion d’un premier voyage à l’étranger sans leurs parents, elle cherche à favoriser la découverte culturelle et l’échange linguistique. C’est tout naturellement qu’elle a choisi une formule avec intégration scolaire, pour que ses élèves rencontrent des élèves espagnols de leur âge. Elle nous parle de ses expériences...

SILC : “Comment sont accueillis les élèves dans l’établissement espagnol ?”
Sandrine E. : “L’accueil qui nous est réservé dans le collège espagnol avec qui SILC nous met en relation a toujours été professionnel et très chaleureux. Le service qui gère les groupes scolaires étrangers, ainsi que l’organisatrice locale se ‘’mettent en quatre’’ pour qu’élèves et professeurs gardent un excellent souvenir de leur séjour.
Pendant les 5 jours à Valence, les élèves participent à 3 matinées de classe avec la professeur d'espagnol langue étrangère : elle leur propose des activités ludiques au cours desquelles ils travaillent des notions lexicales et grammaticales déjà abordées en classe en France, des jeux de rôle, etc... ils préparent avec elle les visites de chaque après-midi sous forme de mini conférence (je précise que ce travail de préparation est déjà amorcé en classe avec moi en France, avant le départ).”

SILC : “Quels sont les moments où les élèves français et espagnols peuvent communiquer ?”
Sandrine E. : “les élèves participent aux cours d'EPS avec les élèves espagnols (foot, basket ...), ce qui est l'occasion pour eux d'être en contact direct et de dialoguer avec des jeunes de leur âge. Ce sont les moments que les élèves préfèrent car pour la grande majorité, c'est la première fois qu'ils rencontrent des jeunes étrangers de leur âge ; le temps passé au collège est aussi l'occasion de rencontrer des élèves dans la cour de récréation, et d'échanger avec eux en dehors de la classe. Chaque année, certains élèves s'échangent leurs adresses email ou Facebook et continuent à s'écrire une fois de retour en France.”

SILC : “ Pourquoi privilégiez-vous ce type de voyage scolaire ? “
Sandrine E. : “A mon sens, cette formule présente de nombreux intérêts. Avant tout, c'est le meilleur moyen de donner du sens à l'enseignement et à l'apprentissage des langues vivantes.
C'est le moyen de faire prendre conscience aux élèves que le travail fait en classe de langues a des applications pratiques dans la vie de tous les jours.
C'est aussi offrir aux élèves une expérience collective en dehors du cadre scolaire et familial, c'est leur faire découvrir un mode de vie et un environnement culturel différents, que la très grande majorité n'aura plus l'occasion d'appréhender de retour en France.

SILC : “quel bilan vos élèves font-ils après ce voyage de classe ?”
Sandrine E. : “Je vois des sourires et des yeux qui pétillent comme je n'en avais jamais vus. Beaucoup me disent, une fois de retour en France, qu'ils ne rêvent que d'une chose : repartir au plus vite, qu'ils ont réalisé le rêve de leur vie !
Beaucoup prennent conscience que, malgré leurs deux seules années d'apprentissage de la langue, ils sont capables de maintenir une conversation en espagnol.
Pour moi, enseignante et responsable du projet, c'est et ce sera toujours ma plus belle récompense.”

C’est un fait : le contact linguistique apporte une dimension plus internationale au voyage et permet de découvrir la langue dans son contexte, en la pratiquant dans des situations de la vie quotidienne.
Pour beaucoup d’élèves, le voyage scolaire à l’étranger est l’occasion d’une première expérience hors du cadre familial, et une première découverte linguistique au-delà de la salle de classe. Autant qu’il soit profitable et que tous en gardent un excellent souvenir !

Pour en savoir plus sur ce séjour, consultez le programme détaillé, ou contactez SILC au 05.45.97.41.40.

jeudi 31 juillet 2014

Quand les élèves français rencontrent les élèves espagnols...

Voyage scolaire SILC : intégration dans un établissement espagnol à Valence

Sandrine E. est professeur d'espagnol, originaire du Doubs. Cette année, elle a organisé, en étroite collaboration avec Sylvie, qui gère les voyages scolaires en Espagne chez SILC, son 11ème séjour à Valence avec sa classe.

Avec à chaque fois la même formule : l'intégration dans un établissement scolaire espagnol. Elle nous partage son expérience :

- SILC : Quelles relations avez-vous avec le collège espagnol ?

- Sandrine E. : "J'ai organisé 11 séjours dans la région de Valence dans le même collège, et l'accueil a toujours été à la fois professionnel et très chaleureux. Le service qui gère l'accueil des groupes scolaires étrangers a toujours été à l'écoute, a toujours tout fait pour rendre les séjours les plus agréables qui soient, dans l'intérêt de tous. La correspondante locale avec laquelle j'ai le plus travaillé s'est toujours "mise en quatre" pour qu'élèves et professeurs en gardent le meilleur souvenir possible. Une amitié forte s'est nouée entre nous. Nous correspondons pratiquement chaque semaine, même en dehors de l'organisation du séjour."

- SILC : Quel est le programme de vos séjours ?

- Sandrine E. : "Pendant nos 5 jours sur place, les activités sont multiples : sur 3 matinées, les élèves sont en classe avec ma collègue, professeur d'espagnol langue étrangère : elle leur propose des activités ludiques au cours desquelles ils travaillent des notions lexicales et grammaticales déjà abordées en classe en France, des jeux de rôle... 

Tantôt ils sont en cours d'EPS avec les élèves espagnols (foot, basket ...), ce qui est l'occasion, pour mes élèves, d'être en contact direct et de dialoguer avec des jeunes de leur âge. Ce sont les moments que les élèves préfèrent car pour la grande majorité, c'est la première fois qu'ils rencontrent des jeunes étrangers de leur âge. 

Tantôt enfin ils préparent avec ma collègue espagnole les visites de chaque après-midi sous forme de mini conférence (je précise que ce travail de préparation est déjà amorcé en classe avec moi en France, avant le départ).

Le temps passé au collège est aussi l'occasion pour mes élèves de rencontrer des élèves dans la cour de récréation, d'échanger avec eux en dehors de la classe. Chaque année, certains élèves s'échangent leurs adresses mail ou Facebook et continuent à s'écrire une fois de retour en France."

- SILC - Quel est selon vous l’intérêt de ce type de voyage scolaire ?

- Sandrine E. : "A mon sens, il n'y a pas qu'un seul intérêt... tant ces séjours sont riches.

Avant tout, c'est le meilleur moyen, selon moi, de donner du sens à l'enseignement et à l'apprentissage des langues vivantes.

C'est aussi le moyen de faire prendre conscience aux élèves que le travail fait en classe a des applications pratiques dans la vie de tous les jours.

C'est offrir aux élèves une expérience collective en dehors du cadre scolaire et familial, c'est leur faire découvrir un mode de vie et un environnement culturel différents que la très grande majorité n'aura plus l'occasion d'appréhender de retour en France.

Chaque année, j'observe des élèves bavarder entre eux alors qu'en 4 ans au collège ils ne s'étaient jamais adressé la parole. Je vois des sourires et des yeux qui pétillent comme je n'en avais jamais vus.

Beaucoup me disent, une fois de retour en France, qu'ils ne rêvent que d'une chose : repartir au plus vite, qu'ils ont réalisé le rêve de leur vie !!

Beaucoup prennent conscience que, malgré leurs deux seules années d'apprentissage de la langue, ils sont capables de maintenir une conversation en espagnol.

Pour moi, enseignante et responsable du projet, c'est et ce sera toujours ma plus belle récompense."

Merci pour ce joli témoignage Sandrine, et bravo pour tous ces séjours réalisés avec SILC !

> Pour voir le programme type de ce séjour à Valence, cliquer ici.

 

mardi 4 février 2014

Londres, puis Dublin : l'expérience linguistique de Marie

Séjour étudiant à Londres

Marie P., 18 ans, est partie 2 semaines à Londres l'été dernier pour un séjour linguistique avec 20 cours d'anglais par semaine. Ravie de son expérience, elle repart le 28 juin avec SILC pour un nouveau séjour de 2 semaines à Dublin. Elle nous a partagé son avis sur son séjour SILC :

"Je suis partie à Londres 15 jours l'été dernier avec pour principal objectif d'améliorer mon anglais car je suis étudiante en communication. J'ai rapidement été charmée par cette ville multiculturelle, jeune et qui ne dort jamais ! Impossible de s'ennuyer : musées, parcs, pubs et autres sorties ont rythmé mon séjour. C'est une ville incroyable !!

Mon école était située en plein centre de Londres (entre Baker Street et Oxford Street), je logeais à 40 minutes dans une famille très sympa, chaleureuse qui m'a bien accueillie et conseillée pour les visites. C'est une expérience très enrichissante car les cours sont basés sur l'oral ce qui permet de progresser assez rapidement et j'ai rencontré des étudiants du monde entier.

Je conseille donc ce séjour à tous les gens curieux du monde qui les entoure, autonomes, sociables et qui aiment la vie nocturne ! 
Il est très difficile de décrire une expérience comme celle-là mais j'en garde de très beaux souvenirs, et je suis encore en contact avec trois amis rencontrés à l'école. 

Cette année j'ai donc décidé de retenter l'expérience dans une autre capitale : Dublin. J'espère à nouveau progresser en anglais car je  pense que c'est en s'amusant qu'on fait le plus de progrès !"

Marie P.
Merci Marie pour ce témoignage sympathique ! Et bon séjour en Irlande ;)

mercredi 11 septembre 2013

Jennyfer : son histoire avec SILC, du collège à la Sorbonne

Avis de Jennyfer - séjours SILC

"Durant mes premières années de collège rien n’était gagné d’avance !! L’anglais n’était pas ma matière préférée et je ne voyais pas l’intérêt de parler cette langue.
J’ai commencé par partir avec SILC au séjour à Margate (jolie ville de bord de mer) ;  nous étions 2 français dans la famille et je dois reconnaître que cela m’a rassuré mais cela m’a surtout permis de m’apercevoir que les cours suivi en France me permettaient tout de même de me faire comprendre.

Puis étant revenue avec une bonne expérience, je suis partie aux séjours «  Discover London » et « Usa – Canada », séjours intenses en découverte de villes et de paysages magnifiques, des communautés très différentes qui permettent d’acquérir une certaine ouverture d’esprit.

Mais «  la cerise sur le gâteau  » a été le High School New York, je ne peux pas vous raconter mes expériences sans vous parler de Kelly, mon amie américaine et fille de la famille d’accueil, j’ai passé un séjour extraordinaire à connaître ses amis, sa famille, son collège, ses professeurs, j’ai découvert une autre culture, une autre vie.
Kelly est venue me voir à Paris l’année dernière, nous sommes toujours en contact depuis 3 ans et je souhaite maintenant lui rendre visite à l’université de Miami où elle étudie actuellement.

Quant à moi, grâce à tous ces séjours, j’ai passé mon bac Littéraire avec brio, j’ai obtenu mon TOEIC avec succès et je suis admise à la Sorbonne en Licence d’anglais.

Maintenant je vois l’intérêt de parler anglais ! Et qui sait peut-être qu’un jour j’accompagnerai un groupe pour pouvoir leur faire vivre la même aventure et leur transmettre ma passion."

Jennyfer

mardi 18 décembre 2012

Aline : son avis sur le Club 4 de SILC

Club 4 SILC

Aline B., 17 ans et en 1ère S, originaire des Midi-Pyrénées, est partie avec SILC cette année, et a choisi le séjour Club 4 en Grande-Bretagne, dans le but de perfectionner son anglais. Elle nous livre son expérience avec ses mots et ses impressions.

"J'ai toujours rêvé de partir en Angleterre, pour perfectionner la langue, et aussi découvrir le pays et sa culture.
J'ai donc choisi de partir avec SILC car cela me semblait un organisme sérieux, avec des formules intéressantes, et à mon avis partir en totale intégration est le meilleur moyen pour apprendre et pratiquer l'anglais.  

J'ai donc choisi la formule "Club 4" car les cours le matin aident beaucoup pour la suite de la journée (je suis tombée dans un bon groupe de 4 français avec un super professeur). Le Club 4 est très bien organisé : il alterne cours, sorties et moments avec la famille. Le matin en semaine nous avions 4 heures d'anglais, mais contrairement aux cours du lycée on ne voit pas le temps passer, en fait c'était plus des débats sur des thèmes comme l'art, l'engagement, la guerre. Sans oublier des points de grammaire.
Le programme est vraiment très efficace car on parle, on lit, on écrit, on pense en anglais en totale immersion. Ma compréhension orale et mon expression orale ce sont énormément améliorées, car je suis très bavarde ! Les compétences écrites aussi. Si on veut partir en Angleterre il vaut mieux être a l'aise et oser car c'est comme cela qu'on apprend, même si on a peur de faire des fautes. 

Le reste de la journée était partagée entre diverses activités : on a visité Plymounth, Torquay, Exeter, Newtown Abbot, on a fait du shopping, du badminton, du patin à glace,... et le soir nous rentrions chez nous dans la famille anglaise (géniale aussi !).
On avait aussi deux jours libres avec notre famille ce qui était très bien pour apprendre à nous connaitre. Ma famille était vraiment parfaite, super agréable et accueillante. Ils me manquent beaucoup. 

Plusieurs choses m'ont surpris pendant mon séjour : la conduite à droite, les jeunes anglais(e)s qui semblent beaucoup plus indépendants que les français, et le fait qu'ils portent tous un uniforme pour aller en cours, ce qui n'est pas si mal.
J'ai beaucoup aimé la nourriture qui est délicieuse : les tea cakes sont vraiment une merveille !   

Ça été terrible de devoir rentrer en France, et je repartirai avec plaisir !"

Aline B.

Merci Aline :-) !


Pour connaître le détail du séjour Club 4 auquel a participé Aline, cliquer ici.

jeudi 1 mars 2012

Lorsque le “virus SILC” se transmet de génération en génération

Destinations séjours linguistiques

Ils sont nombreux les parents qui sont partis avec SILC dans les 80’s, et se souviennent de leur séjour avec émotion. Peut-être êtes-vous aussi de ceux qui se sont créé des souvenirs grâce à SILC, et nous contactent aujourd’hui pour faire partir à leur tour leurs enfants en séjour linguistique ?!

Lorsque le virus des séjours linguistiques SILC se transmet de mère en fils - Sandrine A, une maman qui vit aujourd'hui au Togo, nous partage son expérience :

Souvenir de voyages SILC

Je suis partie 5 années de suite avec SILC, de 1985 à 1989, de la classe de 5ème à la 1ère. Les 3 premières années, je suis allée dans le Sussex, à Chichester exactement pour des séjours "Classique" de 3 semaines, je suis même retournée deux fois dans la même famille, ils étaient si gentils.
Vivant en Afrique, j'avais besoin de retrouver mes repères et le fait de retourner au même endroit, ça me rassurait. J'ai adoré ces 3 années, les groupes étaient bien encadrés, l'ambiance excellente, l'organisation impeccable.

En seconde, j'ai traversé l'Atlantique et je suis allée en Floride, près de Tampa dans une famille pour un séjour "Bain linguistique" total de 4 semaines. Ma famille encore une fois était adorable, ils se sont bien occupés de moi mais j'ai trouvé le séjour un peu long, je ne voyais mes camarades français ainsi que notre encadrant qu'une fois par semaine.

La dernière année, celle avant le bac, il fallait que je sois "au point" ; je suis partie à Washington DC avec la même encadrante que j'avais eue précédemment, Jacqueline, pour un séjour "Classique”. Je suis tombée dans une famille de 5 enfants, j'avais ma propre chambre, ma salle de bain, la maison était luxueuse, ils m'accompagnaient en cours tous les matins, on nous déposait le soir; les après-midi, on faisait du sport, des excursions ou bien des visites de monuments historiques, de musée, du shopping aussi. J'ai adoré ce séjour, la liberté qu'on avait tout en étant bien encadré. Un merveilleux souvenir !!!

Malheureusement, toutes mes photos sont en France et je vis actuellement au Togo.

J'ai donc gardé un excellent souvenir de SILC et c'est tout naturellement que j'ai vérifié que ça existait toujours quand mon fils a eu 12 ans, en 5ème."

La relève est assurée !

"Thibault a été partant tout de suite car il m'avait entendu parler de mes séjours avec beaucoup d'émotion. Nous avons choisi une formule "Classique" dans le sud de l’Angleterre, les Cornouailles, ça me semblait parfait !

On a eu quelques petits problèmes de logistique lié à un changement imprévu de famille, nous n’avions pas ses nouvelles coordonnées et je n'ai pas pu parler à mon fils pendant 3 jours. Il n'avait pas trouvé de cabine téléphonique pour m'appeler avec la carte de téléphone, son portable était coupé, bref...

Thibault a néanmoins passé un excellent séjour, il a eu des responsabilités, le fait de prendre le bus tout seul dans une ville inconnue et en anglais en plus, c'était énorme pour lui.

Il est revenu "transformé", et à la descente du train, il m'a dit " je veux repartir l'année prochaine" !

Voilà notre histoire à tous les deux, sans omettre les progrès en anglais, la facilité d'élocution, la faculté d'adaptation !”

Thibault repart avec SILC cet été pour un séjour Classique en Angleterre, la saga familiale avec SILC a trouvé une relève :-) !

Merci Sandrine de nous avoir parlé de vos voyages, merci pour votre confiance, et excellent séjour à Thibault pour cet été !

Si vous avez vécu des expériences similaires et que vous souhaitez témoigner, contactez-nous !


mercredi 14 décembre 2011

Cyrielle A. : son séjour aux USA pour améliorer son anglais


Lire la suite...

jeudi 1 décembre 2011

Une année en France : le témoignage d'Ozgur

Ozgur-etudiant-france-SILCSILC fait voyager les jeunes français en France et à l'étranger, et accueille également chaque année des jeunes étrangers qui souhaitent perfectionner leur français.

Voici le témoignage d’Ozgur Osman A., 16 ans. Il est originaire d’Ankara en Turquie, et a décidé de venir en France pour une année scolaire, pour améliorer son niveau en francais. Il séjourne actuellement dans une famille bretonne qui vit à Guers, à mi-chemin entre Rennes et Vannes, à l'orée de la forêt de Brocéliande.

SILC : Bonjour Ozgur, peux-tu nous expliquer pourquoi tu as souhaité venir en France, ce qui t'a marqué depuis ton arrivée et comment se passe ton séjour ?

Ozgur : “J’apprends le français en Turquie depuis 3 ans, mais je voulais m’améliorer. Je voudrais devenir guide touristique et j’aime beaucoup voyager, aussi ça me servira plus tard. Mon père a cherché quelques organismes sur Internet et a trouvé SILC. Ça s’est passé très vite ensuite, je suis arrivé en France le 3 septembre 2011, et je repars le 17 juin 2012.
Le premier jour où je suis arrivé, c’était très difficile, j’étais séparé de ma famille d'origine, et les transports en France sont compliqués, pour aller de Paris à Rennes j’étais stressé, j’étais tout seul, je ne connaissais pas bien la langue. Puis j’ai rencontré ma famille d’accueil, ils m’ont bien accueilli, ils sont sympathiques, et de jour en jour je me suis habitué.
L’école où je vais en classe est à 5 minutes de marche, je m’y suis fait des amis, au début je trouvais que les professeurs parlaient très vite, mais finalement c’est comme en Turquie avec les différents professeurs que j’ai eus. J’étais très ému le premier jour, et puis finalement je me suis bien intégré.
Au début j'étais surpris par les repas en France qui sont différents : en Turquie au petit déjeuner on mange du fromage, des oeufs, du miel, et en France on boit du café ! La maman de ma famille d’accueil m’a dit que je pouvais me servir et manger ce que je voulais, donc au début j’allais dans le frigo pour prendre du fromage ; et puis finalement maintenant je mange de la brioche et du Nutella !
Là où j'habite en Bretagne, c’est la campagne ; en Turquie j’habite à Ankara la capitale, donc beaucoup de bruit, ici c’est très calme, il y a des vaches, j’aime bien la campagne
."

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui voudraient partir ?
Il faut être très patient : le premier jour, j’avais envie de repartir en Turquie, c’était très difficile. Les jours suivants aussi ont été durs, mais je le savais avant d’arriver : s’habituer aux repas, à la culture et aux habitudes de la famille d’accueil prend du temps.

Deuxièmement, il faut s’intégrer avec les gens autour, la famille et les amis, pour pratiquer la langue et apprendre du vocabulaire ; chaque expression nouvelle que j’apprends est un truc en plus pour moi. Au début c’est plutôt moi qui devait aller vers les gens pour communiquer, il fallait oser et entamer le dialogue.

Enfin je pense qu’il ne faut pas trop parler avec sa famille d’origine, sinon ça augmente le sentiment de manque. Et puis il faut aussi profiter de ce temps là, l’année prochaine je ne serais plus en France, je regarde toujours l’angle positif, comme “Polyana”, une petite héroïne connue en Turquie.”

Merci Ozgur pour ce témoignage, et bravo pour ton niveau en français !

jeudi 24 novembre 2011

Un frenchy en Grande-Bretagne

cours-anglais_SILC_etudiant-grande-bretagneJean-Henri est un étudiant de 21 ans ; il est parti vivre en Grande-Bretagne pour 2 mois 1/2 avec l'objectif d'améliorer son anglais. Il est actuellement dans une résidence et suit des cours dans une école de Bournemouth, station balnéaire sur la cote sud anglaise, qu'il a choisi pour son cadre privilégié. Il s'est prêté au jeu des questions/réponses pour nous partager son expérience :

SILC : Bonjour Jean-Henri, peux-tu nous dire comment s’est passé ton arrivée sur place, tes premières impressions ?
Jean-Henri : Lorsque je suis arrivé, j'ai directement apprécié la ville et ses habitants. Je me rapidement fait des amis au sein de mon hôtel d'étudiants. J'avoue ne pas trop avoir eu de rapport avec les Anglais, je suis plus resté avec les rencontres de l'école et de l'hôtel.

SILC : Comment se passent les cours d'anglais ?
J-H. : Les cours sont très instructifs et ludiques, de jour en jour, je sentais que je mon anglais s'améliorait, mais je pense que les cours ne font pas tout, il y a 50% de théorie en cours, mais les autres 50% restants s'apprennent en dehors de l'école, lorsqu'on parle avec les habitants ou que l'on sort le soir.

SILC : Qu'est-ce qui te plaît le plus en Angleterre ?
J-H. : Les transports sont plus simples je trouve, il y a plus de taxis, les bus sont plus agréables. Les gens sont aussi plus chaleureux qu'en France je trouve.

SILC : Et y-a t-il quelque chose qui te déplaît en Angleterre ?
J-H. : Ce qui m'a le plus gêné, c'est la nourriture, je n'apprécie pas la nourriture Anglaise, que je trouve peu variée et trop grasse...!

SILC : Qu'attends-tu de ce séjour, a-t'il un rapport avec ton projet professionnel ?
J-H. : Mon objectif est de savoir parler couramment Anglais, et que je rencontre des personnes issues d'une autre culture. J'aimerais ensuite partir étudier dans une école au Canada ou aux Etats-Unis.

SILC : Et enfin, pourquoi as-tu choisi SILC pour faire ton séjour ?
J-H. : J'ai choisi SILC via internet, j'étais assez pressé de trouver un organisme et SILC m'avait l'air d'être le plus sérieux ; les organisatrices que j'ai eu au téléphone était très professionnelles, ce qui m'a encore plus poussé vers vous dans mon choix.

Merci Jean-Henri pour ton témoignage, ainsi que les photos. Nous te souhaitons une excellente fin de séjour, profites bien de tes dernières semaines !

Pour voir le programme suivi par Jean-Henri, cliquez sur ce lien : Ecole de Bournemouth, Grande-Bretagne

jeudi 10 novembre 2011

Séjour linguistique One to One à Barcelone

One-to-one-espagne-SILCPrincipe du séjour One to One

Le principe du séjour linguistique One to One, c'est une immersion complète du participant 24h/24 dans une famille d'accueil ; l'un des parents d'accueil, habilité à enseigner sa langue, lui dispense des cours particuliers sur la base de 10 ou 15 cours de 55 minutes par semaine. Le participant vit au rythme de la famille, participe aux activités et sorties quotidiennes pour s'immerger complètement dans la culture et la langue du quotidien.

L'association cours + complète immersion dans la langue est, pour les jeunes motivés, l'assurance de faire des progrès, même sur une courte durée.

La maman de Thomas N., 16 ans, parti 8 jours à Barcelone pendant les vacances de Toussaint, nous indique qu'il avait le ressenti avant son séjour le besoin urgent "d'améliorer ses connaissances en langues étrangères". Depuis son séjour, "il a pris conscience de la nécessité de connaître les langues étrangères pour son avenir professionnel".

Ils ont choisi SILC pour la "très bonne réputation de l'organisme au sein des « anciens » du Comité d’entreprise", et Barcelone car Thomas avait un "besoin important d’améliorer son Espagnol". Le choix du séjour en "One to One" s'est donc révélé être la meilleure option compte tenu des objectifs poursuivis par Thomas.

Témoignage sur un séjour One to One

"Thomas est revenu enchanté, en ayant le sentiment d’avoir énormément progressé, il est très fier de lui. Il ose s’exprimer, le sentiment de gêne, de blocage a « sauté ». Il a été très bien encadré et « pris en main » tout en lui laissant une certaine liberté (le plaisir de se reposer le matin par exemple). La famille d'accueil espagnole avait une bonne connaissance de la psychologie des adolescents. Il a aussi été ravi d’avoir une chambre avec salle de bain et wc rien que pour lui !
La famille a organisé de nombreuses sorties avec lui, elle était très gentille et à l’écoute. C'était une famille très accueillante, Thomas est désormais dés-angoissé à l’idée de partir à nouveau dans une famille étrangère. "

Les familles d'accueil sélectionnées par SILC et ses partenaires locaux dépendent en effet du dynamisme de celle-ci, et de son envie de partager et faire découvrir sa culture. Nous sommes ravis que le séjour de Thomas ait été profitable, et comme le dit sa maman, "il a bien amélioré ses connaissances en espagnol, nous verrons les résultats lors des prochaines échéances scolaires, mais, en attendant, il est prêt à repartir très vite à l’étranger !".

L'objectif de Thomas est donc atteint doublement : des progrès dans sa pratique de la langue, et le goût de découvrir encore ce qui se passe en dehors de nos frontières. Voilà un retour qui résume parfaitement l'ambition que SILC poursuit à travers ses différents programmes !

Les programmes One to One sont ouverts du CM1 à la Terminale, et proposés dans plusieurs destinations :

lundi 7 novembre 2011

Héloïse : son séjour de 3 semaines entre LA, SF et Las Vegas

Héloïse, une lycéenne française, est partie cet été pendant 3 semaines pour un séjour itinérant (Anglais + West Coast), à la découverte de 3 grandes villes de l'ouest américain (San Francisco, Los Angeles et Las Vegas). Elle s'est livrée au jeu des questions/réponses pour nous parler de son voyage :


SILC - Tout d'abord, pourquoi avoir choisi SILC pour faire ce voyage ?

Héloïse : J'ai choisi SILC pour faire ce voyage car, ayant regardé les programmes de plusieurs organismes, c'était le seul qui correspondait à mes attentes. En effet, je voulais faire un voyage itinérant pour visiter le pays mais aussi rester dans une ville afin de me plonger dans la vie américaine.

Sejour SILC West Coast USA- Pourquoi ce séjour ?
H. : J'ai choisi ce séjour car la West Coast m'a toujours donné envie d'y aller. Tous ces paysages, immenses et présents nulle part ailleurs, me faisait rêver depuis toute petite. Alors, avoir la chance de visiter des parcs américains tels que Yosemite, la Death Valley ou encore le Grand Canyon mais aussi des villes légendaires comme San Francisco, Las Vegas et Los Angeles, comment ne pas vouloir y aller!

- Au niveau de la langue, comment ça s’est passé ? As-tu le sentiment d’avoir progressé en anglais ?
H. : Quand on fait ce genre de voyage il ne faut pas s'attendre a passer d'un niveau d'anglais très bas (comme moi) à un niveau excellent voir devenir bilingue car nous n'avons passé que quelques soirées dans une famille américaine et nous n'avons eu que quelques cours d'anglais. Le reste de voyage nous l'avons passé dans un groupe français donc nous ne parlions pas anglais tout le temps. Je pense que pour vraiment progresser en anglais il faut faire un voyage en immersion, mais ce voyage m'a permis quand même d'améliorer mon accent, d'avoir un vocabulaire plus étendu et d'être plus sûre de moi quand je parle anglais.

- Combien étiez-vous dans le groupe ? Tous des français de ton âge ?
H. : Nous étions 7 jeunes et il y avait 2 accompagnateurs avec nous ce qui est une chance car être un petit groupe permet de faire beaucoup plus de choses ! Notamment de prendre les transports en commun à San Francisco et donc de faire beaucoup plus de visites !

- Qu’as-tu le plus aimé ? 
H. : Je crois que résumer ce que j'ai aimé est impossible car mon voyage était incroyable! Mais j'ai quand même quelques préférences comme la prison d'Alcatraz, Fisherman's Wharf, Lombard Street et le Golden Gates Bridge à San Francisco, le strip et le tour en limousine à Las Vegas mais ce que j'ai préféré c'est quand même le parc Yosemite, la Death Valley et le Grand Canyon.

- Quel souvenir garderas-tu de ton séjour ?
H. : Le souvenir que je garderais ? Celui d'avoir réalisé mon rêve et celui d'avoir passé des vacances incroyables en compagnie de personnes géniales avec qui j'ai gardé contact.


Merci Héloïse pour tes superbes photos et ton témoignage !


Note : le séjour "Anglais + West Coast" est reprogrammé pour l'été 2012 - plus d'infos auprès du Service Conseils et Réservations au 0806 600 021.

lundi 17 octobre 2011

Maëva : mission éducation en Thaïlande

Maëva, 24 ans, est partie pendant 3 semaines avec SILC cet été pour un séjour solidaire en Thaïlande, à 142km au nord de Bangkok, dans la province de Sing Buri. Actuellement étudiante en Master 2 de psychologie, ce séjour a été bénéfique pour son projet professionnel, de par l'intérêt qu'il présente "sur l'ouverture et le fonctionnement de l'humain".

Sa mission au cours du séjour était principalement éducative, et elle a pu y faire la connaissance d'autres volontaires en séjour en même temps qu'elle.

Logement volontaires et village Thailandais

Maëva a accepté de témoigner de son expérience, et s'est livrée avec plaisir au jeu des questions/réponses :

SILC - Comment as-tu eu l’idée d’un voyage solidaire ?
Maëva - "Je cherchais à partir faire du volontariat depuis des années, car je pense que c'est vraiment une super expérience personnelle. J'ai de nombreux amis qui sont partis comme volontaires et qui ont adoré, donc j'ai voulu essayer !"

SILC - Pourquoi la Thaïlande ?
Maëva - "C'est une des destinations en Asie où pendant la période août - septembre, c'est la mousson, mais pas le déluge ! Par ailleurs, je voulais aller en Thaïlande depuis très longtemps, donc c'était l'occasion !"

Thailande-ecoleSILC - Quelle était ta mission exactement ?
Maëva - "J'ai enseigné l'anglais dans une école locale et un orphelinat, où j'ai également participé à la rénovation d'une salle de classe !"

SILC - Au niveau de la langue, comment ça s’est passé ?
Maëva - "C'était  dur au début car je ne parlais pas très bien l'anglais, alors que tous les autres volontaires (européens en majorité) parlaient très bien anglais ! Mais ce séjour m'a permis d'améliorer mon niveau, c'était aussi le but...!"

SILC - Quelles sont les coutumes locales / les différences culturelles avec la France qui t'ont le plus marqué ?
Maëva - "Ce qui m'a le plus dépaysé c'est la générosité des Thaïs. Nous étions dans un petit village au fin fond de la Thaïlande, au milieu des rizières, et la population nous a vraiment bien accueillis. Ils étaient enchantés de nous faire découvrir leur cuisine, leurs coutumes bouddhistes (comment prier dans un temple par exemple) et leurs traditions (festivals,...)."

SILC - Qu’as-tu le plus aimé ? Le plus détesté ?
Maëva - "Ce que j'ai le plus aimé c'est la nourriture Thaï qui est très épicée ! Je n'ai rien détesté, c'est un pays magnifique...!"

SILC - Quel souvenir garderas-tu de ton séjour ?
Maëva - "Une expérience personnelle magnifique et de belles rencontres, aussi bien avec des volontaires qu'avec la population".

Thailande-orphelinat et classe

Merci Maëva de nous avoir partagé ton expérience, en espérant qu'elle t'ai donné un peu plus le goût des voyages et de la découverte :-) !

Légendes des photos : 

1. "Twin house" où étaient logés les volontaires 
2. Le village proche de la rivière Chao Phraya
3. L'école locale
4 et 5. L'orphelinat et une salle de classe

vendredi 26 août 2011

Miyuki à San Francisco : « Bilan du séjour » - 3/3

Suite et fin des aventures de Miyuki …

« Enfin, les familles sont bien choisies et adorables. Si vous avez de la chance, la famille vous emmènera faire un tour dans la ville et vous laissera suffisamment de temps libre, ce qui permet des sorties le week-end  pour rejoindre le groupe, par exemple.  

Il faut donc les remercier, ainsi que Pascale, notre superbe accompagnatrice pleine d’humour, et la guide Michelle (aussi professeur à l’école) : sans elles, ce voyage n’aurait pas été le même !

Groupe-San Francisco
San Francisco est une ville si incroyable qu’on pourrait en parler pendant des heures et l’illustrer avec des millions de photos, mais il faut un terme à tout. L’idéal c’est que vous alliez la visiter vous-même avec un programme aussi complet que celui-ci et croyez-moi, vous ne serez pas déçus !
»

 

Miyuki 

 

Cliquez pour revoir les épisodes précédents : 1/3 - "Premiers pas dans la ville" et 2/3 - "A voir et à faire"


Le séjour « Discover San Francisco » est reconduit chaque été chez SILC, sur 2 sessions : une en juillet, la seconde en août. Il combine cours de langue en groupes internationaux, hébergement en famille et de nombreuses excursions pour découvrir la ville et ses curiosités.
Pour les séjours 2012, il est conseillé de réserver avant le mois d’avril – renseignements auprès de notre service Conseils & Réservations au 05.45.91.41.60.

- page 1 de 3